Chalmers University of Technology

L’Université de la Technologie Chalmers développe un nouveau papier électronique

La recherche et l’Université de la Technologie Chalmers sont les protagonistes de cette histoire. L’université de la Technologie Chalmers a été fondée à Gothenburg en Suède en 1829. Ce projet de papier électronique est en cours depuis plusieurs années. Il a déjà reçu plusieurs bourses pour poursuivre la recherche.


Le mot de Marika Gugole, membre de l’équipe de recherche de l’Université de la Technologie Chalmers

Pour que les écrans réfléchissants puissent concurrencer les écrans numériques énergivores que nous utilisons aujourd’hui, les images et les couleurs doivent être reproduites avec la même qualité. Ce sera la véritable percée. Nos recherches montrent maintenant comment optimiser la technologie, ce qui la rend attrayante pour une utilisation commerciale.

Marika Gugole

Un produit concurrentiel avec les écrans

Les itérations précédentes du papier électronique n’étaient pas en mesure d’afficher correctement la vaste gamme de couleurs disponibles sur un écran conventionnel. L’équipe suédoise a réussi à créer un produit qui puisse être concurrentiel avec un écran standard.

Comment ça fonctionne ?

Premièrement, en utilisant un matériel poreux contenant du trioxyde de tungstène et des métaux précieux. En effet, ils ont trouvé le moyen d’augmenter sensiblement la qualité de l’image. Un composant utilisé, qui fait en sorte que le matériel devienne un conducteur électrique, est placé sous la nanostructure pixelisée. Cela permet la reproduction des couleurs au lieu d’être au-dessus, comme c’était le cas auparavant. Cette nouvelle conception signifie que l’on peut regarder directement la surface pixélisée, c’est-à-dire de voir les couleurs beaucoup plus clairement.

Mais à quel prix ?

D’ailleurs, on parle d’un produit qui consomme 1/10 de l’énergie utilisée par un écran conventionnel, qui ne fatigue pas les yeux et qui n’émet pas de pollution lumineuse. À quel prix ? Pour fabriquer ces écrans réfléchissants, certains métaux rares sont nécessaires, tels que l’or et le platine. Toutefois, comme le produit final est si fin, les quantités nécessaires sont très faibles. Les chercheurs ont bon espoir qu’à terme, il sera possible de réduire considérablement les quantités nécessaires à la production.

Un but durable et économe en énergie pour l’Université de la Technologie Chalmers

Selon Andreas Dahlin

Notre objectif principal lors du développement de ces écrans réfléchissants, ou « papier électronique » comme on l’appelle parfois, est de trouver des solutions durables et économes en énergie. Et dans ce cas, la consommation d’énergie est presque nulle, car nous utilisons simplement la lumière ambiante de l’environnement.

Andreas Dahlin

 


En plus des téléphones intelligents et des tablettes, le papier électronique pourrait également être utile pour la publicité extérieure. Tout en offrant des économies d’énergie et de ressources par rapport aux affiches imprimées ou aux écrans numériques mobiles.

Nous espérons voir ce prototype devenir bientôt une réalité ! 

À propos de Stefania Pecòre

Italienne d'origine, vécue en France et maintenant au Canada, où je travaille en tant que chercheuse en Intelligence artificielle orientée à l'utilisateur. Mon prochain défi ? Conquérir l'industrie du jeu vidéo ! J'adore le processus de production ainsi que l'analyse de données et de l'utilisateur. Encore une autre curiosité sur moi? Je suis une chanteuse pro depuis 2009 et j'ai joué dans plusieurs villes du monde entier !

Aussi à voir...

Thermapen ONE : un thermomètre de cuisson ultrarapide

ThermoWorks, une petite entreprise située tout près de Salt Lake City, Utah, s’apprête à révolutionner …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.