Keanu Reeves est le BRZRKR
BRZRKR #1 de Keanu Reeves est paru le 3 mars 2021 (Crédit: BOOM! Studios)

BRZRKR : une entrée en scène réussie pour Keanu Reeves ?

Keanu Reeves est le co-auteur et le principal protagoniste de la série BRZRKR publiée chez BOOM ! Studios. Nous vous en parlions récemment. Le premier numéro de cette co-création de l’auteur Matt Kindt est paru le 3 mars. Est-ce que nos espoirs très élevés étaient justifiés ?

  • Titre : BRZRKR #1
  • Éditeur : BOOM ! Studios
  • Texte : Matt Kindt / Keanu Reeves
  • Illustrations : Ron Garney / Bill Crabtree
  • Date de sortie : 14 octobre 2020

Aussi épais qu’une feuille de papier

Je parle ici du scénario. Avez-vous toujours rêvé de voir Keanu Reeves reprendre son rôle de John Wick mais en ajoutant les pouvoirs de Wolverine ? Non, moi non plus. C’est la prémisse de base de la série et, du même coup, la teneur de l’entièreté du premier numéro.

Keanu Reeves est co-auteur BRZRKR
Keanu Reeves interprétant John Wick

Le lecteur y rencontre le personnage principal, un soldat surhumain, qui se prépare à un assaut dont on ne connait pas trop la teneur. Ce n’est visiblement pas nécessaire puisque ça permet une scène d’action. Qui n’aime pas l’action ?

Vous vous rappelez les premières minutes de Avengers : Age of Ultron ? On y voit les Avengers attaquer une base de Hydra. Rien de bien révolutionnaire. BRZRKR fait un peu la même chose avec un ajout inattendu : on le voit tuer de façons grotesques (et imaginatives, si je suis honnête) des soldats ennemis. Le hic, c’est que cette séquence s’étale sur une quinzaine de pages. Je rappelle qu’un comic book en compte généralement 28…

BRZRKR page avec Keanu Reeves
Keanu Reeves, sous les traits de BRZRKR, se jette dans l’action. (Crédit : BOOM ! Studios)

C’est juvénile, tout simplement. Je pense avoir battu mon propre record du plus grand nombre de roulements d’œil pendant cinq minutes. C’est à peu près le temps que le premier numéro du premier ouvrage de Keanu Reeves prend à lire.

Après ce massacre sans fondement passé, le lecteur découvre une nouvelle intrigue qui n’en est pas vraiment une. Je m’explique. On comprend que le personnage principal est quasi-immortel et qu’il vit depuis des millénaires. C’est la grosse surprise de ce premier opus. C’est un peu moins surprenant lorsqu’on se rend compte que cet élément du scénario a servi à faire la promotion de la série…

En toute honnêteté, un seul élément m’a réellement interpellé : Keanu Reeves (ne nous faisons pas de cachette, le personnage est simplement l’acteur) a une mémoire parfaite ; il n’a absolument rien oublié de toute son existence.

Faire son possible

Dans le contexte, l’illustrateur Ron Garney et le coloriste Bill Crabtree font un excellent travail. Il faut d’ailleurs rappeler que BOOM ! Studios, dans les dernières années, s’est fait un devoir de mettre sur le marché des bandes dessinées qui se comparent en qualité à celles de Marvel ou DC Comics. BRZRKR ne fait pas exception dans cette approche.

Les deux sont malheureusement menottés par les nombreuses pages de la séquence d’amorce. Combien de fois un illustrateur peut dessiner une tête écrasée de façon originale ? Garney peut s’exprimer un peu mieux vers la fin avec plus de variété.

BRZRKR #1 présente un excellent exemple du travail, souvent dans l’ombre, du coloriste. Crabtree, dans ce rêve éveillé de Keanu Reeves, varie bien ses couleurs pour différencier les différentes séquences. On passe de pages surexposées de rouge à des couleurs plus froides et bleues. En plus de suivre l’action, ces choix permettent aussi de suivre l’état d’esprit de « John Wickverine ».

Choix de couleurs dans BRZRKR de Keanu Reeves
Les artistes s’illustrent dans ce numéro. (Crédit : BOOM ! Studios)

La suite des choses et mon grain de sel

Il m’apparait clair, en fait, que cette série n’est qu’une sorte de mise en scène pour faire adapter l’histoire au cinéma. Une campagne marketing nouveau genre, en d’autres termes.

Keanu Reeves n’est pas dupe. Effectivement, il connait très bien sa popularité actuelle. Pourquoi ne pas l’utiliser pour se trouver du travail dans le futur ? Ce qui n’est pas à négliger, c’est que l’acteur d’origine canadienne détient au moins une partie des droits d’auteurs de la série. Ainsi, si un studio décide de tenter sa chance avec John Wickverine et de l’adapter au grand écran, Keanu sera doublement gagnant. En effet, il pourra bénéficier de la vente des droits en plus de négocier son rôle directement dans l’adaptation.

La guerre du contenu nous a amenés là.

Le plus obscène dans tout ça, c’est que les co-créateurs Matt Kindt et Keanu Reeves avaient financés leur projet de comic book à 100 % en sociofinancement AVANT même de signer une entente de publication avec BOOM !

Je résume donc. L’acteur fait de l’argent sur la campagne de financement. Il profite ensuite de l’entente avec l’éditeur. Il risque de bénéficier de l’acquisition des droits par un studio en plus d’obtenir sa part du gâteau en jouant dans le film ou la série. Ce n’est pas tout ! Puisqu’il est créateur de la propriété intellectuelle, il pourra aussi recevoir une partie des profits de toute adaptation.

Tout ça pour une série qui démarre comme un pétard mouillé. Ça ne doit pas être facile d’être Keanu Reeves…

À propos de Christopher C. Jacques

Aspiré dans la culture geek à l'âge de 12 ans, je suis devenu un vrai de vrai geek. Mes passions dans l'ordre: Star Wars (évidemment), les comics (DC, Marvel, indies), les conventions et les films.

Aussi à voir...

WandaVision

WandaVision arrive le 15 janvier sur Disney+

En 2021, les adeptes de Marvel seront gâtés avec plusieurs séries à venir sur Disney+ …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.