Vulcan II

Vulcan II de Roccat – Un clavier de jeu pas comme les autres

Il y a beaucoup de claviers de jeu sur le marché depuis plusieurs années. C’est un type qui gagne beaucoup en popularité. Certains sont rétroéclairés, ce qui leur donne une allure très attirante. Il y a aussi des modèles dit « mécaniques » que l’on peut retirer les touches pour les modifier ou les remplacer. De ces claviers mécaniques, il existe aussi différents modèles avec commutateurs variés. Alors il y a vraiment du choix sur le marché pour les joueurs. J’ai utilisé un clavier mécanique pendant huit ans mais aujourd’hui, j’en teste un nouveau. La série Vulcan II comprend plusieurs modèles et de variants mais celui que je possède est le Vulcan II mécanique linéaire. Je l’ai testé pendant plusieurs semaines et je vous explique donc comment celui-ci fonctionne et comment il se démarque des autres.

Caractéristiques techniques

  • Marque : Roccat
  • Modèle : Vulcan II RED Linear
  • Type de clavier : Gaming, complet (avec clavier numérique et boutons multimédias)
  • Disposition des touches : Américaine (QWERTY)
  • Interrupteurs : Linéaires
  • Connectivité : Fil USB-A
  • Compatibilité : Windows 10 (ou plus)
  • Couleur : Noir (disponible aussi en blanc)
  • Incluant : Repose-paume, guide de démarrage rapide
  • Page officielle du produit

Clavier multifonction

Une des choses qu’on regarde dans un clavier de jeu est ce que le clavier peut offrir comme fonctions supplémentaires. Premièrement, il y a la touche fonction (FN) qui vous permet d’effectuer des commandes raccourcis pour plusieurs choses. Avec les touches F1 à F8, on peut changer de profil de clavier et ouvrir rapidement quelques trucs, comme par exemple un navigateur web ou l’application Swarm. Toutes les touches raccourcis sont énumérées dans le petit manuel inclus, rédigé en tout petits caractères, malheureusement pour vos yeux. Mais heureusement qu’il sont tous facilement visibles dans Swarm.

Vulcan II

Évidement, cette touche fonction est bien mais pour certains, ce n’est pas assez. Il en faut plus de raccourcis ! Il faut aussi qu’on puisse les modifier à notre guise. Donc pour ces personnes il y a le bouton « Easy-Shift » situé sur la touche « Caps Lock ». Cette touche permet de donner une deuxième fonction à toutes les touches sur votre clavier et les possibilités sont presque infinies. Ça veut dire que n’importe quelle touche pourrait activer, exécuter ou ouvrir ce que vous lui demandez de faire. Comment ? Eh bien, c’est dans l’application Swarm qu’on peut effectuer les modifications. Vous n’avez qu’à choisir la touche et choisir la deuxième fonction que vous voulez lui donner. C’est très pratique pour les personnes qui veulent rapidement avoir accès à certaines choses, même durant leur jeu.

Un spectacle lumineux

Une caractéristique très populaire chez les claviers de jeu est le rétroéclairage et la possibilité d’y modifier la ou les couleurs. J’ai été très impressionné par le Vulcan II, car il pousse cette fonction à un autre niveau. Le système AIMO est certainement l’élément le plus « wow » de ce clavier. Qu’est-ce que le AIMO ? C’est une technologie lumineuse qui s’adapte à ce que vous faites. Comme par exemple : vous regardez une vidéo ou un film sur votre navigateur. Le clavier va « imiter » les couleurs de ce que vous voyez à l’écran. Si vous voyez des images de quelque chose qui brule, le clavier aura des couleurs plutôt dans les teintes de rouge, de jaune et orange. Si c’est un endroit glacial, il y aura donc des teintes de bleu et de blanc.

Évidement, ce n’est pas parfait, mais en faisant le test, c’est franchement impressionnant à quel point le clavier s’adapte à ce qui se passe à l’écran. Ce sera donc la même chose lorsque vous jouerez à des jeux vidéos : les lumières s’adapteront aussi à tout ce qui se passera devant vos yeux. Cette fonction est toutefois optionnelle, vous n’êtes pas obligé de l’utiliser et vous pouvez la désactiver pour avoir un éclairage normal. Je ne me vois pas utiliser AIMO tout le temps car je dois avouer qu’un moment donné, ça devient une distraction. Mais j’avoue qu’AIMO est spectaculaire et est une technologie lumineuse assez brillante.

Vulcan II

Si vous êtes plutôt comme moi et que vous voulez les choses simples, c’est tout à fait possible. On peut modifier son rétroéclairage pour qu’il ait une seule couleur. Par contre, j’ai été surpris que l’opération n’était pas aussi simple que j’aurais pensé. J’apprécie que ce clavier ait une multitude d’options pour les utilisateurs car on peut séparer l’éclairage en six parties, donc six couleurs différentes. De plus, on peut appliquer des effets lumineux comme un battement de coeur, un effet de vague ou même imiter le classique jeu mobile Snake. Les options sont donc vraiment diverses pour que votre clavier soit à votre goût et aussi à l’intensité luminaire que vous préférez. Alors, ce n’est pas compliqué d’appliquer simplement une couleur, c’est juste qu’il faut sélectionner la même couleur six fois car il n’y a pas de fonction « appliquer à tout ». Donc, lorsque vous jouez avec les couleurs et que vous voulez revenir à votre couleur de départ, pensez à sauvegarder vos préférences dans un profil pour pouvoir revenir à cette configuration plus facilement.

Pas exactement les mêmes couleurs

Il y a un truc qui m’a un peu irrité au niveau des couleurs. C’est que si vous possédez d’autres accessoires qui ont un éclairage de couleur, comme une souris, et que vous voudriez appliquer la même couleur, ce ne sera pas une tâche facile. Comme dans mon cas, j’ai une souris de Logitech. J’utilise un rouge sur celle-ci et j’ai été déçu de voir que même si j’applique le même code RGB de la souris au clavier, la couleur n’est pas de la même teinte, ni de la même intensité. Il faut donc ajuster à l’oeil pour essayer d’avoir la même couleur que son autre périphérique.

Vulcan II

Un « physique » particulier

Ceci est le deuxième clavier mécanique que je possède. Pendant plusieurs années, j’utilisait un clavier de Corsair qui était très différent. Le plus gros « choc » que j’ai eu quand j’ai essayé le Vulcan II est simplement quand je me suis mis à taper. L’effet n’est pas du tout le même. C’est difficile à expliquer mais quand je tape, je sens que les touches sont plus « douces ». Je dirais que le clavier est un peu plus silencieux que celui que j’avais. Mais quand je tape, j’ai parfois l’impression de taper sur un clavier d’ordinateur Apple mais mécanique. C’est une étrange sensation, mais ce n’est pas désagréable. Aussi, j’ai même l’impression de taper plus rapidement, ce qui doit être dû au fait que les touches sont lubrifiées, donc il y a moins de résistance. Les touches sont aussi plus minces sur les interrupteurs, comparé à d’autres modèles sur le marché. Cependant, je n’ai pas vraiment l’impression qu’elles sont plus faibles car la qualité des interrupteurs assurent une solidité. Il est possible de modifier les touches et de les remplacer par d’autres qu’on peut trouver sur le marché, en autant qu’elles aient aussi une pointe en croix, en dessous de celles-ci. Par contre, il n’est pas possible de modifier les interrupteurs (ou « commutateurs ») car ceux-ci sont intégrés au clavier.

D’autres éléments physiques du clavier que j’apprécie beaucoup : les boutons multimédia. Depuis longtemps, je trouve que c’est absolument nécessaire d’avoir au moins quelque part sur le clavier des raccourcis faciles pour contrôler sa musique ou un film. Ce clavier a le strict minimum nécessaire : jouer/pause, précédent, avancer et un gros bouton qu’on tourne pour monter ou baisser le volume. J’adore ça, je me sens comme un DJ à chaque fois je l’utilise.

Vulcan II

L’ensemble du clavier est de plastique mais le dessus est couvert d’une plaque d’aluminium pour assurer une durabilité. Ça lui donne une apparence « brossée », ce que je ne déteste pas. Pour ce qui est du nettoyage, c’est très facile car il y a beaucoup d’espace entre les touches. Avec un coton-tige, vous devriez être capable de le passer facilement entre les espaces pour déloger la saleté. Une bouteille d’air comprimé peut aussi très bien faire le travail en peu de temps.

Un repose-poignets pas reposant

C’est probablement ironiquement la chose que j’aime le moins de l’ensemble du clavier. Le repose-poignets inclus avec le Vulcan II est fait de plastique simple. Il n’est donc pas confortable du tout et n’a aucune utilité. Pas de problème : il est détachable. Je m’en suis débarrassé assez vite et je m’en suis procuré un autre mais en gel mousse mémoire. J’ai pris celui de HyperX (que je recommande) mais presque n’importe quel pourrait faire l’affaire. Ou bien vous pouvez toujours vous procurer la nouvelle version de ce clavier.

Vulcan II

Le modèle Max améliore ce défaut

Ce que j’ai testé est le premier modèle du Vulcan II. Vous remarquerez que sur le site canadien de Roccat, ce modèle n’est plus disponible (mais existe toujours sur le site américain) et est remplacé par le Vulcan II Max. Le Max est presque identique au Vulcan II régulier mais possède quelques améliorations dont le fameux repose-poignets. Celui du Max est fait en silicone rigide, donc plus confortable et est semi-transparent. Il y a des lumières au bas du clavier, ce qui fera en sorte que le repose-poignet va faire émaner cette luminosité. Cela donnera donc l’impression que votre repose-poignets est rétroéclairé et aura une apparence franchement jolie. C’est bien pensé !

Est-ce que ça vaut la peine ?

Avant de conclure, je voudrais mentionner que pour un non-habitué comme moi, savoir comment programmer les touches n’est pas si évident. Il n’y a pas d’instructions sur comment faire dans le petit manuel inclus. Il n’y a pas vraiment d’aide non plus dans l’application Swarm. J’ai donc dû faire mes propres recherches sur internet et j’ai trouvé cette vidéo explicative sur YouTube qui résume bien comment se servir du Vulcan II. On peut aussi se référer à la section support du site de Roccat.

Malgré tout, c’est un très bon clavier. Mais c’est un clavier quand même très dispendieux, se détaillant à environ  300$ CAD. Le Vulcan II est certainement un clavier de grande qualité. Malheureusement, je n’ai pas eu la chance de tester beaucoup de claviers de jeu, donc je ne peux dire s’il vaut vraiment son prix de vente. Je suis tout de même très satisfait de ce clavier et je le recommande certainement à tout le monde, que vous soyez un joueur ou non.

Vulcan II

Vous pouvez vous procurer le clavier Vulcan II Max sur le site de Roccat, mais seulement la version linéaire est disponible. La version linéaire et la version optique sont disponibles sur Amazon.

J’aime

  • Les multiples options lumineuses
  • Le confort des touches
  • La grande qualité de rétroéclairage

J’aime moins

  • Un manque d’explication pour comment programmer les touches « easy-shift »
  • Le manuel d’instructions inclus qui manque beaucoup trop d’informations et l’écriture est terriblement minuscule
  • Le repose-poignets de plastique est si mauvais qu’il est préférable de le remplacer aussitôt qu’on peut

Le clavier de jeu Vulcan II a été fourni par ROCCAT. 

À propos de Yannick Faucher

Quand je ne suis pas en train d'écrire, je joue à des jeux vidéo. Si je ne joue pas, je regarde des dessins animés américains ou japonais. Sinon, je lis des bandes dessinées de super-héros. Vous voyez le genre? Il n'y a pas assez d'heures dans une journée pour satisfaire ma soif de geek. C'est ma passion, c'est dans mes veines.

Aussi à voir...

Station d’accueil 17 en 1 Kensington SD4880P – En vaut-elle vraiment le prix ?

Des stations d’accueil pour ordinateurs, il en existe beaucoup. Comme je travaille avec plusieurs moniteurs, …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.