Concours

Otakuthon 2018 : le rendez-vous de plus de 23 000 otakus

Du 3 au 5 août, le Palais des congrès de Montréal a été l’hôte de la 12e édition de l’Otakuthon. Plus de 23 000 personnes ont foulé le sol du palais. Parmi eux, il y avait moi-même et ma collègue Claudia et nous étions prêtes à découvrir l’édition 2018.

Déjà en nouveauté cette année, les administrateurs du festival ont investi beaucoup d’argent dans un nouveau système de badges. Au lieu d’un simple carton avec notre nom, c’était une passe avec une puce électronique. À différents points d’entrée, il fallait scanner notre passe contre des bornes spécialisées. Cette nouveauté sauve un peu de temps aux des bénévoles. Néanmoins, puisqu’il n’y a pas de photos, le vol de badge est plus probable et si une borne de scannage est en panne, ça crée des bouchons. Surtout si la borne se trouve à la fin d’un escalateur.

La programmation et les invités

Il ne manquait pas d’activités durant la fin de semaine ! Les salles de visionnement proposaient des premières montréalaises de films d’anime et Thermae romae,un film japonais portant sur la culture romaine en partenariat avec le Consulat général du Japon. Fidèle à ses habitudes, le festival offre toujours une programmation 18+ de hentai, yurithon et yaoithon pour les oiseaux de nuit. Si rester assis et regarder des animes ne vous intéressait pas, salle de jeu vidéo, salle de jeux sur tables, Dollfest et maid café étaient aussi au menu. Pour une expérience authentique de ses cafés où de jolis serveurs et serveuses vous accueillent et vos rendent service, un détour au Maid café pour savourer des gâteries japonaise étaient de mise.

L’Otakuthon est reconnu pour sa programmation et ses invités issus de plusieurs industries japonaises. Du côté de la musique, il y avait Capcom Lives, fhána, la chanteuse Lia, le groupe Maidreamin et la chanteuse pop Shiena Nishizawa. Du côté doublage, pour l’industrie japonaise, le festival a invité Hirokatsu Kihara qui travaille avec le Studio Ghibli. Dans le doublage nord-américain, on a pu retrouver Kyle Hebert, Lauren Landa, Erica Mendez et Erica Schroeder (alias Bella Hudson). Il y avait aussi des gros noms pour le cosplay pour juger le World Cosplay Summit. L’équipe 2016 de la France, Aluota et Milou, et la mannequin italienne Yuriko Tiger, connue pour ses costumes de Tekken.

Les costumes

La mascarade cette année a attiré 70 participants de tous les niveaux. On a pu voir des cosplays d’Overwatch, de Sailor Moon, de Zelda et aussi de l’artiste japonaise Sakizo. Certains participants ont misé beaucoup sur leur performance sur scène. Je note ici la participante en Madoka qui a offert un quick change pour devenir Goddess Madoka. Samedi étant LA plus grosse journée pour le cosplay, voici quelques photos de nos coups de cœur et passez voir notre galerie complète sur notre page Facebook.

Les sélections canadiennes pour le World Cosplay Summit étaient présentées le dimanche. Dix équipes ont tenté leur chance dans une compétition haute en couleurs. C’est l’équipe Doll Damaaj qui a remporté les honneurs. Pour en savoir davantage, allez consulter mon article ici.

L’allée des artistes

Toujours une attraction importante, l’allée des artistes n’a pas déçu. L’espace consacré à ceux-ci semble s’agrandir d’année en année. Personnellement, c’est une occasion de se procurer des items de séries pas très connues ou populaires. Certes, il y a et aura toujours des affiches et du fan service, mais quand on prend le temps de regarder, on découvre des petits bijoux ! Voici mon butin de la fin de semaine.

En conclusion

La popularité du festival augmente d’année en année, mais la formule reste la même. Même si Otakuthon partageait sa fin de semaine avec Osheaga, elle n’a pas déçu côté activités et choses à voir. Un autre bémol pour ma part est le manque d’offres spéciales pour les hôtels. Il n’y avait rien en bas de 200$ la nuit et pour trois jours, ça cher pour ceux et celles qui ne résident pas à Montréal. En espérant que l’année prochaine, la 13e édition de l’Otakuthon nous réserve de belles surprises !

On se revoit les 16, 17 et 18 août 2019 !

À propos de Catherine Ruscigno

La passion pour la culture geek a commencé très tôt pour Catherine. Elle regardait Medabots, Digimon, Sailor Moon, Pokemon et les Power Rangers tandis que ses amies regardaient Ramdam et autres. Lorsqu'elle n'est pas trop occupée à gérer des banques d'images, Catherine fait de l'aïkido, s’adonne au cosplay et participe aux festivals de bandes dessinées et de culture japonaise, une activité qu'elle adore faire depuis 2011. Vous la trouverez sûrement en Power Rangers!

Aussi à voir...

Top 5 des animes qui vous feront pleurer

Avec le temps des fêtes qui approchent à grands pas, quoi de mieux que de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.