Sugar Falls

Sugar Falls : une histoire de pensionnat – Une œuvre sombre et nécessaire

La bande dessinée Sugar Falls est basée sur l’histoire vraie de Betty Ross, aînée de la Première Nation de Cross Lake, qui a passé des années dans un pensionnat. On y découvre ce que fut la vie difficile de jeunes enfants arrachés à leur foyer. Sugar Falls est décrit comme étant un récit difficile à lire, mais tout de même accessible aux plus jeunes lecteurs. On y aborde notamment les thèmes des autochtones, des Premières Nations, de la maltraitance et de la survie. Découvrez sans plus attendre cette œuvre à la fois sombre et nécessaire.

  • Titre original : Sugar Falls
  • Dessin : Scott B. Henderson et Donovan Yaciuk
  • Scénario : David Robertson
  • Éditeur VF : Glénat
  • Année : 2022
  • Genre : Drame, Historique
  • Nombre de tomes : 1
Sugar Falls

Synopsis

Les années 50. Abandonnée dès son plus jeune âge, Betsy a eu la chance d’être adoptée par une famille aimante. Mais quelques années plus tard, à l’âge de 8 ans, son monde s’écroule. La jeune autochtone est amenée de force dans un pensionnat. Là, durant des mois, elle subit les pires abus. Mais elle trouve la force de survivre en se rappelant les mots pleins de sagesse que son père adoptif lui avait confiés à Sugar Falls, des mots qui lui ont donné la résilience, la force et la détermination nécessaires pour passer à travers les épreuves et les tortures infligées par des hommes et des femmes qui prétendaient être là pour la sauver et pour l’éduquer.

Mon avis

Une lecture rapide

Ce qui nous frappe d’emblée, c’est le nombre de pages. Vous n’en aurez qu’une quarantaine à dévorer avant de tourner la dernière page. C’est décevant, mais la qualité du récit et le message véhiculé par celui-ci pardonneront la durée de cette histoire. J’aurais aimé en avoir plus à me mettre sous la dent. Toutefois, on ne peut pas nier que tout a été dit. Du moins, pour cette histoire, car plusieurs autres jeunes filles autochtones ont vécu des épisodes d’autant plus tragiques. Bref, nous suivons le quotidien de Betsy qui sera abandonnée par sa mère ayant elle-même vécu dans des pensionnats lorsqu’elle était plus jeune. Ayant manqué d’amour, elle n’a jamais su comment prendre soin de la petite Betsy. Elle décide donc de l’abandonner à son triste sort, en plein hiver.

La gamine vagabondera jusqu’à trouver un canoë sous lequel elle tentera de s’abriter du froid. Heureusement, elle sera rapidement trouvée par un homme qui l’amènera auprès de sa famille. Il décidera de la garder et de l’élever comme sa propre fille. Pour la première fois de sa vie, Betsy est aimée dans un foyer saint. Elle découvre le bonheur. Hélas, ce bonheur sera de courte durée puisqu’un homme s’occupant d’un pensionnat non loin de leur demeure viendra prendre l’enfant à sa nouvelle famille. Celle-ci ne pourra pas s’opposer à cet enlèvement. Autrement, elle serait sévèrement punie par la loi. Betsy accepte donc son sort.

Un terrible destin

Elle tente de rester forte, mais dès son arrivée au pensionnat, on lui coupe les cheveux, on la lave à l’aide d’une brosse jusqu’à lui irriter la peau afin d’enlever la ”saleté” de son corps. On lui interdit aussi d’utiliser sa langue autochtone, le cri. Chaque jour est routinier : elle se lève, se brosse les dents, elle prie, puis elle travaille la terre avec les autres enfants. Durant son séjour au pensionnat, elle perdra l’espoir qu’un jour, elle reverra sa famille aimante. Elle verra d’autres enfants perdre davantage espoir en tentant de s’enfuir à la nage. Certains perdront la vie. D’autres seront sévèrement punis. Betsy, elle, demeurera au pensionnat jusqu’à sa majorité afin d’éviter les soucis. Elle suivra les règles et cessera de montrer ses faiblesses à la sœur et au père. Elle prendra la décision de ne plus leur offrir ses larmes.

Les points négatifs

J’ai été un peu déçue de la durée de l’histoire, comme je le mentionnais plus haut. Il faut dire que certains éléments sont précipités et peu expliqués. Par exemple, on ne nous explique pas concrètement la raison pour laquelle Betsy est arrachée à son foyer si sauvagement. J’aurais aimé voir le côté des ”méchants”, des dirigeants du pensionnat. J’aurais aimé voir les discussions liées à cet enlèvement et comprendre la raison pour laquelle cette pauvre enfant a été enlevée ainsi à sa famille. Je pense qu’il aurait été intéressant de donner davantage d’informations pour les gens qui ne connaissent pas ce passé obscur des pensionnats autochtones. Certes, la lecture est éducative et nous comprenons davantage le côté sombre de leur histoire, mais je trouve que la chose n’a pas été poussée assez loin. Il aurait été intéressant d’en savoir un peu plus.

« Il est venu directement à moi, comme si je lui appartenais.  »

En conclusion

Honnêtement, bien que la lecture de Sugar Falls se termine très rapidement, j’ai été charmée. Pour vous donner une idée, je l’ai terminé en une quinzaine de minutes. Certes, certaines personnes lisent plus rapidement ou plus lentement que d’autres, mais le récit ne comporte qu’une quarantaine de pages. L’histoire est véritablement prenante bien que ce ne soit qu’une bouchée. On y raconte une vie bouleversante vécue en pensionnat. Une vie qu’on n’aurait pas souhaité vivre nous-mêmes.

Durant ma lecture, je n’ai pas pu m’empêcher de me dire que cette histoire était très certainement censurée. Racontée de manière si rapide, il est certain que quelques passages ne figurent pas dans cette bande dessinée. Aussi, d’autres histoires encore plus terribles ne seront pas forcément racontées et cela me chagrine. Je n’ose pas imaginer tout ce que ces enfants ont malheureusement vécu, et ce, sans raison pertinente. Je pense que Sugar Falls est une lecture à découvrir à coup sûr. Celle-ci est d’ailleurs très adaptée aux plus jeunes malgré les propos lourds qui sont abordés. Cela pourrait même s’avérer plutôt éducatif. Je recommande surtout cette lecture aux gens qui apprécient les récits basés sur des histoires vraies.

J’aime

  • Le récit
  • Le fait que ce soit dur, mais accessible aux plus jeunes

J’aime moins

  • Le nombre de pages
  • Le manque d’informations et de précisions

La copie de la bande dessine Sugar Falls a été offerte par Hachette Canada.

Sugar Falls

Texte, narration et scénario
Graphismes
Impression générale

Wow !

Sugar Falls est une lecture percutante. Je ne regrette pas du tout d'avoir découvert cette bande dessinée. Je ne regrette, en réalité, que la durée du récit.

À propos de Jessica Côté Acteau

Mon côté geek est né très tôt. C'est avec Ash, le dresseur de Pokémon et Sakura, la chasseuse de cartes que j'ai grandi. J'étais déjà une grande amatrice de l'animation japonaise et ça m'a suivi de l'enfance à l'âge adulte. Ma passion pour les jeux vidéo a, quant à elle, débuté au même moment. Armée de mon Game Boy Color, j'étais déjà une grande dresseuse de Pokémon, à l'époque ! C'est néanmoins la série The Legend of Zelda qui m'a fait tomber en amour avec le gaming. Depuis, qu'il s'agisse de jeux ou de japanimation, j'en mange tous les jours.

Aussi à voir...

Sasaki et Miyano

Découverte manga : Sasaki et Miyano

Il y a quelque temps, j’ai découvert Sasaki et Miyano en visionnant les animes de …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.