Découverte manga : Hiraeth, la fin du voyage

Hiraeth, la fin du voyage est un manga d’une douceur incomparable. Les réflexions y sont intelligentes et l’humour est léger. La palette de sentiments que l’on ressent en lisant ce manga est immense. Aussi, le fait de devoir se confronter à des réflexions concernant la vie et la mort d’une manière poétique est très intéressant. Êtes-vous prêt à découvrir l’émouvant récit qu’est Hiraeth, la fin du voyage ?

  • Titre original : Hiraeth wa Tabiji no Hate
  • Dessin : Kamatani Yuhki
  • Scénario : Kamatani Yuhki
  • Éditeur VF : Akata
  • Année : 2023
  • Genre : Aventure, Drame, Fantastique
  • Nombre de tomes : 1 (en cours)
Hiraeth, la fin du voyage

Synopsis

Mika, ne supportant pas la mort d’une de ses proches, s’apprête à se jeter sous un camion pour anéantir sa peine… Mais elle est sauvée in extremis par un mystérieux (et sexy !) jeune homme qui s’avère en réalité être un zombie. La lycéenne va alors s’embarquer dans un mystérieux voyage aux côtés de son sauveur, mais aussi d’un étrange individu qui prétend être une divinité. Les voilà partis sur la route, à trois, pour se rendre au pays des morts… Tout au long de son chemin et au fil de ses mystérieuses rencontres, retrouvera-t-elle goût à la vie ? À moins que son véritable souhait ne soit tout autre…

Mon avis

La première impression

Hiraeth, la fin du voyage m’a d’abord charmé par sa couverture sublime. J’ai adoré les couleurs et le coup de crayon du mangaka dès le premier regard. En feuilletant rapidement le volume, j’ai pu remarquer que les dessins étaient tout aussi magnifiques à l’intérieur qu’à l’extérieur. J’avais déjà entendu parler de ce mangaka via ses précédentes œuvres, mais je n’ai jamais eu l’occasion de les découvrir, bien qu’elles me faisaient de l’œil. Je pense notamment à Nos c(h)œurs évanescents. J’étais donc ravie de constater l’étendue du talent du mangaka via le premier tome de ce manga. Aussi, avouons-le, le résumé est intrigant. Il sort des sentiers battus.

Visuellement parlant, le mangaka parvient avec brio à nous envelopper dans son univers. Vous serez assurément charmé par la couverture, mais aussi par les planches qui sont un réel régal pour les yeux. Les détails, les paysages, les personnages, tout est sublime. Le coup de crayon de l’auteur est impeccable.

Un deuil difficile

Mika est dévastée par la mort de sa meilleure amie. Elle décide de mettre fin à ses jours en se jetant sur la route, devant un camion. Mais alors que celui-ci allait la percuter, un homme immortel nommé Hibino la sauve de justesse. Elle apprend que cet homme accompagne un dieu jusqu’au pays des morts. Elle décide de se joindre à eux, espérant retrouver son amie dans l’au-delà. Le sujet du manga nous amène à nous poser énormément de questions concernant la fin de la vie. Qu’est réellement la mort ? Est-ce réellement la fin du voyage ?

Trois compagnons de route

Nos trois protagonistes sont très intéressants et forment un trio improbable. Tout d’abord, nous avons Mika, une humaine qui ne semble pas consciente de la gravité de ses actes. C’est avec le sourire aux lèvres qu’elle se jette devant un camion, dès les premières pages, espérant retrouver sa meilleure amie. Elle ne parvient pas à faire son deuil et ne peut s’empêcher de croire que la solution est de la rejoindre. Ensuite, nous avons Hibino qui, en tant qu’immortel, ne craint pas la mort. Il a vu énormément de ses proches mourir et, contrairement à Mika, il s’y est malheureusement habitué. Pour finir, la divinité en qui plus personne ne croit. Nos trois personnages ne craignent pas la mort. En réalité, chacun d’entre eux aimerait y parvenir, et ce, avec plaisir.

Par amour, Mika est prête à mettre fin à son voyage afin de rejoindre sa meilleure amie. La divinité, sans l’amour de ses fidèles, n’a plus de raison d’exister. Elle est donc prête à mettre fin à ses jours. Hibino, de son côté, ne pouvant pas mourir, s’interdit d’aimer, afin de ne plus souffrir de leur perte.

 

« Tu avais l’air de quelqu’un qui a perdu le monde entier et que la mort attire à elle.  »

En conclusion

On ne peut s’empêcher d’apprécier Mika. Elle est attachante et sa détresse concernant son impossibilité à faire son deuil est poignante. Elle décide même que cette tristesse est si forte que la seule façon d’y mettre un terme, c’est de mettre fin à sa vie afin de rejoindre son amie dans l’au-delà. Cette réflexion est un tel déchirement pour le lecteur. On aimerait que Mika parvienne à faire son deuil, qu’elle reprenne goût à la vie. Pourtant, c’est avec le sourire aux lèvres qu’elle affirme vouloir mourir. C’est déchirant. Toutefois, les réflexions que nous offre Hiraeth, la fin du voyage sont percutantes. On y aborde la mort, la fin de la vie avec une étrange légèreté. On pourrait croire cette thématique morbide, mais l’humour léger et la délicatesse des propos rendent la thématique qu’est la mort, en réalité, belle.

Bref, j’espère que notre héroïne parviendra à faire son deuil et qu’elle surmontera sa tristesse, qu’elle trouvera une raison de vivre. L’amour, peut-être ? Pourquoi pas ! Nos protagonistes, bien qu’ils soient un drôle de trio, apprendront probablement les uns et des autres. Après tout, ils voient tous la mort différemment. La fin d’un voyage ou plutôt, le début du voyage, dans ce cas-ci. Je ne peux pas dire que j’ai eu un coup de cœur pour Hiraeth, la fin du voyage, mais ce n’est pas passé loin. La série comptera, au total, trois tomes. Vous ne voulez pas passer à côté de cette histoire !

D’autres titres similaires qui pourraient vous plaire…

Adieu mon utérus concernant les propos sérieux abordés de manière légère.
Second Summer, Never See you Again et Ce printemps rémanent abordant la mort d’un camarade de classe.

J’aime

  • La thématique
  • Les émotions ressenties durant la lecture

J’aime moins

  • Le fait de ne découvrir ce mangaka qu’aujourd’hui

La copie du manga Hiraeth, la fin du voyage a été offerte par Interforum Canada.

Hiraeth, la fin du voyage

Texte, narration et scénario
Graphismes
Impression générale

Bien !

Ce premier tome étonne par ses propos intelligents et sensibles. On allège le tout avec une petite touche d'humour. Hiraeth, la fin du voyage vous offrira une immense vague de sentiments en tout genre.

À propos de Jessica Côté Acteau

Mon côté geek est né très tôt. C'est avec Ash, le dresseur de Pokémon et Sakura, la chasseuse de cartes que j'ai grandi. J'étais déjà une grande amatrice de l'animation japonaise et ça m'a suivi de l'enfance à l'âge adulte. Ma passion pour les jeux vidéo a, quant à elle, débuté au même moment. Armée de mon Game Boy Color, j'étais déjà une grande dresseuse de Pokémon, à l'époque ! C'est néanmoins la série The Legend of Zelda qui m'a fait tomber en amour avec le gaming. Depuis, qu'il s'agisse de jeux ou de japanimation, j'en mange tous les jours.

Aussi à voir...

Gene Bride

Découverte manga : Gene Bride

Je suis toujours très intriguée de découvrir de nouveaux josei. Principalement parce qu’il y en …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.