Concours

Detroit : Become Human – La confrontation entre humains et androïdes

Le studio français Quantic Dream s’est fait un nom avec les titres Fahrenheit (Indigo Prophecy en Amérique du Nord) et Heavy Rain. Ces derniers offraient aux joueurs une expérience de jeu unique basée sur le choix et le résultat de séquences où le joueur devait appuyer sur des boutons en séquences. Cependant, alors que pour certains l’expérience était immersive et émotionnelle, pour d’autres elle était trop limitée. Le dernier titre du studio, Beyond : Two Souls sur PS3 n’avait pas reçu un accueil chaleureux de la part des joueurs et de la critique, donc les attentes pour son prochain jeu, Detroit : Become Human, étaient mitigées. Après avoir joué, mon verdict est que, même si il ne parviendra pas à convaincre les détracteurs du studio, le jeu représente une expérience de jeu fascinante.

  • Studio de développement : Quantic Dream
  • Éditeur : Sony Interactive Entertainment
  • Cote ESRB : M
  • Prix : 80$ (édition standard), 90$ (édition de luxe)
  • Plateforme de test : PS4 (exclusivité)
  • Site officiel du jeu
Detroit: Become Human
L’histoire de Detroit : Become Human se concentre sur les déviants, ces androïdes qui semblent ressentir des émotions.

Un futur pas si lointain et pas si impossible

Detroit : Become Human se déroule dans le futur proche de novembre 2038 et, comme son nom l’indique, dans la ville de Detroit. Les améliorations au niveau de la robotique ont permis la création d’une nouvelle génération d’androïdes qui ont une apparence humaine presque indissociable de l’original, à part une lumière DEL sur la tempe. Alors qu’une partie de l’humanité est enthousiaste face à cette nouvelle technologie, la majorité y est hostile puisqu’une large portion s’est retrouvée sans emploi après que des androïdes les aient remplacés. Le monde du jeu est un mélange de la nouvelle haute technologie avec ses véhicules futuristes et ses panneaux publicitaires interactifs, et de la déchéance de l’espèce humaine avec ses immeubles délabrés.

Le joueur prend le contrôle de trois androïdes différents à tour de rôle. Connor est un prototype très avancé qui est assigné comme partenaire à un détective pour enquêter sur un nombre d’androïdes devenus « déviants ». Ces derniers semblent ressentir des émotions, ce qui va à l’encontre de leur programme intégré et les rend imprévisibles et parfois violents. Kara est un modèle domestique assigné à un père monoparental dépendant à la drogue, ainsi que sa jeune fille Alice. Kara sera témoin du tempérament violent de son maître, surtout envers son enfant, et devra prendre une décision lorsqu’elle ressentira un sentiment maternel envers Alice. Enfin, Markus est un androïde propriété d’un peintre célèbre qui le traite comme son propre fils, au grand déplaisir de son fils naturel.

Detroit: Become Human
Le joueur incarne à tour de rôle trois personnages androïdes : Connor, Markus et Kara.

Votre jeu, vos personnages, votre histoire

Le jeu est séparé en plusieurs chapitres dans lequel le joueur incarne un des trois personnages et aura à accomplir une série de tâches. La vue est à la troisième personne et plusieurs éléments de l’environnement sont interactifs. Par exemple, le premier chapitre voit Connor être appelé sur les lieux d’une prise d’otage où un androïde déviant s’est attaqué à son propriétaire et sa fille. Le joueur a l’option de prendre son temps et explorer l’appartement du propriétaire afin de découvrir des indices. Cela va aider le personnage lors de la négociation, mais au risque de prendre trop de temps, ce qui peut empirer la situation. L’autre option est de se rendre directement sur le toit où le déviant a pris refuge afin de le prendre par surprise. Par contre, sans avoir obtenu les indices, Connor aura moins d’options de dialogue avec le déviant, ce qui augmente le risque que ce dernier ne lui fasse pas confiance. À la fin du chapitre, le joueur aura un résumé des choix qu’il aura fait, tout en ayant une idée des autres choix possibles qui sont représentés par des cases grises.

Tout comme c’était le cas dans Heavy Rain, il n’est pas possible de sauvegarder et recharger une partie précédente. Le joueur doit vivre avec ses choix et le jeu se poursuit dans ce sens. Certains chapitres sont assez courts et peuvent être complétés en moins de dix minutes alors que d’autres sont beaucoup plus longs. Habituellement, le jeu encourage le joueur à prendre son temps et explorer l’environnement, mais certaines séquences ont un temps limite, surtout lorsqu’un personnage est en danger. Une nouveauté au niveau de la jouabilité est la possibilité d’explorer le résultat de certains choix avant de les faire. Vu que les personnages contrôlés par le joueur sont des androïdes, ils ont une capacité d’analyse supérieure. Lorsque Connor pourchasse un déviant, il a parfois le choix entre deux issues. Le plus souvent, une sera plus prudente, mais plus lente, alors que l’autre sera plus directe, mais avec un risque d’échec plus grand.

Detroit: Become Human
Le niveau de détails des personnages est tout simplement saisissant de réalisme.

Un festin pour les yeux et les oreilles

Graphiquement, le jeu est tout simplement magnifique. Le niveau de détails tant au niveau des personnages que celui de l’environnement est exceptionnel et bénéficie pleinement des capacités de la PS4, que ce soit la version Pro ou standard. Les développeurs ont réussi à donner aux personnages des expressions faciales et un vaste éventail d’émotions qui les rendent encore plus « vivants ». Le côté audio est tout aussi impressionnant avec de superbes performances d’acteurs et une trame sonore remarquable qui rappelle parfois celle du film Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain.

Au niveau de la jouabilité, le jeu démontre quelques faiblesses. La plus grande vient de la caméra qui n’est pas toujours évidente à manipuler. Cependant, une simple pression du bouton R1 change l’angle de vision, ce qui vient habituellement à bout du problème. Aussi, certains éléments de l’environnement sont interactifs, mais il faut parfois avoir le bon angle afin de pouvoir manipuler un objet, ce qui est parfois frustrant. Aussi, les séquences d’action demandent de bons réflexes si on veut les compléter avec succès. Il est à noter qu’échouer une de ces séquences ne signifient pas automatiquement la fin de la partie, seulement que l’histoire tiendra compte du résultat.

Detroit : Become Human est, comme les autres titres de Quantic Dream, une expérience de jeu profonde et émotionnelle qui saura plaire à une partie de l’ensemble des joueurs. Si vous êtes un amateur d’histoires de science-fiction et si pour vous l’histoire du jeu est plus importante que l’action, je vous le recommande fortement.

Detroit Become Human

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Superbe !

Detroit Become Human offre une expérience de jeu unique qui saura fasciner une large partie des joueurs

User Rating : Be the first one !

À propos de Frédéric St-Georges

Je suis un geek assumé et fier de l'être, qui joue régulièrement aux jeux vidéo depuis l'âge de cinq ans, maniaque de séries télé comme Babylon 5, Star Trek Voyager et Game of Thrones. Geekbecois représente pour moi une belle opportunité de partager avec vous mes passions, vous informer et même parfois vous divertir avec un jeu de mots à la qualité douteuse!

Aussi à voir...

Two Point Hospital : un jeu de gestion très loufoque

Digne successeur de Theme Hospital, un jeu de Bullfrog Productions sorti il y a plus …

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.