Merv, the Heart of the Silk Road : un jeu euro dans la plus pure tradition

L’attente est longue, les retards sont nombreux et nous sommes confinés. C’est un drôle de temps pour les amateurs de jeux de société. Malgré tout, une fois de temps en temps, un jeu arrive et fait toute notre joie. Non je n’ai pas encore reçu Alma Mater mais plutôt Merv the Heart of the Silk Road. Un jeu de Fabio Lopiano qui nous a donné, l’an dernier, le jeu Ragusa. Merv est merveilleusement illustré par Ian O’Toole, illustrateur de talent.

Il est de plus en plus difficile de se faire une idée sur les nouveaux jeux. Comment a-t-on adapté telle ou telle mécanique. Comment le jeu sera à un, deux, trois ou quatre joueurs ? Parce que oui, avec le confinement, le mode solo est de plus en plus populaire. L’équipe de Geekbecois tente chaque semaine de vous parler de jeux afin de vous aider à vous faire une idée. Je vous parle donc de mes premières impressions de Merv, the Heart of the Silk Road.

  • Auteur : Fabio Lopiano
  • Illustrateur : Ian O’Toole
  • Éditeur : Osprey Games
  • Nombre de joueurs : 1 à 4
  • Âge :  14 ans et plus
  • Durée : 90 minutes
  • Année : 2020
  • Page officielle du jeu
  • Page BoardGameGeek

Mécanismes

Évidemment, de nos jours, on n’invente plus rien ou presque. Par contre, ce qui est intéressant de voir, c’est si les différents mécanismes collent bien à la thématique. Les jeux sont souvent un assemblage de mécanismes qui devraient coller au thème. Avec Merv, rassurez-vous, il y a un lien cohérent entre les différentes mécaniques et la thématique du jeu. Vos courtisans devront plaire au Sultan pour obtenir des faveurs, vous devrez avoir plus d’influence pour commercer davantage, construire des défenses pour la ville vous apportera des points, encore plus si vous protégez les autres, à cause de votre grandeur d’âme. Somme toute, la thématique colle bien.

Rondelle d’actions

Le plateau central est construit de tuiles (25) placées aléatoirement. Votre maître meeple devra s’arrêter devant une rangée pour y sélectionner, s’approprier et/ou activer une tuile. Il pourra aller aussi loin qu’il veut dans la première section et sera le seul à y activer une tuile pour ce tour. Il y a quatre tours par manche et trois manches dans le jeu. Un total de douze actions principales dans tout le jeu. À vous de bien choisir vos actions secondaires et de bien aligner les combos.

Pistes de progressions

Toutes les autres sections du plateau de jeu sont faites comme des pistes sur lesquelles vous devrez progresser. Ça semble étrange, mais ça fonctionne très bien. À la mosquée, votre implication sera récompensée par des avantages divers, au palais vos courtisans obtiendront des faveurs, aux caravanes vous pourrez acheter des épices, dans les villes autour vous devrez acheter des biens communs et rares, etc. Il en est de même pour la bibliothèque et le chantier de construction, c’est plein de bonus. Le tout est bien intégré et on voit rapidement les combos à faire et les multiples avenues à prendre pour faire des points.

Tower defense

Si le jeu se déroule sur trois manches, les deux dernières seront cruciales. À la fin de ces deux dernières manches, les Mongols vont attaquer la ville. Il le feront avant la phase de pointage de fin de manche. C’est important, parce que les bâtiments qui ne sont pas protégés par un garde ou une muraille devront payer une rançon ou être détruits et ils ne rapporteront alors aucun bénéfice. D’une façon ou d’une autre, ça vous coûtera de la ressource.

Collection d’ensembles

L’accumulation de cartes d’épices est très avantageuse. À partir d’une paire de cartes de la même épice vous allez bénéficier d’un bonus. Il faudra d’abord vous mériter le droit de commercer plus d’une sorte d’épice sur la piste d’influence et ensuite avoir la chance de les acheter. Attention, à la fin, ce ne sont pas les cartes d’épices similaires mais les différentes qui pourront vous donner plus de points. Déchirés entre les bonus immédiats et ceux de fin de partie, que choisirez-vous ?

Gestion de ressources

Il n’y a pas d’argent dans ce jeu, c’est de la ressource que vous devrez transiger afin de progresser. Seule déception, les ressources sont des cubes de bois. Les amateurs de jeux euro ne s’en offusqueront pas, ils ont l’habitude. De nos jours, ça fait un peu ordinaire tout de même. L’activation des bâtiments sur le plateau central sera votre principale source de cubes. Vous pouvez activer tous les bâtiments d’une même couleur, qu’ils soient à vous ou non. L’activation des bâtiments de vos adversaires pourrait leur donner des ressources également. Attention de ne pas trop les aider.

En conclusion

Il est difficile de vous parler davantage de Merv sans tomber dans l’hypothétique. Avec le confinement, il est impossible de tester le jeu avec sa configuration idéale de trois à quatre joueurs. Il existe une variante à deux joueurs avec un joueur fictif qui restreint vos mouvements et qui est à la fois contrôlé par vous et votre adversaire. Ça semble fonctionner assez bien.

Pour le mode solo, il faut ajouter un adversaire, qui lui, fera des points, le magistrat corrompu. C’est un peu plus lourd à opérer et je n’ai pas testé pleinement le tout, pas assez pour vous en parler. Ça semble un peu long à mon goût mais il y a fort à parier que le confinement me fera éventuellement changer d’idée.

Le jeu est beau, les mécaniques sont plus simples qu’elles en ont l’air et sont bien intégrées à la thématique. Une bonne addition à votre collection si vous êtes un joueur d’euro. Je le recommande, c’est certain, si vous avez un penchant pour les jeux qu’on qualifie de salade de points. Si vous avez aimé Trajan, Clans of Caledonia ou La Couronne d’Emara, vous avez de bonnes chances d’aimer Merv, the Heart of the Silk Road.

Pour avoir un aperçu des règles, vous pouvez visionner ma vidéo préparée pour ma chaîne YouTube, L’Atelier du Meeple.

 

À propos de Martin Lauzon

Amateur de jeux de société, de comic books américains, de BD québécoises et européennes, YouTuber amateur, artiste visuel et musicien. J'ai trop de passe-temps alors j'ai décidé d'ajouter Geekbecois à la liste.

Aussi à voir...

Les Aventuriers du Rail Europe 15e anniversaire : nos impressions

Tel qu’annoncé il y a quelques mois, Days of Wonder a souligné le quinzième anniversaire …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.