Ray’Z Arcade Chronology – La guerre des lasers

La compagnie japonaise Taito est responsable d’avoir produit beaucoup de classiques d’arcade. Plusieurs d’entre eux ont été des « shoot ’em up » (ou « shooters ») comme la série Darius qui est parue à la fin des années 80. Au milieu des années 90, une équipe chercha de l’inspiration pour créer une nouvelle série de shooters. En s’inspirant de leurs projets du passé, ils décidèrent que ce jeu aurait une mire qui verrouille les cibles. De plus, non seulement il sera possible d’attaquer les ennemis devant soi mais aussi dessous sa position. Ce seront les éléments clés qui distingueront la série Ray. Ray’Z Arcade Chronology est une collection qui possède les jeux RayForce, RayStorm et RayCrisis en version originale d’arcade. RayStorm et RayCrisis ont aussi de nouvelles versions en HD. Voyons voir ce que j’en ai pensé.

  • Studio de développement : Taito
  • Éditeur : ININ Games
  • Plateformes disponibles : Nintendo Switch, PlayStation 4
  • Plateforme de test : PlayStation 4
  • Classement : E +10 pour 10 ans et plus
  • Prix : 59,99$
  • Site officiel du jeu

RayForce : un bon début

Ce jeu a débuté en 1994, une année remplie de succès d’arcade tels que Daytona USA, Super Street Fighter II Turbo et Killer Instinct. Comme mentionné plus tôt, c’est le titre qui a introduit deux concepts intéressants aux shoot ’em up. Le premier étant le fait que votre vaisseau possède une mire à l’avant. On peut tirer les ennemis comme dans tous les autres « shmups » mais la mire vous permettra de verrouiller plusieurs cibles à la fois. Une fois fait, vous pourrez lancer des lasers qui vont poursuivre vos cibles. Certains ennemis situés sous votre position doivent être détruits ainsi. C’est comme si le jeu avait des ennemis situés sur deux étages.

C’est justement l’élément qui a révolutionné le genre avec le système two attack layer. Il faut passer la mire sur les ennemis qui sont plus bas (ou à notre niveau) pour pouvoir les atteindre. Les ennemis verrouillés le seront pendant seulement quelques secondes. Plus vous verrouillez des cibles, plus vous ferez de points une fois que vos lasers auront détruit les ennemis. Votre tir principal et vos lasers peuvent être augmentés en puissance en obtenant des cristaux.

Ray'Z Arcade Chronology
RayForce

J’aime bien les graphismes 2D pixelisés de l’époque. C’est le seul jeu de la collection à ne pas avoir une version HD. Malgré tout, le style artistique me fait un peu penser à Super Metroid, ce qui me rappelle de beaux souvenirs. La musique est de bonne qualité et les effets sonores sont impeccables. J’aime que la plupart des boss puissent être détruits pièce par pièce. Ce que j’aime moins c’est qu’il n’y a pas d’item « bombe » pour éclater tout ce qui est dans l’écran. C’est un jeu à l’ancienne : il faut se débrouiller avec ce qu’on a.

RayStorm : une belle amélioration

Ce jeu est probablement le plus connu et le plus populaire de la série. Après un très bon succès aux arcades en 1996, il a été porté sur PlayStation et Sega Saturn en 1997. Le jeu a même fait un retour plus récemment avec des versions Xbox 360 et PlayStation 3 en 2010. Par contre, dans cette collection, c’est la version arcade que nous avons en deux versions. Il y a l’original et une version HD avec des graphismes polygonaux plus clairs.

RayStorm utilise le même système avec la mire et le « two attack layer » mais apporte des éléments de plus. Premièrement, ce qui m’irritait dans RayForce c’est qu’il n’y avait pas de « bombe » comme la plupart des shmups. Dans RayStorm, il n’y en a pas non plus mais il y a une attaque qui est très similaire. En effet, on peut lancer une attaque spéciale qui lancera une horde de lasers qui exploseront comme un feu d’artifice sur vos ennemis. C’est donc très efficace pour faire beaucoup de dommages et aussi se sortir du pétrin lorsqu’il y a beaucoup trop de tirs se dirigeant vers vous.

Ray'Z Arcade Chronology
Version HD de RayStorm

Ce que je trouve intéressant, c’est qu’on peut choisir entre le mode manuel ou automatique pour le contrôle des lasers. Le mode manuel est le régulier : vous devez appuyer sur le bouton pour lancer les lasers. Avec le mode automatique, lorsque des cibles seront verrouillées, les lasers seront lancés automatiquement. Le problème, c’est que vous aurez de la difficulté à verrouiller le maximum de cibles en même temps. Ce qui vous empêchera sûrement d’utiliser les hyper lasers, lorsque huit cibles sont atteintes tout d’un coup.

Tout est vraiment mieux dans ce jeu : les ennemis, les boss et la musique. Il ne manque vraiment pas d’action. De plus, on peut utiliser deux vaisseaux différents. Le deuxième vous permettra de verrouiller 16 cibles, soit le double du premier. Cependant, son tir principal n’est pas facile à manœuvrer. Essayez-les pour voir ce que vous préférez.

RayCrisis : assez spécial

Ce jeu de 1998 se déroule dans un cyberespace où on se demande si ce qui se passe est réel ou non. RayCrisis est techniquement très court : il n’y a seulement que cinq niveaux. Cependant, trois de ceux-ci seront sélectionnés au hasard. De plus, si vous entrez un code personnel à quatre caractères chaque fois que vous jouez, votre progression dans le jeu sera enregistrée. En démarrant une nouvelle partie, vous aurez deux choix : soit refaire les niveaux que vous avez faits la dernière fois, ou jouer une nouvelle sélection de niveaux choisis au hasard. Il y a donc une possibilité de visiter 42 niveaux différents. Mais pour cela, il vous faudra beaucoup de chance et de patience.

Ray'Z Arcade Chronology
Version HD de RayCrisis

Étrangement, il y a un compteur au haut de l’écran. Celui-ci augmentera son pourcentage lorsque vous raterez les ennemis. Une fois qu’il atteint le 100 %, vous serez immédiatement transporté vers le boss final et vous aurez la « mauvaise fin ». Honnêtement, il faut presque intentionnellement se rendre à 100 % pour que cela arrive donc pas de stress. Je ne crois pas que ce compteur était vraiment nécessaire mais disons que vous avez un peu une raison de faire de votre mieux.

Même si c’est techniquement le plus court de la série, j’ai trouvé que c’était le plus amusant. Les niveaux sont variés, les boss sont très intéressants et j’aime l’ambiance virtuelle du jeu. De plus, vous avez le choix entre deux vaisseaux et un troisième peut être débloqué avec un code de triche. Il est même écrit dans le livret d’instructions virtuel du jeu !

Des « shumps » ? J’en connais un RAYon…

Quelques détails avant de conclure : j’aime beaucoup tous les panneaux autour de l’écran principal. Il y a un espace qui va vous montrer toutes les cibles qui ont été verrouillées et le temps restant à chacune. On peut voir à quel niveau on est rendu, le niveau de puissance de tir et des lasers et même des informations sur la trame sonore qui joue. Le seul hic, c’est que c’est un peu difficile de porter attention à ces trucs pendant l’action frénétique ! Mais tous ces détails sont bien appréciés.

À noter qu’on peut jouer à deux joueurs à RayStorm et RayCrisis sur la même console. Malheureusement, il n’y a pas de multijoueur en ligne.

Ray’Z Arcade Chronology est une belle collection de classiques shoot ’em up. La série Ray n’est peut-être pas la plus originale de toutes mais elle est tout de même satisfaisante. Chaque jeu donne du bon divertissement et de l’action pour quelques heures. Je pense que n’importe quel adepte du genre aura du plaisir à y jouer.

J’aime

  • Les version HD de RayStorm et RayCrisis
  • Les panneaux autour de l’écran qui aident bien par moments
  • La possibilité de sauvegarder en tout temps

J’aime moins

  • Pas d’explication ou de détails sur l’histoire des jeux
  • Aucun élément boni pour les adeptes (modes en extra, galerie d’art, vidéos, etc.)
  • Pas de multijoueur en ligne

La copie de Ray’Z Arcade Chronology a été fournie par ININ Games.

Ray'Z Arcade Chronology

Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Bon

Une collection de trois jeux (RayForce, RayStorm et RayCrisis) qui plaira aux adeptes de « shoot 'em up ».

À propos de Yannick Faucher

Quand je ne suis pas en train d'écrire, je joue à des jeux vidéo. Si je ne joue pas, je regarde des dessins animés américains ou japonais. Sinon, je lis des bandes dessinées de super-héros. Vous voyez le genre? Il n'y a pas assez d'heures dans une journée pour satisfaire ma soif de geek. C'est ma passion, c'est dans mes veines.

Aussi à voir...

What the Fog

What the Fog : un jeu addictif inspiré de l’univers de Dead by Daylight

What the Fog est un jeu dans lequel vous incarnez Dwight, Claudette ou Feng Min, …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.