Le Livre de Boba Fett – Une série intéressante, mais au rythme inégal

Cette année sera le dixième anniversaire de l’acquisition de Lucasfilm par Disney. Depuis que le géant du divertissement a mis la main sur la franchise Star Wars, il a produit plusieurs films et séries télé. Leur accueil par le public a varié considérablement d’une production à l’autre, surtout la nouvelle trilogie de films qui, après un départ canon, s’est rapidement dégonflée en voulant plaire à trop de monde. Cependant, parmi tous les nouveaux produits mis sur le marché, un d’entre eux semble avoir réussi à combler autant les attentes des vétérans que de rallier les néophytes. La série The Mandalorian, offerte sur Disney+, a reçu une multitude d’éloges pour ses deux saisons et l’on a maintenant droit au premier produit dérivé. Faisant sa réapparition dans la deuxième saison, le très populaire personnage de la trilogie originale Boba Fett a maintenant droit à sa propre histoire. Produite par les mêmes créateurs que The Mandalorian, Le Livre de Boba Fett se veut être une série très similaire en empruntant l’esthétique visuel et sonore de sa prédécesseur. Le résultat final est plus mitigé, par contre.

  • Créateur : Jon Favreau
  • Studio de production : Lucasfilm
  • Distribution : Temuera Morrison, Ming-Na Wen et Pedro Pascal
  • Nombre d’épisodes : 7 (5 disponibles au moment de l’écriture de cet article)
  • Site officiel

La série débute au moment où l’on a quitté le personnage principal dans la seconde saison de The Mandalorian. Boba Fett est de retour sur la planète reculée de Tattoine afin de reprendre les rênes de l’empire criminel de Jabba le Hutt après le décès de ce dernier lors des événements du film Le Retour du Jedi. Après avoir survécu miraculeusement à la digestion du terrible sarlacc, l’ancien chasseur de primes doit passer régulièrement plusieurs heures dans une cuve de bacta, une substance réparatrice miraculeuse. Lors de ses nombreuses séances de guérison, Fett vit de retours en arrière des événements qui ont précédé sa prise en main du trône vacant de Jabba. On suit son parcours, en premier de prisonnier d’une tribu d’hommes des sables, à leur allié une fois qu’il a obtenu leur respect, jusqu’aux événements présents. Ces retours en arrière permettent d’en connaître davantage sur une race que l’on voyait brièvement dans les deux premières trilogies de films, mais ils deviennent un peu lassants, surtout quand l’action du présent devient intéressante.

La série est truffée de références à la franchise, surtout au film Le Retour du Jedi
Après avoir survécu au sarlacc et au désert de Tatooine, Boba Fett est de retour afin de reprendre les rênes de l’empire criminel du défunt Jabba le Hutt.

Une solide distribution avec plusieurs nouveaux visages

L’acteur néo-zélandais Temuera Morrison reprend le rôle de Boba Fett après son apparition dans la deuxième saison de The Mandalorian. Il avait aussi incarné le rôle de Jango Fett, père génétique de Boba, dans le film L’Attaque des clones. Ming-Na Wen est également de retour dans son rôle de Fennec Shand, une mercenaire et assassin qui est au service de Fett. De nouveaux visages s’ajoutent à l’univers de Star Wars, comme David Pasquesi qui incarne le servile adjoint au maire de Mos Espa, Mok Shaiz, ou encore l’actrice Jennifer Beals, qui tenait le rôle principal dans le film Flashdance, dans celui de Garsa Fwip, la tenancière d’une taverne. Deux épisodes ont été réalisés par Robert Rodriguez, qui nous a donné plusieurs films d’action, comme la trilogie El Mariachi et From Dusk Till Dawn. Un de ses acteurs fétiches, Dany Trejo, apparaît dans la série sous les traits de l’entraîneur d’un rancor, le même type de bête sauvage que Luke Skywalker a affrontée lors de sa visite au palais de Jabba. Tous les acteurs offrent de solides performances, en particulier Ming-Na Wen qui impressionne autant lorsqu’elle donne la réplique que lorsqu’elle fait appel à ses prouesses martiales. Temuera Morrison est convenable, mais démontre un éventail d’émotions limitées. Cela est propice au personnage, mais rend parfois certaines scènes un peu ennuyantes.

Temuerra Morrison revient sous les traits de Boba Fett après avoir endossé le rôle dans la série The Mandalorian
L’acteur néo-zélandais Temuera Morrison reprend le rôle de Boba Fett après son apparition dans The Mandalorian. Il avait aussi incarné Jango Fett dans le film l’Attaque des clones.

L’aspect visuel de la série est calqué sur celui de The Mandalorian. On y retrouve la même apparence empruntée au style western, avec ses villes battues par les rayons du soleil (deux dans ce cas-ci), et l’attirail des personnages qui ressemblent à des versions futuristes de ceux portés par les acteurs des films comme Duel au soleil et Pour une poignée de dollars. De plus, les vétérans de la franchise seront ravis de déceler plusieurs références à des productions cinématographiques précédentes (surtout Le Retour du Jedi), mais aussi à certaines œuvres provenant de l’univers étendu. Ces petits clins d’œil sont les bienvenus, mais cela ne signifie pas que les néophytes seront perdus, bien au contraire. Les superbes images du désert de Tatooine nous ramènent au temps où la trilogie de films originale était à l’apogée de sa popularité. Un point fort est l’apparition d’un nouveau Wookie, la race dont Chewbacca fait partie. Contrairement à l’adorable compagnon de Han Solo, Krrsantan est un chasseur de primes et un ancien gladiateur dont la férocité ne connaît pas de limites. Parlant de combat, les scènes d’action de la série sont du même calibre que pour la série précédente, surtout un féroce combat contre une troupe d’assassins équipés de boucliers d’énergie.

Un aspect sonore et visuel similaire à son prédécesseur

La musique de la série a été composée par Ludwig Göransson, qui nous avait déjà donné la trame sonore de The Mandalorian. Les thèmes musicaux sont similaires, mais utilisent plus la voix humaine, surtout dans le thème principal. Ce dernier représente bien le côté combatif de Boba Fett, tout en y incluant la solitude qu’il ressent depuis la mort de son père et sa dérive à la recherche d’une famille. La musique suit bien le tempo de la série, mais elle reste un peu trop en arrière-plan pour être remarquée. Seuls les thèmes du début et de la fin des épisodes sont mémorables. La librairie d’effets sonores est efficace, surtout ceux qui nous rappellent la trilogie originale, comme le bruit de ferraille rouillée de la porte du palais de Jabba.

Ceux qui ont aimé l'hommage aux classiques du western dans The Mandalorian retrouveront un look similaire
L’aspect visuel de la série est presque identique à celui de The Mandalorian. On y retrouve la même saveur empruntée aux classiques du western.

La série sera composée de sept épisodes lancés à raison d’un par semaine. Au moment d’écrire ces lignes, cinq épisodes étaient disponibles. Si les premiers étaient un peu monotones avec leur rythme lent, ce dernier s’est accéléré dans les deux derniers, ce qui a rendu l’expérience plus intéressante. Le dernier épisode sera lancé le 9 février prochain et il n’y a présentement pas de plans pour une deuxième saison. Après avoir quitté les studios de production, l’équipe du Livre de Boba Fett a laissé sa place à celle de la très attendue série Obi-Wan Kenobi qui verra le jour plus tard cette année.

En conclusion, il est évident que les attentes pour le Livre de Boba Fett étaient énormes après l’immense succès de The Mandalorian. Malgré qu’elle n’atteigne pas les sommets de qualité de sa prédécesseur, cette nouvelle production vaut le détour, surtout pour les amateurs de la franchise qui seront bien servis par toutes les références, évidentes et obscures. Il suffit d’abaisser ses attentes et continuer l’écoute après les premiers épisodes, plus ennuyeux, pour y voir une amélioration notable.

Le Livre de Boba Fett

Scénario
Performance des acteurs
Bande sonore
Effets spéciaux

Bien, mais inégal

Le Livre de Boba Fett vit dans l'ombre immense de The Mandalorian. Malgré qu'elle n'atteigne pas la même qualité, la série demeure un très bon divertissement.

À propos de Frédéric St-Georges

Je suis un geek assumé et fier de l'être, qui joue régulièrement aux jeux vidéo depuis l'âge de cinq ans, maniaque de séries télé comme Babylon 5, Star Trek Voyager et Game of Thrones. Geekbecois représente pour moi une belle opportunité de partager avec vous mes passions, vous informer et même parfois vous divertir avec un jeu de mots à la qualité douteuse!

Aussi à voir...

Hellbound_poster

Critique de Hellbound : difficile regard sur un monde pas si loin du nôtre

Hellbound, traduit au Québec par Prophéties infernales, est probablement la série qui m’a le plus troublée …

Un commentaire

  1. C’est quand même beaucoup mieux que la surcôté série de The Witcher

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.