The Outer Worlds – Beaucoup de plaisir, d’humour et d’absurdité parmi les étoiles !

The Outer Worlds est un jeu de rôle et d’aventure se déroulant dans un système solaire récemment colonisé par les humains, Halcyon. C’est aussi une aventure riche en humour absurde, peuplée de personnages intéressants. Le studio de production derrière le jeu, Obisidian, nous avait donné auparavant Fallout : New Vegas, un titre que plusieurs amateurs de la franchise voient encore comme étant le meilleur. Il est donc impossible de ne pas faire de comparaisons entre The Outer Worlds et Fallout, et ça joue en la faveur du premier. En effet, Fallout vit présentement une crise grave, avec la sortie désastreuse de Fallout 76 et l’attitude de Bethesda par la suite n’a pas aidé. The Outer Worlds est donc une alternative intéressante pour ceux qui ont aimé l’univers rétro-futuriste de Fallout, mais dans une campagne solo bien ficelée.

  • Studio de production : Obsidian Entertainement
  • Éditeur : Private Division
  • Plateformes disponibles : PS4, Xbox One, PC, Switch (à venir en 2020)
  • Plateforme de test : Xbox One S
  • Classement ESRB : M
  • Prix : 79,99$, Inclus avec la Game Pass de Microsoft
  • Site officiel
  • Page Steam du jeu

Se déroulant dans un futur alternatif, où les grandes corporations sur Terre règnent sans partage, The Outer Worlds place le joueur dans le rôle d’un colon (homme ou femme), suspendu en congélation pour le long voyage qui le mènera avec ses nombreux compagnons jusqu’au système Halcyon, récemment colonisé. Cependant, durant le trajet, des problèmes techniques causent le vaisseau de dévier de sa trajectoire et d’errer pendant plusieurs années. Le joueur est réveillé de son coma artificielle par un scientifique excentrique qui lui donne la tâche de lui rapporter ce qu’il lui faut pour réveiller les autres passagers. Ce faisant, il croit disposer d’une force suffisamment puissante pour renverser les tyrans qui règnent d’une main de fer sur le système.

Un look familier dans un univers original

Dès les première minutes, on voit l’influence que la franchise Fallout a eu sur The Outer Worlds. Les deux directeurs du jeu, Tim Cain et Leonard Boyarsky, sont justement les créateurs de la franchise. On y retrouve un univers rétro-futuriste, inspiré des films de science-fiction des années 50. Également, le système de jeu de rôle de The Outer Worlds est similaire. Le joueur utilise des points qu’il accumule lorsqu’il élimine des ennemis, complète des missions ou utilise avec succès une habileté. Ces points peuvent ensuite être utilisés pour améliorer ces habiletés. Le joueur a donc l’option de faire évoluer son personnage selon la voie qu’il préfère. Il peut devenir un guerrier adepte avec toutes les formes d’armes disponibles, un technicien minutieux qui utilisera ses connaissances avec les ordinateurs pour trouver une issue plus sécuritaire ou un charmeur qui utilisera sa langue pour ouvrir toutes les portes.

Les différentes planètes du système d'Halcyon offrent toutes un environnement riche en détails
Là où graphiquement The Outer Worlds brille le plus est au niveau de l’environnement. Voir une planète géante à l’horizon est toujours impressionnant

Lors des nombreuses quêtes, le joueur aura à interagir avec plusieurs personnages. Dans une conversation, plusieurs choix de réponses sont disponibles, certains étant disponibles seulement si le joueur dispose d’une habileté suffisamment améliorée (comme Charmer, Mentir ou Intimider). De même, lorsqu’il interagit avec des systèmes informatiques (à l’apparence tout aussi désuète que ceux dans Fallout), il aura diverses options selon ses aptitudes en médecine ou en ingénierie. Les développeurs sont même allés jusqu’à introduire des options de réponse si le joueur a un niveau d’intelligence particulièrement bas, ce qui peut donner des situations hilarantes !

Un jeu qui offre au joueur une grande liberté de choix

Une fois une certaine étape atteinte dans l’histoire du jeu, le joueur aura accès à son propre vaisseau, ce qui lui permettra de voyager entre les différentes planètes et stations spatiales du secteur. Ce faisant, il aura accès à de nombreuses quêtes principales et secondaires, en plus de pouvoir porter assistance à plusieurs factions. Il pourra se joindre aux côtés des méga-corporations s’il a l’appât du gain et peu de scrupules, ou opter plutôt pour une des factions rebelles qui tentent de leur arracher le contrôle. Ces interactions sont là où The Outer Worlds montre son côté le plus brillant. Les dialogues sont savoureux et les acteurs qui personnifient les habitants du secteur offrent tous une solide performance. Les choix du joueur ont une influence majeure sur les événements du jeu, ce qui lui donne de la profondeur et de la rejouabilité.

Faire usage de Charme ou d'Intimidation pourrait éviter des combats armés dans The Outer Worlds
Si le joueur opte pour améliorer ses habiletés comme Charmer ou Mentir, il aura de nouveaux choix de réponse dans les conversations

Les combats dans The Outer Worlds peuvent s’effectuer à l’aide d’une multitude d’armes, soit à courte porté ou à feu. On y retrouve les classiques pistolets, fusils à pompe et mitrailleuses, mais aussi des armes futuristes comme un fusil à rayon qui réduit la taille de l’ennemi ou un autre qui modifie la forme de son visage. Ce dernier a été créé à la suite de la découverte d’un bug, mais les développeurs l’ont trouvé tellement amusant qu’ils en ont fait une option. Malgré le grand arsenal à la disposition du joueur, les combats sont la partie du jeu qui m’a le moins impressionné. Les ennemis ne font pas preuve d’une grande intelligence et foncent la plupart du temps sans se soucier de leur sécurité. Le jeu inclut une faculté où le joueur peut ralentir le temps et cibler certaines parties du corps d’un ennemi (comme le système V.A.T.S. dans Fallout) et la caméra suit parfois les différentes parties du corps d’un ennemi suite à un coup particulièrement efficace. C’est amusant la première fois, mais ça devient lassant à la longue.

Un univers rétro-futuriste au look quelque peu désuet

Du côté graphiques, le jeu n’impressionne pas non plus. La qualité des images et le peu d’animation des personnages lors des conversations rappellent les jeux de rôles de la génération précédente des consoles, comme Oblivion et Fallout 3. Par contre, l’environnement dans lequel se déroule le jeu est bien mieux réussi. Atterrir sur une lune d’une planète géante gazeuse est toujours un événement qui fascine. Les stations en orbite semblent avoir été construites avec les pièces disponibles sur le moment et on se demande comment elles font pour rester en place. Pour l’audio, le jeu utilise une trame sonore minimaliste et surtout électronique, à l’exception des moments où le joueur interagit avec l’une des nombreuses machines distributrices. Compléter une transaction fera jouer la musique thème d’une des corporations, avec un style rappelant encore une fois les années 50.

Les amateurs de combats seront servis dans The Outer Worlds, mais ceux qui préfèrent une voie plus pacifique ont aussi cette option
Les combats dans The Outer Worlds sont la partie que j’ai personnellement le moins aimée, mais heureusement il est possible d’en éviter plusieurs avec la bonne habileté

The Outer Worlds est un jeu qui fournira plusieurs heures d’amusement aux amateurs des jeux de rôle, surtout ceux qui auront été déçus par les dernières offres de Bethesda. Il va sans dire que Obsidian a su miser juste en lançant son jeu quelques mois après Fallout 76, ce qui lui apporte un large capital de sympathie. Cependant, même si on fait abstraction des similitudes entre les deux franchises, The Outer Worlds demeure un jeu solide, avec un univers intéressant, des personnages riches en profondeur et un sens de l’humour efficace. Je le recommande chaleureusement aux amateurs de science-fiction et de jeux de rôles.

The Outer Worlds

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Hilarant et satisfaisant

The Outer Worlds est le jeu que les amateurs de la franchise Fallout attendaient sans le savoir. Un univers riche, des dialogues savoureux et une grande liberté de choix pour le joueur.

User Rating : Be the first one !

À propos de Frédéric St-Georges

Je suis un geek assumé et fier de l'être, qui joue régulièrement aux jeux vidéo depuis l'âge de cinq ans, maniaque de séries télé comme Babylon 5, Star Trek Voyager et Game of Thrones. Geekbecois représente pour moi une belle opportunité de partager avec vous mes passions, vous informer et même parfois vous divertir avec un jeu de mots à la qualité douteuse!

Aussi à voir...

Super Lucky’s Tale : l’histoire attachante d’un adorable renard

Super Lucky’s Tales est un jeu qui saura ravir les plus nostalgiques. Il s’agit style …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.