Jeu de société Galaxies

Galaxies : un jeu de société qui brille littéralement dans le noir

L’entreprise Sphere Games est un des joyaux québécois de l’industrie des jeux de société. Basé dans la vieille capitale, le studio nous a donné par le passé l’excellent Fourmidable et sa version miniature ainsi que le jeu coopératif Mini Divercity. Alors que ces titres ont tous été créés via une mise en marché traditionnelle, l’entreprise avait fait une tentative sur Kickstarter en 2017. À ce moment, Sphere Games avait financé avec succès la version complète de Divercity, mais finalement annulé la campagne afin de continuer le développement du jeu.

Le studio sera toutefois de retour sur la plateforme Kickstarter dans les prochaines semaines avec un tout nouveau projet intitulé Galaxies. J’ai eu la chance de tester le prototype dernièrement et ainsi de vous partager mes impressions en avant-première.

Jeu de société Galaxies

Galaxies

Un style visuel complètement éclaté

Les joueurs qui s’attendaient à revoir le style somme toute classique de Fourmidable et Divercity dans Galaxies seront grandement surpris. Ainsi, Sphere Games semble avoir pris un virage artistique avec cette nouvelle entrée à son catalogue. D’entrée de jeu, les cartes et la boîte du jeu utilisent une approche photographique réaliste qui cadre bien dans le style moderne du jeu.

Le style visuel du matériel est encore plus intéressant. Galaxies utilise en effet de l’éclairage DEL intégré afin d’offrir un jeu qui brille littéralement dans le noir. Tant le marché central des étoiles que les plateaux de chacun des joueurs sont ainsi éclairés de l’intérieur et connectés entre eux puis soit à une pile ou directement dans une prise électrique. Grâce aux billes translucides qui représentent les étoiles, la galaxie créée brille ainsi réellement.

Mise en place de Galaxies
Galaxies prend tout son sens lorsque joué dans le noir.

Malgré qu’il ne s’agissait que d’un prototype imprimé en 3D, tout le potentiel visuel de Galaxies est déjà remarquable. Les enfants et les plus grands sont d’ailleurs attirés naturellement vers le jeu et ont automatiquement le goût d’y jouer dès qu’ils le voient sur la table.

Le pari est grand pour Sphere Games alors que le jeu pourrait très bien être le même sans la partie électronique qui ajoute sans l’ombre d’un doute plusieurs défis de production. Je pense que le jeu en vaut la chandelle et que Galaxies profite agréablement de ces innovations visuelles.

Une mécanique simple qui rappelle les plus grand succès récents

Dans sa version de base, les règles de Galaxies sont très simples et faciles à assimiler. À son tour, le joueur a deux choix :

  • piger deux étoiles (billes) dans le sac et les placer sur le multiverse, qui agit à titre de magasin central
  • récupérer toutes les étoiles d’une colonne du multiverse et les placer sur sa galaxie personnelle.

Quelques règles de placement assez simples influencent comment les joueurs vont installer les étoiles dans leur galaxie. De façon générale, il s’agit de regrouper les billes d’une même couleur ensemble. Attention par contre aux billes vertes qui quant à elles vous feront perdre des points en fin de partie.

La ronde se poursuit de cette manière jusqu’à ce que tous les joueurs aient choisi une colonne et ainsi fait progresser leur galaxie. Une nouvelle ronde est par la suite entreprise jusqu’à ce qu’un joueur ait rempli complètement sa galaxie.

Le décompte final prend ainsi place et dans la version de base, les joueurs marquent des points pour les éléments suivants :

  • 1 point par étoile dans leur galaxie ;
  • 1 point par étoile de leur couleur la plus fréquente ;
  • 5 points pour chaque ligne pleine complétée ;
  • 1 point par étoile de leur couleur ;
  • 2 points par couleur pour laquelle ils ont deux étoiles ou plus ;
  • -1 point par géante gazeuse (les billes vertes).

 

  • Plateau de joueur pour GalaxiesEn fin de partie, la galaxie du joueur devient vraiment superbe.

La mécanique de jeu est au bout du compte très simple et permet aux parties de se dérouler rapidement les unes après les autres. Du point de vue de la jouabilité, Galaxies n’est pas sans rappeler Azul ou Sagrada avec de petites décisions simples, mais un impact final important sur le score.

Un jeu qui s’adapte à vos joueurs

En plus de sa version de base, Galaxies offrent une variante plus complexe qui fait usage d’objectifs variables. Ainsi, au début de chaque partie, les joueurs vont piger au hasard trois objectifs différents qui remplaceront trois des six éléments de pointage à la fin de la partie.

Plateau de joueur pour Galaxies
Les cartes d’objectifs ajoutent beaucoup à la variabilité de Galaxies.

Les joueurs recevront de plus individuellement un objectif caché qui leur donnera une façon unique de marquer des points. Par exemple, ils pourraient se voir décerner des points pour les billes vertes, ce qui vient rapidement changer la dynamique de jeu.

Avec la campagne de sociofinancement qui arrive, il y a fort à parier que nous verrons plusieurs cartes être ajoutées en objectifs supplémentaires à la campagne, ce qui ajoutera encore plus de variabilité au jeu.

Une campagne Kickstarter québécoise avec beaucoup de potentiel

Au bout du compte, Galaxies a tout le potentiel d’être un grand succès sur Kickstarter. Avec un matériel lumineux unique qui se démarque des autres offres de la plateforme et un jeu accessible à tous, Sphere Games a peut-être une petite mine d’or entre les mains. De mon côté, j’ai adoré mon expérience d’essai et les enfants ont demandé formellement à ce que la famille participe à la campagne sur Kickstarter.

Vous pourrez donc compter sur moi pour vous reparler du jeu dans les prochaines semaines sur le podcast Kickstarter de Geekbecois afin de vous tenir à jour sur la sortie et l’évolution de la campagne.

À propos de Steve Tremblay

Passionné de jeux de société, de cinéma maison, de domotique et d'une foule de gadgets geek, j'espère pouvoir partager avec vous ces passions et les rendre contagieuses.

Aussi à voir...

U.S. Telegraph, la grande révolution des communications du Far West

Avec U.S. Telegraph, réédité par Super Meeple, nous nous sommes transportés au Far West américain …

Un commentaire

  1. Très curieux de suivre ce projet! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.