Kingdoms of Amalur Re-Reckoning – Un « remaster » minimal pour un excellent jeu de rôle

Kingdoms of Amalur Reckoning est un jeu de rôles sorti à l’origine sur PS3, Xbox 360 et PC en 2012. Il fut l’unique production de 38 Studios, une nouvelle équipe qui avait énormément d’ambition. Malheureusement, un cycle de production chaotique et des problèmes financiers, incluant un prêt de plusieurs dizaines de millions de dollars de l’état de Rhodes Island, et des ventes en dessous des attentes ont eu raison du studio. Heureusement, l’éditeur THQ Nordic a fait l’acquisition de la franchise en septembre 2018 et annoncé qu’il allait publier une version revampée pour les consoles PS4 et Xbox One et PC, avec des graphiques améliorés, une jouabilité personnalisable et du nouveau contenu. Malgré que l’on applaudisse cette résurrection pour un jeu qui aurait mérité un plus grand succès à sa sortie originale, le travail d’amélioration du jeu laisse grandement à désirer.

  • Kingdoms of Amalur Re-Reckoning
  • Studio de production : 38 Studios (version originale), KAIKO (nouvelle version)
  • Éditeur : THQ Nordic
  • Plateformes disponibles : PS4, Xbox One, PC
  • Plateforme de test : Xbox One S
  • Classement ESRB : M
  • Prix : 39,99$ (édition standard), 54,99$ (édition Fate – comprend la trame sonore et la future extension Fatesworn)
  • Site officiel
  • Page Steam du jeu

Le jeu se déroule dans le royaume d’Amalur, où se côtoient les races mortelles des humains, les elfes et les gnomes, ainsi que les immortels membres de la race Fae. Pendant des siècles, l’harmonie régnait entre les habitants du royaume, jusqu’à ce qu’un usurpateur prenne le contrôle d’une partie des Fae (ceux de la cour d’Hiver) et mène une campagne d’extermination des autres races. Malgré une brave résistance, les races mortelles ne peuvent venir à bout d’êtres qui sont réincarnés dans un autre corps une fois tués. Les gnomes, dans un dernier effort pour retourner la guerre en leur faveur, ont bâti un puits des âmes, qui, l’espèrent-ils, pourra ressusciter les membres des races mortels. Le personnage central du jeu est la seule expérience réussie après d’innombrables échecs. Cela vient renverser l’équilibre de ce monde alors que ce héros devient le premier mortel à pouvoir changer son destin, qui est immuable pour tous les autres. C’est donc sur lui que reposent tous les espoirs pour les humains, les elfes et les gnomes, ainsi que les Fae qui combattent à leurs côtés.

Kingdoms of Amalur Re-Reckoning est un des jeux de rôles les plus accessibles sur le marché et plaira aux néophytes et aux vétérans
Le style de jeu dans Kingdoms of Amalur Re-Reckoning est très accessible et saura plaire autant aux amateurs de jeux de rôle que d’action

Kingdoms of Amalur Re-Reckoning est le jeu rêvé pour les amateurs de jeux de rôle en solitaire. La prise en main est aisée avec une jouabilité très accessible. Contrairement à de nombreux autres titres du genre, les combats ne se basent pas sur des jets de dés virtuels en arrière-plan comme dans The Elder Scrolls, mais plutôt sur les réflexes et les habiletés du joueur. Ce faisant, la jouabilité s’apparente plus à des jeux d’action tels que God of War. Le joueur a le choix de manier son personnage en tant que guerrier, roublard (rogue) ou sorcier. Les différentes habiletés qui sont déverrouillables au cours de la partie sont divisées entre les groupes Force, Finesse et Magie. Les amateurs de combat opteront pour la Force et pourront manier des armes redoutables comme d’immenses épées à deux mains ou des haches à double tranchant. Ceux qui préfèrent plus de subtilité iront vers la Finesse où ils manieront la dague avec efficacité, causant d’immenses dommages aux ennemis insouciants ou les éliminant à distance avec leur arc. Enfin, ceux qui sont fascinés par les arts de la magie pourront carboniser leurs ennemis avec des boules de feu, des éclairs et seront des protagonistes terrifiants avec leurs bâtons magiques.

Des centaines d’heures de jeu pour un prix d’entrée très abordable

Le jeu contient une quête principale qui prendra plusieurs dizaines d’heures à compléter, en plus d’inclure des douzaines de quêtes secondaires. Ces dernières varient entre explorer une ruine souterraine et vaincre un ennemi puissant qui menace un village voisin, à récolter des plantes pour concocter une potion de guérison pour un paysan malade. Les habiletés que le joueur obtiendra au cours de son aventure lui seront très utiles, comme la possibilité de convaincre un groupe de truands de laisser tomber la bataille ou pouvoir visualiser les caches secrètes de ressources sur la carte miniature. Malgré qu’il soit possible d’investir dans les différentes catégories d’habiletés, il est préférable de se concentrer sur une seule d’entre elles. La courbe de difficulté va en s’accentuant et il est préférable d’être le maître d’une catégorie qu’un apprenti dans plusieurs. En plus du contenu qui était inclus avec la version de base du jeu, cette nouvelle édition vient avec deux modules qui étaient téléchargeables à l’origine : The Legend of Deal Kel et Teeth of Naros. Aussi, l’éditeur a confirmé qu’un module d’extension majeur, Fatesworn, sera disponible en 2021.

Le monde d'Amalur utilise plus archétypes du style médiéval fantastique, tout en conservant une personnalité qui lui est propre
Le jeu regorge d’environnements variés, comme de vastes forêts, des déserts arides et des marais profonds. Dommage que leurs populations soient si clairsemées

Le prix demandé pour cette nouvelle édition vaut largement l’investissement suite à la masse de contenu. Cependant, ceux qui ont joué à la version originale seront immanquablement déçus par l’aspect « remaster » du jeu. En effet, le côté graphique n’a reçu qu’une très légère amélioration, surtout au niveau des effets de lumière. Il est plus qu’évident qu’on a affaire à un jeu de la génération précédente de consoles. Les personnages ont peu de détails, leurs animations faciales sont minimales et les environnements sont pour la plupart peu peuplés. Les cinématiques sont pratiquement les mêmes que celles de la version précédente et les nombreuses vidéos disponibles en ligne montrent clairement que les deux versions du jeu sont pratiquement identiques. Par contre, le côté audio du jeu a reçu plus d’attention, avec une trame sonore remixée qui sonne beaucoup mieux. Dans la version originale, la musique était à peine audible, même avec le volume au maximum. C’est maintenant chose du passé et l’on peut maintenant apprécier l’excellente trame sonore composée pour le jeu. Les dialogues ont aussi reçu des améliorations et le bon travail des acteurs est maintenant montré à sa juste valeur.

On aurait apprécié un meilleur travail d'amélioration pour le jeu, il reste presque identique à la version originale
Le travail d’amélioration du jeu est plutôt minimal, les graphiques étant presque identiques à ceux de la version originale

Malgré les piètres améliorations au niveau des graphiques, Kingdoms of Amalur Re-Reckoning est chaudement recommandé aux amateurs de jeux de rôle, surtout ceux qui auraient passé par-dessus lors de sa sortie en 2012. On y a droit à une expérience riche et un monde très bien développé, fruit du travail de l’auteur renommé R.A. Salvatore et de l’illustrateur Todd McFarlance, créateur de Spawn. Cette franchise aurait mérité un meilleur destin que celui qui lui a été infligé et cette résurrection lui donne une deuxième chance de briller.

La copie du jeu utilisée pour cette critique a été fournie par l’éditeur.

Kingdoms of Amalur Re-Reckoning

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Excellent jeu, remaster décevant

Kingdoms of Amalur Re-Reckoning est une superbe deuxième chance donnée à un jeu qui le méritait. Malheureusement, le travail d'amélioration laisse à désirer.

User Rating : Be the first one !

À propos de Frédéric St-Georges

Je suis un geek assumé et fier de l'être, qui joue régulièrement aux jeux vidéo depuis l'âge de cinq ans, maniaque de séries télé comme Babylon 5, Star Trek Voyager et Game of Thrones. Geekbecois représente pour moi une belle opportunité de partager avec vous mes passions, vous informer et même parfois vous divertir avec un jeu de mots à la qualité douteuse!

Aussi à voir...

Écran principal du jeu Baldur's Gate 3.

« Hé ! C’est moi, Baldur’s Gate 3, c’est bon de vous revoir ! »

Si vous avez plus de vingt-cinq ans et que vous avez joué à Donjons et …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.