Luna Capital ou pourquoi acheter un autre jeu de tuiles

J’achète un nouveau jeu ! Wow, un placement de tuiles. Je fais le tour de ma collection, j’en ai au moins 20. Suis-je complètement fou ! Bon peut-être un peu ! Mais après réflexion, c’est un mécanisme courant des jeux où l’on bâtit une ville et j’aime plutôt ça. C’est aussi un bon mécanisme de jeu pour apporter un aspect plus “puzzle” à un jeu. C’est surtout que ça fait partie de mes mécanismes de jeux préférés. La majorité des jeux de ma collection sont de trois catégories : les placements d’ouvriers, les rondelles d’actions et les placements de tuiles. Je vous parle donc de Luna Capital, un jeu de placement de tuiles qui ne réinvente pas le style, mais qui en comporte tous les éléments les plus caractéristiques.

  • Auteur : Jose Ramón Palacios
  • Illustrateur : Albert Monteys
  • Éditeur : Devir
  • Nombre de joueurs : 1 à 4
  • Âge : 8 ans et plus
  • Durée : 45 minutes
  • Année : 2021
  • Page officielle du jeu
  • Page BoardGameGeek

Thématique

Nous sommes, dans Luna Capital, de retour dans les années 70, où surprenamment, la Terre a commencé à peupler la Lune. Vous devrez y construire une ville qui, si elle est la plus intéressante (donc celle qui recevra le plus de points), deviendra la capitale officielle de la Lune. Si le thème semble intéressant, et il l’est, il est plus ou moins présent dans le jeu. En effet, si les illustrations sont assez jolies et donnent l’idée d’un passé qui n’a jamais existé, le jeu lui-même est une abstraction et un casse-tête d’optimisation typique du placement de tuiles. Même si elle est peu présente, la thématique ne nuit pas au jeu, au contraire, elle explique les différentes demandes de celui-ci (objectifs de pointage et demandes de placement pour maximiser les points, etc.).

Mécaniques de jeu

La mécanique est assez simple ! À votre tour, vous devrez choisir une carte (sur laquelle on doit construire entre une et quatre tuiles) et un certain nombre de tuiles (de 1 à 4). Vous devrez ensuite placer la carte ou une autre que vous aviez en main, ainsi que toutes les tuiles que vous aurez ainsi récoltées. Le jeu se déroule en trois phases, A, B et C. Chaque phase dure quatre tours. Au premier tour, on sélectionne une carte et une tuile, au deuxième, une carte et deux tuiles et ainsi de suite. Vous aurez donc douze coups pour maximiser le placement de vos cartes et de vos tuiles. Bonne chance !

Rejouabilité

D’une partie à l’autre de Luna Capital, les objectifs à court et long terme vont changer, le paquet est plus que suffisant pour faire de nombreuses parties. Ce qui va surtout changer, c’est le jumelage entre les cartes et les tuiles qui feront que, d’une partie à l’autre, vos choix seront très différents. Pour le reste, le jeu est toujours un peu le même, mais ce n’est pas un jeu très long, on est presque dans la catégorie “filler”, alors c’est plutôt normal pour ce genre de jeu. Il reste que vous devriez avoir du plaisir à le ressortir et vous demander quel est le meilleur choix cette fois-ci.

Originalité

Le jeu ne réinvente pas les mécanismes de placement de tuiles ou même de sélection de celles-ci. Vous trouverez des similitudes avec Cascadia ou encore Overboss. Par contre, du côté de la thématique, l’exploration lunaire et le placement de tuiles ne sont pas monnaie courante. Je dirais même plus que le petit côté rétro dans les dessins est plutôt rafraîchissant. Le seul hic, c’est le format un peu petit des tuiles et des dessins qu’on y retrouve.

Qualité de production

C’est mon deuxième jeu de la compagnie Devir, le premier étant Red Cathedral. Dans les deux cas, pour une si petite boîte, on y retrouve deux choses intéressantes. Un, des matériaux d’une qualité surprenante pour le prix du jeu. Deux, une jouabilité plus intéressante que le format de la boîte ne laissait présager.

Si les cartes sont un peu minces à mon goût, le reste de la production est de bonne qualité. Les distributeurs de cartes et de tuiles aident à la mise en place et au bon déroulement du jeu. Pour ce qui est du jeu lui-même, sans rien réinventer, il a tout ce qu’il faut pour séduire les amateurs de jeux de tuiles (choix intéressants, plusieurs façons d’optimiser vos coups et plusieurs façons de faire des points). Petit bémol à mettre sur la fiche de pointage qui n’est pas simple à comprendre et plutôt petite, rien pour vous empêcher d’acheter le jeu, mais pas optimal.

En guise de conclusion

Comme je vous le disais, les jeux de pose de tuiles me plaisent et Luna Capital ne fait pas exception. Une belle production, une jouabilité intéressante et un défi d’optimisation, que demander de plus. Pour les intéressés, un mode solo existe, mais je ne l’ai pas essayé. Au moins, il vous sera possible de le tester par vous-même si vous n’avez pas toujours l’occasion d’y jouer à plusieurs. Pour moi, la compagnie Devir restera sous mon œil scrutateur, il y a là, il me semble, un potentiel à de très beaux et très bons jeux. Vous me direz ce que vous en pensez !

J’aime

  • la thématique lunaire
  • le combo de choix cartes/tuiles
  • le puzzle d’optimisation

J’aime moins

  • les cartes un peu minces
  • les tuiles et les dessins trop petits
  • la fiche de pointage

La copie de Luna Capital a été achetée par l’auteur de cet article.

Un jeu de tuiles lunaires

Graphisme
Matériel
Thématique
Mécanique
Plaisir

Fortement recommandé !

Un beau jeu, accessible, intéressant et intelligent.

À propos de Martin Lauzon

Amateur de jeux de société, de comic books américains, de BD québécoises et européennes, YouTuber amateur, artiste visuel et musicien. J'ai trop de passe-temps alors j'ai décidé d'ajouter Geekbecois à la liste.

Aussi à voir...

AQIJ printemps 2022 : Distribution Randolph

Dans le cadre de notre dossier sur le salon de l’AQIJ (Association Québécoise de l’Industrie …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.