Obey Me : un hack ‘n’ slash’ indie qui gagne à être connu !

Si vous cherchez sur le web, Obey Me ne semble vraiment pas très connu. Vous tomberez sur des jeux de romance japonaise assez louches qui n’ont rien à voir avec le titre du développeur Error 404 Game Studios. Obey Me est sorti il y a quelque temps et c’est d’une tristesse qu’il soit si peu connu et que pratiquement personne n’en ait entendu parler. Est-ce que c’est un jeu parfait ? Absolument pas. C’est même un jeu que je qualifierais de bien, sans plus, mais c’est un jeu d’un petit studio avec une prémisse et quelques idées intéressantes. Tous les jeux ne peuvent être des AAA à plusieurs millions et ce que Obey Me fait, il le fait bien, malgré une technique un peu douteuse. C’est un jeu avec lequel vous passerez un bon moment et c’est surtout un jeu qui mérite d’être plus connu !

Obey Me : entre l’ombre et la lumière

On peut voir les obstacles dans l’environnement. 

Anges ou démons

Depuis toujours, le paradis et l’enfer se livrent une guerre sur le contrôle des âmes du monde matériel. Votre personnage, Vanessa Held, est un démon inférieur servant l’archiduc de l’avarice Ammon. Son rôle est de remplir des missions afin de faire progresser le plan de l’archiduc tout en récoltant les âmes des pauvres gens ayant vendu celles-ci à Ammon. Sans le vouloir, vous ferez, bien malgré vous, pencher la balance dans ce conflit millénaire. Comme compagnon, vous aurez comme partenaire Monty, un chien des enfers désabusé et sarcastique. C’est vraiment lui qui vole la vedette du jeu ! L’histoire est racontée à l’aide d’images fixes et du dialogue écrit et parlé. J’ai embarqué et apprécié l’histoire. J’aurais aimé qu’elle soit racontée de façon plus dynamique, mais on parle ici d’une petite compagnie, c’est plus facile d’ignorer les défauts. J’ai vraiment aimé les remarques de Monty tout au long du jeu. L’histoire est toutefois un peu clichée.

Le jeu est toujours un peu brun.

Un style simple et classique

Le créateur le décrit comme un 3D brawler, ailleurs on le décrit comme un beat ’em up, mais de mon côté je le décrirais comme un hack ‘n’ slash. Pensez à un genre de Marvel Ultimate Alliance et vous serez près de la jouabilité du jeu. Vanessa possède quelques armes à son actif, vous débutez avec des dagues, mais au fur et à mesure que le jeu progresse, vous trouverez d’autres armes qui changent la jouabilité du jeu. Les dagues Azia sont rapides, mais faibles, le marteau Yonpho est puissant, mais lent. Rien de nouveau sous le soleil. Vous pouvez changer d’arme rapidement et c’est un plus, mais peu importe, le jeu n’est pas très fort à vous forcer à utiliser telle ou telle arme, c’est à votre choix. Les boutons servent à faire différents combos, mais j’ai trouvé que c’était beaucoup du « pitonnage » et peu de technique. Vous avez une esquive pour vous sortir du pétrin et des arbres de talents dans lesquels vous progresserez selon vos goûts et vos armes préférées. Monty, quant à lui, a une attaque et des formes différentes pour le chien. Ces formes servent à ajouter des éléments aux attaques, vous débutez avec le feu. Une des mécaniques du jeu est la possibilité de fusionner avec Monty pour un maximum de dégâts. C’est bien, mais peu utile. La jouabilité est simple, un peu répétitive et peu variée. Il faut aimer le style. De mon côté, j’apprécie. Les meilleurs moments sont ceux où l’environnement est votre ennemi ! Le gros point fort du jeu est de pouvoir y jouer avec un partenaire. L’un de vous contrôle Vanessa et l’autre Monty. C’est vraiment plus agréable de cette façon.

Le genre d’arbre de talents.

Une technique à retravailler

Le plus gros problème du jeu est la technique. Que ce soit pour l’audio ou le moteur, ça roule carré. Les voix sont monotones et peu réussies. Beaucoup de ralentissements étaient présents, mais j’ai l’impression que ce fut amélioré avec le temps, lorsque j’ai rejoué ça semblait moins présent, mais toujours dérangeant. Beaucoup de « fissures » d’image aussi. Bref, c’est un petit studio, on peut en permettre un peu plus, mais ce serait agréable que ce soit corrigé dans le futur. Mon plus gros désagrément est le système de combat un peu brouillon. Impossible de mettre fin à un combo alors parfois, on se retrouve vulnérable pour rien. Un système de pointage des combats est aussi présent, mais outre quelques trophées ou succès, ce n’est pas du tout important puisqu’on ne peut se comparer à personne.

Trop de choses à l’écran ralentissent le jeu.

Un petit coup de coeur

Le jeu n’est pas parfait, en fait je ne comprends pas pourquoi je l’apprécie autant. Très classique, peu imaginatif, le mode coop est un impératif pour véritablement apprécier le titre. L’histoire est banale, mais pas désagréable. L’univers autour semble extrêmement intéressant, il y a même des bandes dessinées sur le jeu qui sont disponibles. Malheureusement, j’ai l’impression que ce jeu a raté sa sortie et tombera dans l’oubli sous peu. Attendez des rabais et il en vaudra largement la peine. Je suis très satisfait de mon côté puisque je suis entré dans le titre sans attente ! Ma critique semble dure, mais essayez Obey Me et vous serez peut-être surpris, comme moi !

En attendant, je vous suggère cette critique d’un jeu un peu semblable, Bastion, qui est un véritable chef d’oeuvre à petit prix !

J’aime

  • Jouer le jeu en coop
  • La personnalité du chien Monty
  • L’univers du jeu

J’aime moins

  • Les combos ne semblent pas au point
  • C’est très brun comme jeu
  • Des ralentissements ternissent l’expérience

La copie de Obey Me a été fourni par Blowfish Studios.

Obey Me

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Bien

J'ai vraiment apprécié ce jeu, pas trop long, charmant, un peu brun par contre. Le jouer en coop est un charme ! Très dommage qu'il soit passé sous le radar. Il s'agit d'un jeu ultra classique par contre, soyez-en avertis.

User Rating : Be the first one !

À propos de Olivier Grondines

Fanatique des jeux vidéo depuis le premier 386 familial. Cinéphile à temps partiel. J'adore me plonger dans tout ce qui se considère comme jeux vidéo même si mon coeur réside dans le rétro !

Aussi à voir...

Ooblets

Ooblets : l’étrange fusion entre Stardew Valley et Pokémon

En 2017, une bande-annonce du jeu avait été présentée lors de l’E3. Cela fait donc …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.