Graveyard Keeper : dans la peau d’un croque-mort

Graveyard Keeper est un jeu de gestion plutôt original disponible sur PC et Xbox One. Très bientôt, les joueurs de PlayStation 4 et de Nintendo Switch pourront, eux aussi, s’occuper de leur cimetière. Étant une grande amatrice des jeux de gestion et de simulation, il m’était impossible de passer à côté de ce titre dont j’entends de plus en plus parler. Souvent comparé à Stardew Valley en raison de sa jouabilité, je me devais de voir si le jeu développé par Lazy Bear Games était à la hauteur de mes attentes.

  • Studio de développement : Lazy Bear Games
  • Éditeur : tinyBuild
  • Plateformes disponibles : PC, Xbox One, Playstation 4 (à venir), Nintendo Switch (à venir)
  • Plateforme de test : PC
  • Classement : T
  • Prix : 22,79$
  • Site officiel du jeu
  • Page Steam du jeu

Dans la peau d’un croque-mort

Fraîchement arrivé dans un nouveau monde, loin de votre bien-aimée, on vous nomme rapidement comme étant le nouveau gardien du cimetière. Vous faites la rencontre de Gerry, un crâne parlant qui ne semble pas réellement savoir ce qui se passe. Néanmoins, c’est lui qui vous guidera lors de vos débuts en tant que gardien. Brusquement, vous vous retrouvez aux commandes d’un cimetière délabré. Vous ne comprenez pas la raison pour laquelle vous vous trouvez dans ce monde médiéval. Et tout ce que vous désirez, c’est de retourner chez vous, auprès de votre dulcinée.

Vous rencontrez ensuite l’homme de l’église de la ville. Ce dernier vous explique que vous devrez retaper le cimetière qui est actuellement en piteux état. Lorsque votre cimetière sera dans un état acceptable, du moins, à ses yeux, vous pourrez animer la messe, ce qui vous rapportera de la foi, mais aussi, un peu d’argent. Après quoi, il vous sera aussi possible de vous faire de l’argent grâce à l’agriculture ainsi qu’avec les certificats d’inhumation. Plus tard, vous débloquerez de nouveaux lieux où vous pourrez faire de nouvelles choses afin d’obtenir de l’argent ou de fabriquer d’autres types d’objets. Vous pourrez pêcher, aussi. En réalité, dans Graveyard Keeper, il y a énormément de choses à faire !

Un manque de supervision durant votre progression

Malheureusement, il m’aura fallu un peu de temps avant de comprendre comment fonctionnait le système de points du cimetière. Effectivement, Graveyard Keeper ne vous explique malheureusement pas comment obtenir un bon nombre de points. Chaque cadavre ainsi que sa tombe vous procurera des points bonus ou malus selon la qualité de votre cimetière. Par exemple, lorsque vous recevez un corps, la nuit, vous l’apportez à la morgue. Ensuite, il vous est possible de l’autopsier, mais on ne vous guide pas. Il n’y a pas de tutoriel afin de vous montrer le chemin et ça, c’est un peu dommage. J’ai dû comprendre par moi-même comment bien utiliser l’autopsie afin d’obtenir une bonne qualité de cadavre. On peut retirer les organes, le sang et la viande du cadavre, mais cela peut jouer sur la qualité de ce dernier.

Ensuite, un autre point négatif au jeu, c’est la jauge de fatigue. Elle est pénible ! Vous aurez rapidement besoin de rejoindre votre lit afin de récupérer de l’énergie car celle-ci baisse rapidement ! Je vous conseille de créer rapidement les améliorations de vos outils, ce qui fera baisser votre énergie moins vite. Ensuite, apprenez des recettes et n’hésitez pas à jardiner ainsi qu’à ramasser la nourriture sauvage comme les champignons et les baies. La cuisine sera votre meilleur alliée afin de ne pas passer votre vie au lit…

L’arbre de capacité

C’est quelque chose d’agréable que de pouvoir utiliser nos points acquis afin de développer nos compétences. Durant le jeu, vous obtiendrez des points bleus, rouges et verts qui seront obtenus selon certaines activités effectuées. Par exemple, les tâches spirituelles vous rapporteront des points bleus. Ceux-ci sont rares, donc utilisez-les sagement ! Ensuite, les tâches physiques vous donneront des points rouges. Ce sont les plus faciles à obtenir. Pour finir, les points verts sont plus faciles à gagner que les points bleus, mais plus rares que les rouges. Vous obtiendrez ceux-ci en effectuant des tâches en lien avec la nature. Grâce à ces trois catégories de points, vous pourrez améliorer vos capacités tout au long de l’histoire. Choisissez vos talents judicieusement. Il est parfois ennuyeux de devoir récupérer de nombreux points et ce, durant de nombreuses journées, en raison d’un mauvais choix.

En obtenant de nouveaux talents, il vous sera possible de créer de nouveaux ateliers de construction, comme la scie, par exemple. Grâce à ces ateliers, vous pourrez améliorer votre église ainsi que votre cimetière afin de les rendre plus attrayant. En parlant aux habitants, vous obtiendrez des quêtes. Vous verrez que rapidement, vous aurez besoin de certaines capacités acquises grâce à l’arbre des talents afin de pouvoir répondre aux attentes de ceux-ci. Et ainsi, vous pourrez progresser dans votre quête qui est de retourner auprès de votre femme.

En conclusion…

Parfois redondant en raison de la jauge d’énergie ainsi que des allers-retours qui sont malheureusement très nombreux, Graveyard Keeper est un bon petit jeu. C’est un titre que tous les amateurs du genre doivent posséder dans leur bibliothèque de jeu. La pointe d’humour que l’on retrouve dans certains dialogues est un pur délice. Les nombreux personnages que vous rencontrerez durant votre périple sont intéressants, tout comme leurs quêtes. Prenez la peine de lire les dialogues. Ils en valent la peine ! Les gens n’aimant pas la répétition apportée par la récolte de matériaux devraient, néanmoins, s’abstenir de tenter l’expérience.

J’aime

  • L’humour
  • Le thème original
  • La bonne durée de vie
  • L’arbre de compétences
  • Le nombre de choses à bâtir et gérer

J’aime moins

  • La jauge de fatigue
  • Le manque de tutoriel
  • Les nombreux aller-retour obligatoires

La copie du jeu Graveyard Keeper a été payée par l’auteure.

Graveyard Keeper

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

À posséder !

Les amateurs de Stardew Valley devraient tenter le coup ! Un peu plus sombre que ce dernier, Graveyard Keeper est néanmoins un bon choix pour les adeptes de jeux de gestion.

User Rating : Be the first one !

À propos de Jessica Côté Acteau

Mon côté geek est né très tôt. C'est avec Ash, le dresseur de Pokémon et Sakura, la chasseuse de cartes que j'ai grandi. J'étais déjà une grande amatrice de l'animation japonaise et ça m'a suivi de l'enfance à l'âge adulte. Ma passion pour les jeux vidéo a, quant à elle, débuté au même moment. Armée de mon Game Boy Color, j'étais déjà une grande dresseuse de Pokémon, à l'époque ! C'est néanmoins la série The Legend of Zelda qui m'a fait tomber en amour avec le gaming. Depuis, qu'il s'agisse de jeux ou de japanimation, j'en mange tous les jours.

Aussi à voir...

Mutazione ou la guérison par le lien social à travers le jardinage

Développé par le studio danois Die Gute Fabrik, Mutazione est un jeu d’aventure décrit par ses …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.