after

After : Tome 01 – Tutoriel pour entretenir une relation toxique

After est une série de cinq romans qui ont été adaptés en films. Toutes ces adaptations ont connu un énorme succès. Ce récit est rapidement devenu un classique dans la catégorie des histoires romantiques. Je n’ai personnellement pas visionné les films ou lu les romans de la série. Je vais donc découvrir cette histoire pour la première fois en me délectant du roman graphique. On m’a souvent décrit ce récit comme étant une romance parfois toxique, parfois prévisible, mais malgré tout, toujours très attrayante. Voici donc mon verdict concernant After : Tome 01.

  • Titre original : After
  • Scénario : Anna Todd, Véronique Grisseaux
  • Dessin : Pablo Andres, Javier Aranda
  • Colorisation : Walter Sanchez
  • Éditeur VF : Hugo BD
  • Année : 2022
  • Genre : Romance
  • Nombre de tome : 1 (en cours)
After : Tome 01

Synopsis

Tessa est une jeune fille ambitieuse, volontaire, réservée. Elle contrôle sa vie et son avenir est tout tracé : de belles études, un bon job à la clef, un mariage heureux… Mais ça, c’était avant de le rencontrer. Hardin, un mauvais garçon grossier, provocateur et cruel. C’est le type le plus détestable que Tessa n’ait jamais croisé. Pourtant, le jour où elle se retrouve seule avec lui, elle perd tout contrôle… Cet homme ingérable, au caractère sombre, la repousse sans cesse, mais il fait naître en elle une passion sans limite. Une passion qui, contre toute attente, semble réciproque… Entre Tessa et Hardin, est-ce une histoire destructrice ou un amour absolu ?

Mon avis

Je t’aime, moi non plus

After : Tome 01 nous apprend de belles valeurs. Par exemple, on nous montre que malgré le fait que nous ne soyons pas amoureuses de notre petit ami, nous devons rester avec lui afin de ne pas être seules. Ce premier tome nous démontre aussi à quel point il est intéressant de tromper ce même copain avec le mauvais garçon du coin qui vous fait un peu de l’œil. C’est grossièrement résumé, mais vous voyez rapidement le genre, non ?

Nous suivons donc l’histoire de Tessa, une jeune fille qui arrive à l’université. Celle-ci mène une vie exemplaire avec son petit copain qui semble parfait. Elle est plutôt coincée et n’aime pas particulièrement faire la fête. Toutefois, ce soir-là, elle fera exception à la règle et se rendra à une fête où elle fera la rencontre d’Hardin, un jeune homme plutôt rebelle à l’apparence punk  : il a des tatouages et des piercings. Il semble, à première vue, très peu sympathique et il adore provoquer Tessa. Malgré tout, une tension sexuelle naît entre nos deux protagonistes. Et cette passion dévorante, bien qu’elle soit mauvaise, Tessa tentera d’y plonger la tête la première.

Le jeu du chat et de la souris

On reconnaît bien ici le genre de relation clichée et toxique que les jeunes aiment tant regarder à l’écran : suis-moi, je te fuis et fuis-moi, je te suis. Il n’y a donc pas de surprise quant à la suite des événements ainsi qu’à la personnalité de nos protagonistes. L’histoire avance très lentement dès le premier volume. On fait du surplace. Tessa et Hardin s’attirent. Ils se chicanent. Ils s’éloignent. Et ils reviennent l’un vers l’autre. Puis, on recommence ! Je ne dis pas que c’est mauvais, mais c’est affreusement prévisible. Les réactions et la façon de penser de Tessa m’ont frustrée à quelques reprises. Elle ne cesse de se contredire et ne se respecte pas du tout dès qu’il est question d’Hardin. Un amour passionnel, oui, mais à quel prix ? Doit-on vraiment sacrifier son amour propre et briser nos proches afin d’atteindre le cœur d’un beau ténébreux insaisissable ?

Visuellement, c’est très…

Pour ce qui est des dessins, ceux-ci sont plutôt simples. Les couleurs sont généralement très claires voire même pastel. Les caractéristiques principales des personnages permettent toutefois de bien différencier ceux-ci. Mais justement, c’est cette simplicité que j’ai moins aimée. Dans d’autres œuvres, cela m’avait charmée, mais ici, j’ai trouvé que ça manquait de détails. Parfois au niveau des paysages et d’autres fois au niveau des expressions faciales des personnages. Je ne suis pas prête à dire que je n’ai pas apprécié, mais ce n’était pas à mon goût. Ce n’est pas pour autant moche.

« Je voudrais lui crier de me lâcher. J’ai envie de le foutre à la porte. Mais je n’y arrive pas.  »

En conclusion

Je pense que les amateurs des films et des romans d’Anna Todd seront charmés par cette nouvelle adaptation. Les jeunes fanatiques de romance et de relations compliquées seront, eux aussi, aux anges lorsqu’ils découvriront After : Tome 01. Je conseillerais toutefois aux amateurs de belles romances sortant des sentiers battus et bien développées de passer leurs chemins. Cette œuvre, bien qu’elle ne soit pas mauvaise, est un cliché ambulant. Nous avons l’héroïne pure, jolie et parfaite qui a un petit ami, lui aussi, parfait et qui ne désire pas s’éloigner du chemin qu’elle s’est tracée. Elle est organisée et elle n’aime pas improviser. Elle est plutôt conventionnelle. Toutefois, lorsqu’elle rencontrera Hardin, tout basculera. Ses valeurs, tout comme son estime d’elle-même, laisseront place à sa vénération du vilain garçon ténébreux qu’elle déteste tant.

J’ose espérer que les prochains volumes offriront aux protagonistes une belle évolution. J’espère aussi que Tessa ne jouera pas trop avec le cœur du pauvre Noah qui n’a pas mérité cela. J’espère aussi que la suite de l’histoire offre une plus belle profondeur aux personnages car, pour l’instant, ceux-ci sont d’un banal et d’un cliché incommensurable. Je remercie Hachette Canada pour m’avoir permis de découvrir cette œuvre si populaire.

J’aime

  • Le fait que cela permet aux amateurs de redécouvrir l’œuvre d’une autre façon

J’aime moins

  • La lecture qui est très vite terminée pour le prix

La copie de la bande dessinée : After : Tome 01 a été offerte par Hachette Canada.

After : Tome 01

Texte, narration et scénario
Graphismes
Impression générale

Mitigée

Ce qui est certain, c'est que j'ai apprécié la lecture du premier tome d'After. Toutefois, j'ai trouvé certains passages dérangeants et naïfs, de la part des personnages. Durant ma lecture, je ne pouvais m'empêcher de me demander : pourquoi ? Je n'étais peut-être pas le public cible, après tout.

À propos de Jessica Côté Acteau

Mon côté geek est né très tôt. C'est avec Ash, le dresseur de Pokémon et Sakura, la chasseuse de cartes que j'ai grandi. J'étais déjà une grande amatrice de l'animation japonaise et ça m'a suivi de l'enfance à l'âge adulte. Ma passion pour les jeux vidéo a, quant à elle, débuté au même moment. Armée de mon Game Boy Color, j'étais déjà une grande dresseuse de Pokémon, à l'époque ! C'est néanmoins la série The Legend of Zelda qui m'a fait tomber en amour avec le gaming. Depuis, qu'il s'agisse de jeux ou de japanimation, j'en mange tous les jours.

Aussi à voir...

Sweet Home

Découverte manga : Sweet Home

Sweet Home a pu bénéficier de plusieurs adaptations. D’abord découvert sur la plateforme populaire qu’est …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.