Pokémon Violet : un excellent jeu submergé de mauvaises performances

Pokémon Violet et Pokémon Écarlate proposent aux joueurs de découvrir la neuvième génération de nos petits monstres favoris tout en explorant une nouvelle région nommée Paldea. Le tout, dans un monde ouvert. J’avoue qu’il s’agit d’un de mes rêves. Toutefois, j’étais sceptique lorsque Nintendo a annoncé son projet concernant la franchise. Je ne pouvais m’empêcher de me dire que c’était trop beau pour être vrai. Bref, le jeu sera-t-il à la hauteur de mes attentes ?

  • Studio de développement : Game Freak
  • Éditeur : Nintendo, The Pokémon Company
  • Plateformes disponibles : Nintendo Switch
  • Plateforme de test : Nintendo Switch
  • Classement : E
  • Prix : 79,99$
  • Site officiel du jeu

Pokémon Violet

À l’école des Pokémon

Lorsqu’on découvre Pokémon Violet pour la première fois, nous ne pouvons qu’être subjugués. L’histoire est très différente de ce à quoi les joueurs sont habitués. Votre avatar et sa mère déménagent dans un petit village et rapidement, vous apprenez que vous allez intégrer une école où les élèves apprennent à devenir des dresseurs de Pokémon. Le directeur de ce prestigieux établissement se rend à votre domicile afin de vous souhaiter la bienvenue. Et par la même occasion, celui-ci vous offre votre premier compagnon de voyage puisqu’il s’agit d’une tradition de l’école que vous vous apprêtez à intégrer. Vous aurez donc le choix entre le chat de type plante : Poussacha (Sprigatito), le crocodile de type feu : Chochodile (Fuecoco) et le canard de type eau : Coiffeton (Quaxly). Personnellement, j’ai choisi Poussacha.

Ensuite, vous ferez la rencontre de votre voisine qui vous prendra aussitôt sous son aile. Elle vous explique alors que vous devrez vous rendre à l’académie à pied. La route est plutôt longue. Donc, vous habiterez dans un des dortoirs que comporte l’établissement. Sur le chemin de l’école, vous ferez la rencontre d’un Pokémon légendaire. Vous lui viendrez en aide et il en fera de même pour vous. Il restera à vos côtés en faisant office de monture. Une fois arrivé à l’école, le temps passera jusqu’à ce que vous puissiez partir à l’aventure dans le cadre de la sortie scolaire plutôt originale. Celle-ci consiste à explorer le monde et apprendre à la dure.

Le monde ouvert

Comme dans le précédent jeu, soit Légendes Pokémon : Arceus, vous pourrez explorer un monde ouvert. J’aime que la franchise évolue en ce sens. Toutefois, je ne peux m’empêcher de trouver décevant le fait que certains éléments ne soient plus présents comme, par exemple, le fait de pouvoir se balader librement autour du combat en cours. Au lieu de cela, nous régressons. Toutefois, nous ne pouvons qu’apprécier le fait que le monde ouvert soit bien plus vaste que dans le précédent jeu. Celui-ci semble aussi moins vide, plus vivant. On nous offre davantage de dresseurs à affronter et c’est très appréciable.

Lorsque vous quittez l’académie, trois grandes missions vous seront proposées : la destruction des Pokémon dominants, la quête des badges et la chasse de la Team Star. Ce qui est intéressant, c’est que vous pourrez effectuer ces quêtes lorsque vous en aurez envie et dans l’ordre qui vous conviendra. Si vous désirez simplement explorer, vous pourrez le faire. Et pour la première fois dans un jeu de Pokémon, vous pourrez partir à la conquête des arènes dans l’ordre de votre choix.

Toutefois, il est intéressant de noter que les niveaux sont préétablis. Si vous désirez suivre l’ordre de difficulté, il vous faudrait affronter les maîtres des arènes dans cet ordre : insecte, plante, électrique, eau, normal, fantôme, psy et glace. Et pour ce qui est de la Team Star, voici l’ordre : feu, poison, fée et combat. Pour finir, voici l’ordre des créatures dominantes : acier, sol et dragon.

Pokémon Violet

Boguémon, attrapez-les tous !

Le jeu est vraiment excellent. Le monde ouvert offre véritablement un souffle nouveau à la franchise. Cependant, il est impossible de ne pas remarquer le nombre monstrueusement élevé de bogues dont regorge Pokémon Violet. Il n’est pas difficile de comprendre que la Nintendo Switch a épuisé toutes ses ressources. Bien que les grands hommes derrière Nintendo désirent offrir un jeu majestueux aux amateurs de la franchise, cela est impossible puisque la console a atteint ses limites depuis longtemps. Comme dans le précédent jeu, on peut remarquer aisément les animations rigides qu’on peut apercevoir lorsqu’on regarde l’environnement un peu plus éloigné. Et que dire des graphismes ? Ceux-ci sont plutôt passés date. Malgré tout, le jeu demeure beau et mignon, mais pas pour son époque.

Aussi, j’ai pu remarquer quelques bogues désagréables, même si ceux-ci ne m’ont pas empêchée d’avoir du plaisir durant ma partie. Par exemple, lorsqu’un dresseur que j’affrontais lançait sa Poké Ball, celle-ci demeurait dans les airs durant le combat, alors que le Pokémon en était déjà sorti. Une fois l’affrontement terminé, la Poké Ball demeurait figée dans l’environnement, et ce, jusqu’à ce que je redémarre mon jeu. Aussi, il m’est arrivé à quelques reprises de tomber sous la carte, souvent hors des combats, mais aussi, quelques fois durant ceux-ci. Mon avatar finit par cesser de tomber dans un vide infini et retourne miraculeusement sur le sol. De plus, j’ai vu certains Pokémon aquatiques nageant… dans le ciel ou dans le sol. On remarque aussi constamment des bogues sonores et visuels lorsque nous entrons dans une nouvelle zone.

Et malheureusement, j’ai constaté sur les réseaux sociaux que de nombreux autres bogues existaient. Heureusement, je ne les ai pas tous testés.

Et les quelques autres déceptions…

Comme lors des précédents jeux, je ne me lasserai pas de le mentionner, mais je n’en peux plus du multi-exp. Je m’ennuie de l’époque où nous pouvions l’activer ou le désactiver à notre guise. Cela baisse énormément le niveau de difficulté du jeu ! Je trouve aussi décevant le fait que, comme je l’ai mentionné plus haut, les niveaux des maîtres d’arène soient prédéfinis. Cela vient contredire la promesse de liberté vantée par Nintendo, ces dernières semaines. Au final, sommes-nous si libres que cela si nous sommes pratiquement obligés de suivre une ligne préétablie, malgré tout ?

De plus, je ne suis pas spécialement amatrice de la téracristallisation, la nouvelle mécanique de jeu proposé dans cet opus. Je m’ennuie des Méga-Évolutions qui étaient, selon moi, le meilleur ajout de ce type offert par la franchise. D’ailleurs, pourquoi ne pouvons-nous plus entrer dans les bâtiments ?

Pokémon Violet

Les nouveautés

La principale nouveauté de Pokémon Violet, c’est la neuvième génération qui accompagne le jeu. J’ai trouvé plusieurs créatures vraiment adorables alors que d’autres étaient tout simplement horribles. Mais bon, il y en a pour tous les goûts, et ce, dans chacune des neuf générations. Pour ce qui est des Pokémon de départ, ceux-ci sont vraiment adorables. Toutefois, j’ai trouvé que leur forme finale n’était pas aussi exceptionnelle que les Pokémon de départ des précédentes générations. Autant mon petit Poussachat était très adorable lors de sa première forme et plutôt classe durant sa deuxième forme, autant je l’ai trouvé immonde lorsqu’il s’habille de sa forme finale.

Une autre nouveauté, c’est le pique-nique. Cela nous rappelle facilement le camping qui fut instauré dans Pokémon Shield. Lorsque vous vous installez pour pique-niquer, vous pouvez câliner vos compagnons. Vous pourrez aussi cuisiner de délicieux sandwichs à l’aide des ingrédients que vous trouverez ou que vous achèterez durant votre aventure. Bien que cela soit très mignon, pour ce qui est du côté pratique, c’est plutôt désolant. Vous obtiendrez parfois des bonus après avoir pique-niqué, mais ceux-ci sont temporaires.

Aussi, les pensions n’existent plus. C’est durant les pique-niques que vous Pokémon pourront forniquer. Si ceux-ci sont compatibles afin d’avoir un petit, vous pourrez ainsi voir apparaître des œufs durant vos moments de détente avec vos compagnons. Ce nouveau système est plutôt intéressant puisqu’il permet d’obtenir des œufs partout où nous le désirons. Le temps où vous deviez vous rendre à la pension afin d’obtenir des bébés Pokémon est enfin révolu.

Le multijoueur

Dans Pokémon Violet, il vous est possible de jouer jusqu’à quatre joueurs en local et en ligne. Avec vos amis, vous pourrez pique-niquer, combattre, explorer et faire des raids. Et c’est à peu près tout. Bien sûr, si vous vous attendiez à pouvoir effectuer l’histoire principale à l’aide de vos compagnons, ne vous réjouissez pas trop vite. Bien que vos amis puissent vous accompagner, ceux-ci ne peuvent pas interagir dans vos combats. Cependant, ils peuvent… vous encourager joyeusement. Aussi, lorsque vous n’êtes pas l’hôte, n’oubliez pas que vous ne progresserez pas dans votre aventure. Bref, c’est intéressant, mais ce n’est pas tout à fait inoubliable.

Pokémon Violet

En conclusion…

Pokémon Violet est un bon jeu. Les idées sont bonnes, mais il est triste de constater que ce ne sont pas toutes les bonnes idées provenant de Légendes Pokémon : Arceus qui ont été introduites dans ce nouveau titre. Le monde ouvert semble plus vivant que lors du précédent jeu, même si ce n’est pas encore suffisamment satisfaisant, de mon point de vue. Les joueurs apprécieront certainement le fait que le jeu n’est plus aussi linéaire que par le passé. Toutefois, on sent un manque de liberté lorsqu’on constate que chaque gym possède un niveau s’escaladant entre eux. Autrement dit, on nous offre une certaine liberté, mais celle-ci semble plutôt camouflée par une belle ligne directrice.

J’ai apprécié le fait que le scénario soit différent des précédents jeux. La difficulté fait toujours défaut à la franchise. Nous pouvons toutefois l’augmenter en nous dirigeant vers des lieux dans lesquels nous ne sommes pas censés être, dès le début de l’aventure. Cependant, ce que nous retenons le plus, ce sont les énormes problèmes de performance. Il y a énormément de bogues et cela peut nuire au plaisir de jeu de certains.

Je crois que ma plus grande déception, c’est le fait que le jeu ne soit pas aussi bien que Pokémon Légendes : Arceus. Ce précédent jeu, selon moi, ne manquait que d’arènes et de dresseurs. J’ai eu l’impression qu’on régressait tout en avançant. C’est étrange. Malgré tout, je ne peux pas le nier : le jeu est prenant et addictif. Il possède autant de défauts que de qualités. Toutefois, je pense que certains défauts auraient pu être évités facilement en peaufinant et en testant le tout.

J’aime

  • Le monde ouvert
  • Le mode multijoueur
  • La personnalisation de l’avatar
  • La bande-son qui est très vivante
  • La progression qui n’est pas tout à fait linéaire
  • Le scénario un peu plus imprévisible qu’à l’habitude
  • La difficulté augmentée par le fait de choisir soi-même sa prochaine destination

J’aime moins

  • Le manque de liberté
  • Les (trop) nombreux bogues !
  • Les problèmes de performance
  • Le fait de ne pas pouvoir désactiver le multi-exp
  • Les mécaniques incroyables qu’on a vues dans Légendes Pokémon : Arceus qui n’ont malheureusement pas toutes été intégrées à ce jeu

La copie de Pokémon Violet a été fournie par Nintendo.

Pokémon Violet

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Mitigée

Le jeu est excellent. Toutefois, il comporte tellement de défauts que cela m'empêche de lui donner une note aussi excellente que le plaisir de jeu que j'ai ressenti. Il s'agit du Pokémon que j'aurai noté le plus bas depuis que je rédige des avis sur les jeux.

À propos de Jessica Côté Acteau

Mon côté geek est né très tôt. C'est avec Ash, le dresseur de Pokémon et Sakura, la chasseuse de cartes que j'ai grandi. J'étais déjà une grande amatrice de l'animation japonaise et ça m'a suivi de l'enfance à l'âge adulte. Ma passion pour les jeux vidéo a, quant à elle, débuté au même moment. Armée de mon Game Boy Color, j'étais déjà une grande dresseuse de Pokémon, à l'époque ! C'est néanmoins la série The Legend of Zelda qui m'a fait tomber en amour avec le gaming. Depuis, qu'il s'agisse de jeux ou de japanimation, j'en mange tous les jours.

Aussi à voir...

Chained Echoes

Chained Echoes : des histoires qui se combinent bien ensemble

Je me souviens encore de la première fois que j’ai entendu parler de Chained Echoes, …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.