7 Wonders Édifice – Le jeu de société primé ajoute un élément de coopération qui change la donne

Depuis sa sortie en 2010, le jeu de société 7 Wonders n’a cessé de récolter les prix et les éloges, devenant rapidement un des jeux les plus appréciés de tous les temps. Dès ma première partie, je suis devenu complètement accro. Les tours passent très rapidement et le jeu offre beaucoup de stratégie avec ses cartes de différentes couleurs qui ont chacune leurs avantages et inconvénients. Le jeu de base en lui-même est excellent, mais pour le pimenter un peu plus, de nombreux modules d’extension ont été lancés avec de nouvelles règles, comme l’inclusion des différents leaders de l’époque et l’ajout de flottes de navires. Le dernier en liste est Édifice, un module qui peut sembler simpliste à première vue, mais qui vient grandement affecter la jouabilité. L’extension ajoute un aspect coopératif à un jeu hautement compétitif et ramène l’attention des joueurs sur la création de leur merveille. Le contenu de la petite boîte est encore une fois de grande qualité, avec des cartes aux motifs somptueux et deux nouvelles merveilles à construire.

  • Créateur : Antoine Bauza
  • Nombre de joueurs : 3 à 7
  • Âge : 10 ans et plus
  • Durée d’une partie : 30 minutes
  • Prix : 44,99$
  • Site officiel

Avant de plonger dans ce qu’ajoute l’extension au jeu, je tiens à faire un petit rappel sur le jeu de base. En 2020, pour célébrer le 10e anniversaire de la sortie du jeu original, une nouvelle édition a vu le jour. Les règles n’ont absolument pas changé, les modifications étaient purement esthétiques. L’aspect des cartes a été revampé pour donner plus d’espace aux images et replacer les icônes en des endroits stratégiques. Les planches représentant les différentes merveilles ont également reçu un rafraîchissement. Au lieu de montrer la même image des deux côtés A et B, les planches ont maintenant un côté jour et nuit et montrent le célèbre monument sous le soleil ou la lune, une apparence absolument magnifique.

Les projets communs viennent combler un vide sur la surface de jeu qui se trouve au centre
Les cartes des projets communs sont placées au centre de l’espace de jeu et rappellent toujours aux joueurs l’importance d’y participer.

Cependant, le changement qui a provoqué le plus de controverse est celui apporté au dos des cartes des différents Âges. Dans la version originale, les cartes étaient codées par couleur : brun pour l’Âge Un, bleu pour l’Âge Deux et violet pour l’Âge Trois. Les extensions qui ont suivi adoptaient le même motif. Pour la nouvelle version, le dos des cartes est maintenant bronze pour l’Âge Un, argent pour l’Âge Deux et or pour l’Âge Trois. Malgré que ce nouveau modèle est somptueux, il fait en sorte que tout le matériel de la première édition ne fonctionne pas avec la nouvelle. Heureusement pour moi, le distributeur nous a offert une copie du jeu de base en plus de l’extension afin que nous puissions la tester.

Un contenu modeste en quantité, mais qui a un impact majeur sur le déroulement de la partie

Le contenu de l’extension est plutôt limité en quantité, mais il contrebalance cela par la qualité. Il contient deux nouvelles merveilles : Carthage, la célèbre cité rivale de Rome, et Ur, une ancienne ville sumérienne située en Mésopotamie. Si la première peut être utilisée avec le jeu de base, Ur demande aux joueurs d’utiliser les règles de l’extension. Carthage a la particularité que la deuxième étape de sa construction donne au joueur le choix entre deux bonus différents. Par exemple, du côté jour le joueur peut choisir un bonus à sa puissance militaire ou recevoir sept pièces de monnaie.

En plus des nouvelles merveilles, la majorité du contenu de l’extension sont les projets communs. Ces cartes surdimensionnées représentent différentes constructions que les joueurs peuvent choisir de construire en commun. Au début de la partie, les joueurs séparent les projets selon leur Âge et en choisissent un par pile. Les cartes ont la représentation du plan du monument d’un côté et le produit fini de l’autre. Pour participer à un projet, le joueur doit, au moment de la construction d’une étape de sa merveille, payer le supplément requis pour le faire. Ce faisant, il reçoit un jeton Édifice qui prouve qu’il fait partie du projet. Le nombre de ces jetons est celui du total des joueurs, moins un.

Les cartes projets communs donneront des bonus à ceux qui y auront participé et des désavantages à ceux qui ne le feront pas
Les illustrations sur les nouvelles cartes des projets communs sont tout simplement magnifiques, que ce soit du côté plan ou projet complété.

Pour qu’un projet soit complété, tous les jetons doivent avoir trouvé preneur à la fin de l’Âge courant. Si c’est le cas, tous les participants bénéficient du bonus de la carte, qui peut être un montant en pièces, une ressource supplémentaire ou un ajout à la puissance militaire. Cependant, si le projet échoue, tous les joueurs qui n’y auront pas participé recevront un désavantage comme la perte d’une carte ressource ou une pénalité financière. Si le joueur est dans l’impossibilité de s’acquitter de sa pénalité, il recevra un jeton Dette qui lui retirera un nombre de points de Victoire à la fin de la partie.

Une extension qui ramène le jeu à ses sources et remet la priorité sur les merveilles

Le plus grand impact qu’Édifice apporte au jeu est qu’il ramène l’attention des joueurs sur la construction de leur merveille. En effet, il arrivait fréquemment que les joueurs se concentraient sur le déploiement de leurs cartes au détriment de la construction de leur merveille. Si ils persistent dans cette voie et font cavalier seul, ils risquent d’être pénalisés sévèrement car le projet commun aura moins de chance d’aboutir. Si vous êtes des vétérans du jeu de base, ne soyez pas surpris si vos premières parties soient chaotiques dus à ces changements. Aussi, ceux qui auront joué à l’extension Babel de l’édition précédente trouveront que le contenu d’Édifice ressemble un peu à la partie projets communs de ce module. Il est vrai qu’ils ont des similitudes, mais le contenu d’Édifice est mieux intégré aux règles du jeu de base et sa prise en main est plus aisée.

La nouvelle édition du jeu vient avec des cartes au design redessiné qui leur donne fière allure
La nouvelle apparence des cartes dans l’édition 10e anniversaire est à souligner par l’épurement et le “focus” qu’elles ont sur l’image principale.

Tout comme c’était le cas avec le contenu du jeu de base et des extensions déjà sorties, le matériel d’Édifice est d’excellente qualité. Les cartes des projets communs sont illustrées d’images magnifiques, autant du côté des plans que celui des projets complétés. Les planches qui représentent les nouvelles merveilles sont également superbes, surtout celle pour Carthage qui regorge de petits détails. Enfin, l’extension vient avec une poignée de jetons en plastique qui représentent la participation aux différents projets et varient en taille et en couleur selon l’Âge. Ils suivent le motif des cartes d’Âges de la nouvelle édition, bronze, argent et or.

Cette nouvelle extension, malgré sa taille modeste, vient grandement affecter le déroulement du jeu et demande aux joueurs de s’y attaquer à plus d’une reprise. Elle peut causer un peu de frustration chez les vétérans qui sont peut-être un peu trop à l’aise avec leur stratégie précédente et qui devront changer leurs habitudes. L’extension n’est pas absolument nécessaire aux néophytes qui en sont à leurs premières armes, mais est recommandée une fois qu’ils seront habitués aux règles du jeu de base.

 

7 Wonders Édifices

Graphisme
Matériel
Thématique
Mécanique
Plaisir

Contenu modeste, impact important

Le contenu de l'extension Édifice peut sembler modeste à première vue, mais ses nouvelles règles viennent grandement affecter le déroulement de la partie.

À propos de Frédéric St-Georges

Je suis un geek assumé et fier de l'être, qui joue régulièrement aux jeux vidéo depuis l'âge de cinq ans, maniaque de séries télé comme Babylon 5, Star Trek Voyager et Game of Thrones. Geekbecois représente pour moi une belle opportunité de partager avec vous mes passions, vous informer et même parfois vous divertir avec un jeu de mots à la qualité douteuse!

Aussi à voir...

Moon River : Kingdomino au niveau supérieur

Depuis sa parution en 2016, Kingdomino est devenu un classique avec lequel tous devraient débuter …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

I agree to these terms.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.