The Ninja Saviors : Return of the Warriors : des robots ninjas… quoi demander de plus ?

Les années 90 étaient le meilleur temps pour les « beat ’em ups« . Ces jeux de combat de rue où vous tapez sur la gueule des méchants avec vos poings, vos pieds, des 2 x 4, un tuyau de métal, une épée,  et tout ce que vous pouviez trouver sur votre chemin. Vous connaissez peut-être les plus grands classiques tels que Final Fight, Streets of Rage, Battletoads et Double Dragon. C’était parmi les jeux de style arcade les plus populaires. En 1994, Taito a sorti le jeu The Ninja Warriors sur la console Super Nintendo. Le jeu était une suite du jeu du même nom sur arcade sorti plus tôt en 1987. Ninja Warriors fait son retour en 2019 sur Nintendo Switch et PlayStation 4 sous un nom différent et quelque peu confondant : The Ninja Saviors : Return of the Warriors. Ce jeu est un « remaster » du jeu paru sur SNES.

  • Studio de développement : NatsumeAtari/Tengo Project
  • Éditeur : ININ Games
  • Plateformes disponibles : PS4, Nintendo Switch
  • Plateforme de test : Nintendo Switch
  • Classement : T pour adolescents
  • Prix : 29.99$
  • Site officiel du jeu

De la pure nostalgie mur à mur

Vous êtes un androide et votre fonction est de combattre une armée de criminels avec vos techniques de ninjas pour sauver le monde d’un méchant dictateur. Ça sonne comme un scénario de film des années 80-90, n’est-ce pas ? Tout de Ninja Saviors est rétro : dans sa présentation comme dans son style de jeu. Les graphiques rappellent un style SNES ou même la NEO-GEO des beaux jours. C’est vraiment un jeu d’arcade dans votre Switch ou PS4.

Le jeu se joue seul ou à deux joueurs. Vous commencez avec trois personnages : le lent mais très fort Ninja (très original comme nom), la rapide et habile Kunoichi et le maigre et acrobate Kamaitachi. Vous pouvez débloquer un personnage quand vous finissez le jeu une fois et une autre personnage quand vous le finissez une seconde fois.

Je crois qu’il y a un personnage dépendamment de votre style de jeu. Si vous aimez sauter partout, vous devriez utiliser Kamaitachi. Si vous êtes un maître des combos, vous aimerez Kunoichi. Mais si vous aimez prendre votre temps, attraper les ennemis et les punir avec des prises de lutte professionnelle, Ninja sera mieux pour vous. Il y a plusieurs mouvements spéciaux pour chacun. Pour savoir comment faire, il faut consulter le manuel électronique dans le jeu. Mais ce manuel n’explique même pas tous les mouvements que vous pouvez exécuter dans le jeu. Une liste détaillée et complète aurait été apprécié, mais bon… vive l’internet dans ce cas ! Néanmoins, ces mouvements peuvent être très pratiques contre la horde d’ennemis à affronter. Vous avez un compteur qui se remplit automatiquement et quand il est au « max », vous pouvez exécuter une attaque dévastatrice qui va faire des dommages dans tout l’écran.

Pour ce qui est des mouvements, je comprends qu’on a voulu garder le style original du jeu. Certains doivent s’exécuter en pesant en haut et le bouton attaque. Ça peut être un peu confondant dans l’action et on peut facilement faire ces mouvements par accident. Je ne comprends pas pourquoi on n’a pas utilisé le bouton « X » (qui est désactivé) pour certains mouvements spéciaux. Tant qu’à réviser le jeu, les contrôles auraient dû l’être aussi.

Il est important de mentionner que dans ce jeu, vous n’avez qu’une seule vie. Votre barre « d’armure » est votre indicateur de ce qui vous reste comme énergie. Ça ajoute un peu au défi que représente le jeu. Même si les ennemis ne sont pas tous très « intelligents ». La plupart vont faire comme dans les jeux d’antan : se diriger vers vous et « attendre » que vous les frappiez. Ce qui pourrait déplaire à certains qui cherchent un vrai défi. Alors dans ce cas, il serait peut-être plus sage de se lancer directement dans le mode « difficile ». Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de défi dans le mode normal. Au contraire, les « boss » à la fin des niveaux ne sont pas tous très évidents à éliminer.

En parlant de défi, le mode multijoueur est particulier à certains points. On pourrait croire que ça doit être plus facile de finir le jeu à deux mais pas tout à fait. Vous vous partagez la barre d’énergie et le compteur « max » pour les deux. Donc, il faut faire d’autant plus attention aux ennemis et aux contenants d’énergie que vous trouverez éventuellement sur votre chemin. J’ai remarqué qu’il y a un peu plus d’ennemis à la fois quand vous êtes deux mais la différence n’est pas énorme. Il est surtout très pratique d’être à deux pour affronter les boss de fin de niveau car c’est bien plus facile que le faire seul. Mais ce type de jeu est toujours plus amusant en se jouant à deux.

Mais la nostalgie se termine très vite…

Le jeu peut se terminer en moins de deux heures facilement, surtout si vous jouez à deux. Malheureusement, après avoir fini le jeu deux fois, il ne reste plus beaucoup de raisons de jouer. Vous pouvez tenter de faire le meilleur temps pour chaque niveau et vous comparer avec les joueurs dans le monde. Il y a des « leaderboards » pour avoir fini le jeu sans mourir et pour chaque niveau. Après cela, il ne reste plus vraiment de raisons de rejouer, sauf peut-être essayer de battre vos temps avec tous les personnages et rejouer en multijoueur. Les batailles contre les boss sont bonnes et je ne comprends pas pourquoi on n’en a pas profité pour ajouter un mode « boss rush« . C’est un mode qui est bien connu dans certains jeux classiques remastérisés tels que Mega Man.

J’ai quand-même bien apprécié le jeu en général. Les personnages ont tous des caractéristiques propres à eux et des mouvements intéressants. Les graphiques et les animations reproduisent bien l’époque des consoles des années 90. N’importe quel adepte de jeu rétro va apprécier. Est-ce que cela vaut quand même son prix ? À 30 dollars, c’est peut-être légèrement cher pour un jeu si rapidement terminé. J’en aurais voulu un peu plus. Peut-être que ça mérite éventuellement une suite, si le jeu connait du succès.

Taito est une compagnie japonaise légendaire et a sorti plusieurs classiques dans les 30 dernières années. Certains de ses meilleurs titres ont aussi été remastérisés dont Wild Guns en 2016. C’était un de mes jeux favoris. Je ne crois pas d’avoir déjà joué à Ninja Warriors sur la Super Nintendo, mais il est certain que j’aurais adoré. Car malgré sa courte durée de vie, Ninja Saviors est amusant et satisfait l’amateur de jeu de combats de rue en moi. On a besoin de plus de jeux de ce genre sur le marché. Et tant qu’a remastériser des « classiques » de Taito, que diriez-vous de Zero Wing ? En autant qu’on laisse la phrase « All your base are belong to us » intacte, juste pour rire.

J’aime

  • Chaque personnage est unique et a sa spécialité
  • Les batailles contre les boss
  • Ce sont des robots ninjas. Il n’y a rien de plus cool (plus sérieusement : le style rétro qui fait qu’on croirait jouer à une console des années 90)

J’aime moins

  • Le bouton « X » qui ne sert à rien aurait dû être utilisé pour des attaques spéciales
  • Les ennemis qui attendent que vous leur tapez dessus
  • La rejouabilité très faible

The Ninja Saviors : Return of the Warriors

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Bon

Un jeu fini trop vite mais qui devrait satisfaire la soif des amateurs de rétro et surtout des "beat 'em ups".

User Rating : Be the first one !

À propos de Yannick Faucher

Quand il n'est pas en train d'écrire, il joue à des jeux vidéo. S'il ne joue pas, il regarde des dessins animés américains ou japonnais. Sinon, il lit des bandes dessinées de super héros. Vous voyez le genre? Il n'y a pas assez d'heures dans une journée pour satisfaire sa soif de geek. C'est sa passion, c'est dans ses veines.

Aussi à voir...

Les sorties de jeux vidéo du mois de novembre 2019

Plusieurs jeux vidéo grandement attendus seront au rendez-vous en novembre 2019 ! Avec Noël qui approche …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.