Ghost Recon : Breakpoint – Une expérience militaire tangible

Ghost Recon : Breakpoint est un jeu d’action à la troisième personne. Celui-ci est jouable entièrement en solo ainsi qu’en coopération. Dans cet épisode, les Ghosts sont de retour et ils devront affronter l’un des leurs. Avec l’apparition de Jon Bernthal jouant un rôle clef de ce scénario, les amateurs ne pouvaient qu’être plus que ravis de découvrir son personnage. Bref, que vaut donc cette nouvelle expérience militaire ?

  • Studio de développement : Ubisoft
  • Éditeur : Ubisoft
  • Plateformes disponibles : PC, PlayStation 4 et Xbox One
  • Plateforme de test : PC
  • Classement : M
  • Prix : 79,99$
  • Site officiel du jeu

Le scénario

Le scénario est prenant. De la guerre à la trahison, nous explorons une île prise en otage par d’anciens agents de notre escouade qui se sont retournés contre les civils. Ils pensent œuvrer pour le bien. Mais en réalité, ils détruisent petit à petit l’île. Désirant que les soldats du futur ne soient que des engins, ils prennent les civils en otage et multiplient les meurtres politiques. Ayant perdu tout contact avec Auroa, l’île fictive où se trouve Skell Technology, l’équipe des Ghosts est envoyée sur celle-ci. Une simple mission de reconnaissance se transformera rapidement en véritable calvaire. L’unité du joueur sera prise d’assaut par les Wolves qui sont d’ancien Ghosts, dirigés par Cole D. Walker.

On reprochait à Wildlands sa narration pauvre. Ghost Recon : Breakpoint, de son côté, n’en souffre pas du tout. Le scénario est très prenant. On reconnaît aussi les talents de Jon Bernthal, connu pour son célèbre rôle du Punisher dans la série Netflix. Son personnage et les autres sont tous très intéressants. On apprécie grandement le fait de pouvoir faire l’histoire complètement en coopération ainsi qu’en solo. Au niveau des quêtes secondaires, il y en a beaucoup. La durée de vie est définitivement au rendez-vous. L’histoire principale est, elle aussi, longue à terminer, surtout si on se met à explorer et découvrir les nombreux paysages que nous offre l’île fictive d’Auroa. Néanmoins, le déroulement des événements demeure un peu prévisible, mais cela n’en est pas moins captivant. Heureusement !

Le monde ouvert dans lequel nous nous trouvons est magnifique. Les paysages sont très beaux à regarder. Les murs invisibles que j’ai croisés m’auront un peu fait rager, mais cela n’est rien de vraiment dérangeant, au final. La bande sonore est bien. La personnalisation, quant à elle, est au point. Les personnages sont beaux et l’animation est superbe.

La jouabilité

Au niveau de la jouabilité, nous avons la même recette habituelle. On aurait apprécié plus de nouveautés. Nous avons désormais des grades d’équipement ainsi que des niveaux d’arme. Malheureusement, l’intelligence artificielle n’est toujours pas au point. La difficulté est donc plutôt moyenne. C’est très accessible pour un nouveau joueur. Les nombreux flashbacks aident aussi les joueurs n’ayant pas touché aux volets précédents à comprendre l’histoire facilement.

Le jeu nous propose un arbre de compétences. Nous avons donc la possibilité de monter quatre classes pour notre personnage. Au début, vous devrez en choisir une, mais plus tard, vous aurez la possibilité de toutes les utiliser. Néanmoins, une seule classe peut être activée à la fois. Nous retrouvons donc le médecin qui, bien sûr, sert de soutien à l’équipe. La classe d’assaut est là pour foncer dans le tas. Évidemment, nous retrouvons les snipers en soutien, à l’arrière. Pour finir, nous avons la classe panthère qui est parfaite pour les gens aimant jouer de façon discrète, tel un assassin.

En montant de niveau, vous obtiendrez des points de compétence. Ceux-ci pourront être distribués dans plusieurs catégories afin d’optimiser l’agent. Par exemple, vous pourrez améliorer votre furtivité, augmenter votre capacité d’objet ainsi qu’obtenir de nouveaux gadgets. Au niveau des loots, il y en a énormément, ils sont très divers. On a vraiment de plaisir à looter, en fait ! D’ailleurs, il est possible d’acheter des éléments afin d’améliorer l’apparence de votre personnage. Vous pouvez aussi acheter des armes avant de les trouver en jeu. Tout cela avec de l’argent réel, bien évidemment.

En mode multijoueur, il est possible de jouer en 4 contre 4 en match à mort ou en pose de bombes. Au moment d’écrire la critique, je n’ai pas pu essayer le mode raid puisqu’il n’était pas encore disponible.

En conclusion…

Visuellement magnifique, Ghost Recon : Breakpoint a su se démarquer si on le compare à son petit frère, Wildlands. Avec des amis, c’est un jeu très agréable avec une histoire prenante. On aime l’apparition du beau Jon Bernthal, c’est un bonus ! Les modes multijoueur sont intéressants et on apprécie le fait de pouvoir faire l’histoire entièrement avec des amis ! On aurait aimé une intelligence artificielle un peu plus au point. Malgré tout, c’est un bon jeu !

J’aime

  • Les nombreux paysages à couper le souffle
  • Les modes multijoueur Ghost War et Raids
  • La campagne jouable entièrement en coopération
  • La narration qui est intéressante ainsi que l’apparition de l’acteur Jon Bernthal dans le jeu

J’aime moins

  • Le scénario un peu prévisible
  • Le fait qu’il y ait énormément de microtransactions
  • L’intelligence artificielle qui n’est pas tout à fait au point

La copie de Ghost Recon : Breakpoint a été fournie par Ubisoft.

Ghost Recon : Breakpoint

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Bon !

Breakpoint est vraiment bien, supérieur en richesse de jeu à Wildlands.

User Rating : Be the first one !

À propos de Jessica Côté Acteau

Mon côté geek est né très tôt. C'est avec Ash, le dresseur de Pokémon et Sakura, la chasseuse de cartes que j'ai grandi. J'étais déjà une grande amatrice de l'animation japonaise et ça m'a suivi de l'enfance à l'âge adulte. Ma passion pour les jeux vidéo a, quant à elle, débuté au même moment. Armée de mon Game Boy Color, j'étais déjà une grande dresseuse de Pokémon, à l'époque ! C'est néanmoins la série The Legend of Zelda qui m'a fait tomber en amour avec le gaming. Depuis, qu'il s'agisse de jeux ou de japanimation, j'en mange tous les jours.

Aussi à voir...

John Wick Hex : rapidité, intelligence et mauvaise génération aléatoire

Si vous connaissez les films de John Wick (nos critiques des deuxième et troisième volets), …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.