Nintendo PlayStation

La fameuse console Nintendo PlayStation est aux enchères !

Avez-vous plusieurs centaines de milliers de dollars à dépenser ? Souhaitez-vous devenir propriétaire d’un unique morceau d’histoire des jeux vidéo ? Si oui, vous serez heureux d’apprendre que présentement il y a une vente aux enchères pour le seul prototype existant d’une console mythique, la Nintendo PlayStation. Oui, vous avez bien lu, la Nintendo PlayStation.

Un partenariat prometteur qui s’est terminé par la création d’un grand rival pour Nintendo

En 1988, Nintendo et Sony ont conclu un partenariat pour développer une nouvelle version de la console Super Famicon et SNES qui ajouterait un lecteur CD-ROM. Le modèle, appelé Nintendo PlayStation, demeurerait compatible avec tous les jeux sur cartouche, en plus d’une collection de jeux disponibles sur le nouveau format Super Disc, développé par Sony. Les clauses de ce contrat de travail stipulaient que Sony maintiendrait le contrôle sur les logiciels disponibles sur le nouveau format, en plus de détenir les droits sur la musique et les vidéos. Ceci était bien différent du contrôle que Nintendo avait toujours maintenu sur le marché des jeux disponibles sur ses consoles, ce qui a rendu le président de l’époque, Hiroshi Yamauchi, plutôt nerveux. Derrière le dos de son partenaire, Nintendo a alors amorcé des négociations avec sa rivale, Philips, pour développer un lecteur CD-ROM. Au Consumer Electronics Show de 1991, Sony a annoncé en grande pompe la sortie prochaine de la Nintendo PlayStation. Le lendemain, Nintendo a fait l’annonce de son partenariat avec Philips, prenant tout le monde par surprise, surtout Sony.

Le partenariat Nintendo et Sony aurait dû aboutir sur une nouvelle version de la SNES, mais il aura finalement aboutit sur la création du plus grand rival pour Nintendo
La console Nintendo PlayStation peut utiliser des cartouches de Super Famicon, en plus d’accueillir des jeux du nouveau format de l’époque, Super CD

Cette trahison a causé un fossé entre les deux compagnies. Par la suite, Sony a approché le grand rival de Nintendo, SEGA, afin de développer conjointement une console. Après de premiers pourparlers positifs, les négociations n’auront pas abouti sur une entente. Sony a alors décidé de développer sa propre console, la Sony PlayStation, sortie en 1995. La nouvelle plateforme s’est avérée extrêmement populaire, avec plus de 102 millions de consoles vendues dans le monde. Le partenariat entre Nintendo et Philips n’aura finalement abouti sur rien. Pire encore, une clause dans le contrat stipulait que Philips aurait le droit d’utiliser des franchises de Nintendo pour sa propre console, la CD-i. Cela donnera certains des pires jeux mettant en vedette Mario et Link, comme Hotel Mario et Zelda Wand of Gamelon. Enfin, la réponse de Nintendo à la PlayStation de Sony, la Nintendo 64, aura fait piètre figure au niveau des ventes, ne s’écoulant qu’à 32 millions d’exemplaires, à peine le tiers de sa rivale. Nintendo ne sortira pas de console utilisant un disque optique avant la GameCube en 2001. Cette console aura mordu la poussière face à la PlayStation 2, qui est encore aujourd’hui la console ayant vendu le plus d’exemplaires de l’histoire avec plus de 150 millions d’unités.

Un morceau d’histoire disponible au plus offrant

La Nintendo PlayStation est devenue une sorte de Saint-Graal mythique pour les collectionneurs de consoles rétro. Jusqu’à tout récemment, on croyait qu’aucun prototype n’avait survécu, mais en 2015, un ancien employé de la compagnie de crédit américaine Advanta a reçu un lot de produits divers provenant de son ancien employeur, maintenant en faillite. Parmi ceux-ci se trouvait un prototype de la Nintendo PlayStation, laissé à la banque par l’ancien PDG de Sony Computer Entertainment, Olaf Olafsson. La console pouvait recevoir des cartouches Super Famicon, mais le lecteur CD n’était pas fonctionnel. Ce dernier a été réparé, mais aucun jeu officiel n’a été lancé utilisant le format Super CD. Des programmeurs enthousiastes ont produit quelques jeux maison qui fonctionnent avec le système.

Une clause du partenariat Nintendo et Philips permettait à cette dernière d'utiliser des franchises Nintendo pour sa console, la CD-i.
Après avoir tourné le dos à Sony, Nintendo se joindra à Philips pour développer son lecteur CD-ROM pour la SNES (qui ne sera jamais lancé). Philips sortira sa propre console, la CD-i, qui sera un échec commercial.

Le modèle a été mis aux enchères par la compagnie Diebold pour une mise de départ de 15,000$ US. Au moment d’écrire cet article, la mise gagnante se hissait à 350 000$ US et il restait encore 18 jours avant la fermeture de l’enchère. Il y a fort à parier que ce montant augmentera encore de façon significative, ce qui pourrait faire de ce prototype la pièce de collection la plus dispendieuse de l’histoire du jeu vidéo.

Page de l’enchère de la Nintendo PlayStation

À propos de Frédéric St-Georges

Je suis un geek assumé et fier de l'être, qui joue régulièrement aux jeux vidéo depuis l'âge de cinq ans, maniaque de séries télé comme Babylon 5, Star Trek Voyager et Game of Thrones. Geekbecois représente pour moi une belle opportunité de partager avec vous mes passions, vous informer et même parfois vous divertir avec un jeu de mots à la qualité douteuse!

Aussi à voir...

[CONCOURS] Nidavellir : bien au-delà d’un jeu d’enchères et de collection de cartes

Bienvenue dans les contes et légendes de Nidavellir. Autrefois paisibles, les terres sauvages et glacées …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.