A Bavarian Tale : Totgeschwiegen – Un jeu d’enquête historique intéressant, mais aux nombreux problèmes techniques

L’Allemagne est un pays réputé pour sa saucisse, son Oktoberfest et la marque de véhicules Volkswagen. Cependant, peu de gens l’associeraient au monde du jeu vidéo, mais plusieurs titres ont vu le jour chez une poignée de studios germaniques. L’un d’entre eux est A Bavarian Tale : Totgeschwiegen (mot allemand se traduisant par “garder le secret”), un jeu d’aventure et d’enquête qui se déroule au 19e siècle dans un petit village de Bavière. Si l’intrigue parvient à maintenir l’intérêt et la reproduction d’une bourgade de l’époque est bien réussie, une traduction plus que boiteuse et plusieurs problèmes techniques viennent miner l’expérience générale.

Ceux qui ont la maîtrise de l'allemand auront un avantage sur les autres, vu que la traduction est incomplète
Valentin voudrait bien rendre service aux habitants du village, mais sa présence n’est pas souhaitée par tous. Aussi, certaines séquences n’ont pas encore reçu leur traduction en anglais.
  • Studio de production : Active Fungus Studios
  • Éditeur : Active Fungus Studios
  • Plateforme disponible : PC
  • Prix : 20,49$
  • Site officiel
  • Page Steam

En 1866, la Bavière est toujours un royaume avec des liens solides avec la Prusse et l’Autriche, deux pays qui formeront bientôt l’Empire Allemand. Le héros de cette histoire, Valentin Schmidt, est un étudiant en médecine en voyage à travers la contrée. Arrivé dans le petit village de Wolpertshofen, il est confronté à une population en émoi. La bourgade habituellement calme et sans histoire est troublée par un meurtre crapuleux. Cette tragédie risque de provoquer des remous importants car derrière sa façade tranquille, le village cache de nombreux conflits, surtout entre le maire et une part de la population qui se sent exploitée par son dirigeant. Étant un élément neutre, Valentin prendra en charge l’enquête afin de démasquer le meurtrier, tout en évitant de se retrouver dans la mire de ce dernier ou le bouc émissaire des habitants du village.

Un jeu à deux visages : un jeu d’aventure intéressant et un jeu d’action boiteux

A Bavarian Tale se joue à la troisième personne dans un monde en 3D. Les mouvements du personnage principal sont assez fluides, mais en restant tout de même limités. Si on peut se déplacer dans toutes les directions, avancer accroupi pour limiter le bruit et utiliser les zones d’ombre et de lumière, il est impossible de sauter. Il est aussi très facile de rester coincer dans divers éléments du décor comme une clôture ou une porte ouverte. Valentin, étant doué d’une vue particulièrement perçante, peut se concentrer sur son environnement pour y déceler des objets dissimulés qui lui seront nécessaires pour son enquête. Ce don est semblable à celui des assassins dans la franchise Assassin’s Creed, mais en étant un peu plus primitif. Lorsque le héros fait la rencontre d’un des habitants, il aura la possibilité de discuter avec ce dernier, ce qui pourra lui fournir des informations supplémentaires ou une tâche à accomplir. Par exemple, un des premiers habitants rencontrés est un jeune garçon affamé qui, en échange d’une poignée de champignons, offrira ses services pour dévier l’attention des gardes à l’entrée du village, permettant à Valentin de s’y faufiler.

Les amateurs d'histoire seront ravis de lire les entrées du journal qui donnent de la saveur au contexte historique
Le journal inclut plusieurs entrées intéressantes sur le contexte historique de l’époque. La Bavière était encore un royaume indépendant, mais elle était sur le point d’être avalée par le nouvel Empire Allemand.

Étant un simple étudiant, Valentin ne dispose pas d’une force surhumaine et il est recommandé d’utiliser la furtivité autant que possible. Si l’un des gardes parvient à détecter le personnage principal, ce dernier devra se battre dans un système de combat plutôt maladroit. Le joueur doit d’abord se placer en position de combat s’il souhaite faire usage de ses poings. La mécanique se limite à se déplacer autour de son ennemi et porter un coup lorsque l’ennemi est en mauvaise posture, comme lorsqu’il vient de frapper dans le vide. Le problème est que s’il est facile de porter un ou deux coups de suite, il arrive très souvent que notre mouvement nous fasse dépasser notre adversaire qui se fera un plaisir de contre-attaquer de dos. Il pourra alors porter une série de coups sans qu’il soit possible de se retourner et se défendre, ce qui finira presque immanquablement par un écran nous invitant à charger une partie sauvegardée. Si vous vous retrouvez en position de combat, il est plus simple d’effectuer une recharge immédiatement.

Une maîtrise de l’allemand est nécessaire, vu la traduction incomplète

Le jeu ayant été conçu localement en Allemagne, la langue d’origine est bien entendu l’allemand. Une option pour jouer en anglais est disponible, mais il semblerait que le travail de traduction n’a pas été complété, car de très nombreuses entrées dans le journal et d’options de conversation sont encore affichées dans la langue originale. Même les récompenses débloquées (achievements) sont encore disponibles uniquement en allemand, donc il est impossible de savoir quelles actions posées ont été récompensées. Bien que cela donne au jeu une certaine saveur de l’époque, cela ne vient pas aider l’expérience de jeu pour ceux qui n’ont aucune aptitude en allemand.

Non seulement les combats sont décevants, mais la musique est tout simplement atroce.
Si votre furtivité n’est pas parfaite, vous risquez d’avoir à faire usage de vos poings. Malheureusement, le système de combat est loin d’être parfait.

Du côté des graphismes, le jeu est plutôt agréable avec une belle reconstitution d’un village de cette époque. Sa taille est réaliste et ses habitants ont tous des tâches qui sont réalistes, comme les fermiers ou les bûcherons. Cependant, la qualité des textures et des animations nous rappelle un jeu qui aurait vu le jour il y a une bonne dizaine d’années ou sur une console comme la Xbox 360. Les expressions faciales des personnages sont presque inexistantes dans les séquences de conversation, ce qui peut affecter l’immersion. Cependant, les images dessinées à la main lors de certaines sections interactives sont superbes. Ces brefs moments où le joueur doit choisir entre diverses actions rappellent les livres dont vous êtes le héros et ont été celles qui m’ont apporté le plus de plaisir. C’est d’ailleurs à ces moments que le côté jeu de rôle entre en ligne de compte. Le personnage a différentes aptitudes comme la force, le charme et la dextérité, et ces dernières seront utilisées lorsque le joueur devra faire usage d’une habileté telle que crocheter une serrure ou déceler si un personnage lui ment. Ce côté jeu d’aventure est bien mieux conçu que l’aspect action.

Le côté audio fait passer de l’enchantement à l’effroi

La trame sonore du jeu est à la fois un plaisir et une horreur. Lorsque le joueur explore le village ou discute avec ses habitants, la musique d’ambiance donne au jeu sa saveur historique et est plaisante à écouter. Par contre, lorsque le personnage entre en combat contre un ennemi, le choix musical est plus que discutable. Les développeurs ont opté pour une musique qui aurait sa place lors d’un festival de musique bavarois, ce qui est complètement déconnecté d’une situation de danger et de violence. On aurait plus envie de trinquer avec son adversaire et partager un panier de pretzels, une denrée alimentaire nécessaire car le personnage peut souffrir de la faim.

Utiliser ses habiletés s'apparente à un jeu de rôles de tables où le lancer de dés à vingt faces décidera du résultat
Les amateurs de jeux de rôle de table apprécieront les moments où ils devront faire usage d’une de leurs habiletés et lancer une série de dés à vingt faces.

En conclusion, A Bavarian Tale : Totgeschwiegen est un jeu qui offre une belle expérience pour les amateurs de contexte historique, surtout que la période approchée ici est plutôt méconnue. Cependant, si vous cherchez une aventure remplie d’action, le système de combat boiteux et la trame sonore très inégale risquent de vous faire fuir. Aussi, il est souhaitable que les développeurs offrent une mise à jour prochaine pour la version anglaise du jeu afin que cette dernière soit enfin complète.

J’aime

  • Le côté enquête passionnant ;
  • Le contexte historique bien reproduit ;
  • Le souci du détail de l’environnement.

J’aime moins

  • La traduction anglaise incomplète ;
  • Les nombreux problèmes techniques ;
  • La musique des séquences de combat affreuses.

La copie de A Bavarian Tale : Totgeschwiegen a été fournie par Active Fungus Studios.

A Bavarian Tale : Totgeschwiegen

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Contexte intéressant, exécution décevante

La portion enquête et aventure du jeu est excellente, mais le côté action ainsi que les problèmes techniques sont décevants.

À propos de Frédéric St-Georges

Je suis un geek assumé et fier de l'être, qui joue régulièrement aux jeux vidéo depuis l'âge de cinq ans, maniaque de séries télé comme Babylon 5, Star Trek Voyager et Game of Thrones. Geekbecois représente pour moi une belle opportunité de partager avec vous mes passions, vous informer et même parfois vous divertir avec un jeu de mots à la qualité douteuse!

Aussi à voir...

The Lord of the Rings: Return to Moria - Couverture

The Lord of the Rings : Return to Moria – Artisanat et mine sur fond de Balrog

Dès les premières minutes du jeu, dans la cinématique d’ouverture, c’est nul autre qu’une version …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.