Another Code : Recollection – Une refonte en dents de scie

Another Code : Recollection est une compilation de deux jeux. Premièrement, il y a Another Code : Two Memories, mieux connu sous le nom Trace Memory en Amérique du Nord. Le deuxième jeu est Another Code : R – A Journey into Lost Memories. Sorti en 2009 en Europe et au Japon, cette suite n’a jamais traversé en Amérique du Nord. Vous aurez donc l’occasion de faire la suite du jeu DS pour la première fois sur la Nintendo Switch puisque la Wii était verrouillée pour les jeux européens.

Another Code : Recollection – Plus qu’une couche de peinture

  • Studio de développement : Arc System Works
  • Éditeur : Nintendo
  • Genre : Puzzles, Roman graphique
  • Plateformes disponibles : Nintendo Switch
  • Classement : T – Adolescent
  • Prix : 79.99$
  • Site officiel du jeu
Another Code
Ahsley Robins est l’héroïne de la série Another Code. ©Nintendo

Une histoire intéressante

Vous incarnez Ashley Mizuki Robbins, une adolescente de 13 ans. Ses parents ont été assassinés lorsqu’elle était plus jeune. Votre tante Jessica vous a élevée depuis les tragiques évènements. Mais est-ce bien le cas ? Il est difficile de résumer l’histoire du jeu puisqu’on entre rapidement dans le vif du sujet. Sans rien divulgâcher, ou du moins, en parlant seulement des premières minutes du jeu, vous êtes convié à aller sur une île retrouver votre père que vous pensiez mort. Apparemment, Jessica est au courant qu’il est vivant, mais n’a pas cru bon de vous le dire. Elle avait promis de ne rien révéler. On en est là. Vous aurez BEAUCOUP de dialogue. C’est un film avec quelques séquences interactives plus qu’un jeu en premier. Parfois, les dialogues semblent interminables, mais heureusement, l’histoire est agréable.

Point négatif, ou positif si vous jouez pour la première fois à cette série, les deux jeux sont considérés comme la moitié d’un seul jeu. Vous ne pouvez pas débuter directement à l’opus sorti sur Wii à l’époque. Du moins, je n’ai pas trouvé l’option. Ayant déjà fait le jeu sur DS, je voulais embarquer directement dans la suite, mais bon, ce fut un rafraichissement. Drôle de décision, surtout que la suite n’avait jamais été publiée en Amérique du Nord, mais ça donne une expérience plus cohésive si c’est votre première fois. La deuxième partie qui remplace le jeu sorti sur Wii prend place 2 ans plus tard. Ashley a 16 ans, elle part en camping dans une forêt et devra résoudre 1001 mystères et situations qui se présentent à elle. Je n’en dirai pas plus, puisque ce serait divulgâcher le premier jeu.

En plus du mystère de votre père qui n’est finalement pas mort, vous aurez aussi la compagnie de Daniel Edwards dit ‘D’. L’esprit d’un enfant amnésique qui ne se souvient pas du tout pourquoi il est rendu où il est. Vous devrez donc faire le ménage dans votre tête et retrouver vos souvenirs pour démêler tout ça.

Another Code
Les personnages sont très beaux. ©Nintendo

Une refonte bien réalisée

Les jeux mettaient de l’avant les contrôles propres à la DS et la Wii. Arc System Works a dû adapter Another Code : Recollection puisque les contrôles ne sont plus disponibles. Parfois, il fallait bouger la Wiimote ou refermer légèrement le couvercle de la DS, mais ici les Joy-Con n’ont pas la même « magie » que la Wiimote et le stylet du DS. Certaines des interactions ont même été remplacées par des QTE, moment où l’on doit appuyer sur les bons boutons ou déplacer les joysticks à un moment précis.

Parlons design, les environnements sont maintenant en 3D, c’est très joli, mais les textures auraient dû être plus peaufinées. Je crois que la Nintendo Switch est due pour être retraitée. La prochaine console de Nintendo devrait être annoncée cette année. À suivre. J’aurais aimé une amélioration sonore un peu plus significative. Un exemple qui m’a frappé, au tout début du jeu, on est en bateau et on vogue vers l’île où le père d’Ashley est censé être. Les personnages discutent, mais on n’entend rien de l’ambiance autour. Ce ne sont que les dialogues. Ça sort un peu de l’immersion.

Parfois, les jeux pouvaient être très cryptiques dans la solution des énigmes. Ici, on a l’option d’avoir des indices. On peut à tout moment savoir vers quelle direction on doit aller pour résoudre notre problème. On a un objectif permanent, bref c’est presque impossible d’être coincé si on active l’aide à la résolution.

Another Code
Les décors un peu moins beaux. ©Nintendo

Un peu trop cher

Malgré la qualité du remake, 79.99$ me semble un peu trop cher. Oui, on a l’équivalent de deux jeux, mais la magie des contrôles de l’époque semble moins opérer avec les Joy-Con. L’histoire en général est bonne, mais on a souvent à faire avec des moments dignes de comédies de situation. Si les gens prenaient le temps d’écouter, ce serait réglé. La deuxième partie, l’opus Wii, est aussi moins efficace que le premier. C’est tout de même bon, mais je trouve que lier les deux histoires, c’est un peu forcé. Bref, j’ai bien apprécié mon expérience, mais ce ne sera vraiment pas un jeu pour tous. Le côté dialogue est vraiment vraiment très présent. Trop à mon goût, mais heureusement, ça reste efficace. Je le suggère aux nostalgiques et à ceux qui aiment les jeux sans stress. Ma conjointe, qui est une joueuse occasionnelle, a bien apprécié.

Daniel ou ‘D’ sera votre compagnon de l’Au-Delà durant le jeu. ©Nintendo

J’aime

  • Une refonte de qualité avec de beaux environnements
  • L’histoire est accrocheuse
  • L’arrivée du deuxième volet en Amérique du Nord

J’aime moins

  • Il manque d’ambiance sonore
  • La conversion des contrôles DS et Wii vers Joy-Con n’est pas parfaite
  • Devoir absolument faire la première partie avant de pouvoir faire la deuxième

La copie de Another Code : Recollection a été fournie par Nintendo.

Another Code : Recollection

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Bien

Il faut aimer le style du jeu, mais j'ai bien apprécié. Les dialogues sont parfois interminables, mais les ajouts de cette version rendent le tout très agréable.

À propos de Olivier Grondines

Fanatique des jeux vidéo depuis le premier 386 familial. Cinéphile à temps partiel. J'adore me plonger dans tout ce qui se considère comme jeux vidéo même si mon coeur réside dans le rétro !

Aussi à voir...

Skull and Bones – L’âge d’or de la piraterie comme si vous y étiez (sans le scorbut !)

Je dois mettre les choses au clair dès le départ. Skull and Bones n’est pas Black …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.