Carciphona

Découverte manga : Carciphona

Aujourd’hui, j’ai eu le plaisir de découvrir un manga de chez nous ! En effet, Huang Shilin, l’autrice de Carciphona, est une canadienne. Ce fut donc une réelle joie pour moi de pouvoir lire un manga provenant de notre beau pays !

  • Titre original : Jikken-hin Kazoku
  • Dessin : Huang Shilin
  • Scénario : Huang Shilin
  • Éditeur VF : ChattoChatto
  • Année : 2010 au Canada / 2018 en France
  • Type : BD-Comics
  • Genre : Aventure, Fantastique
  • Nombre de tome : 7 (en cours)
Carciphona
Voici la couverture du manga : Carciphona de Huang Shilin.

Synopsis

Le monde de Maelstrom a été béni par une magie impossible, mais en contrepartie il a également été maudit avec les carciphonas : des humains dont les âmes sont infectées par des esprits démoniaques. Quatre ans après l’établissement de la Prohibition de la magie, une sorcière du nom de Veloce Visrin vivait encore cachée, abandonnant sa liberté en échange de la paix. Mais bientôt, elle affrontera celle qui a provoqué la Prohibition : un assassin qui semble être une carciphona.

Critique

Carciphona nous présente un univers fascinant dans lequel la magie, qui était autrefois courante, est désormais interdite. Dans ce monde, il existe des humains utilisant la magie qui ont été infectés par les esprits démoniaques. On appelle ces humains les carciphonas. Nous suivons donc l’histoire d’une jeune sorcière nommée Veloce Visrin. Celle-ci vit dans un petit village, à l’écart des villageois. En fait, ceux-ci la fuient comme la peste. 

Un jour, Veloce fera la rencontre de Keritzel et Weirin qui lui viendront en aide, malgré les préjugés des villageois. Suite à sa rencontre avec BlackBird, l’assassin légendaire, Veloce se retrouve blessée et sans défense. C’est à ce moment que Keritzel et Weirin voleront à son secours, l’hébergeant durant sa guérison. Hélas, cela attirera des problèmes à ses sauveurs.

Dans ce premier tome, j’ai aimé découvrir les personnages qui étaient tous très intéressants.  Nous avons eu droit à quelques scènes d’action ainsi que quelques retours en arrière intéressants concernant Veloce Visrin, la sorcière. On apprend à connaître son difficile passé ainsi que l’histoire autour de la prohibition de la magie. Au niveau des dessins, je les ai trouvés un peu brouillons sans pour autant être laids. En fait, c’est très joli, mais je dirais qu’il y a place à l’amélioration car j’avais parfois de la difficulté à faire la différence entre le visage de Veloce et celui de BlackBird. 

« Ma présence est et sera toujours une source de problèmes… »

Conclusion

L’univers créé par l’auteure semble très prometteur ! J’ai hâte d’en apprendre davantage en découvrant les prochains tomes. L’action était présente et l’histoire était intéressante, tout comme ses personnages. Je ne me suis pas ennuyée en tournant les pages du manga. Ce premier tome de Carciphona est une très belle surprise. Je suis ravie de découvrir les titres des Éditions ChattoChatto qui sont vraiment très intéressants, de ce que j’ai pu voir ! On sent que la mangaka a plusieurs choses à nous montrer. J’ai hâte de découvrir les secrets et le passé du royaume ainsi que de Veloce Visrin.

J’aime

  • Les personnages attachants
  • L’histoire qui est très intrigante

J’aime moins

  • Les dessins : les personnages sont difficiles à différencier et le coup de crayon semble parfois un peu confus

La copie de Carciphona a été prêtée par Anipassion-J.

Les liens d’Anipassion-J : Boutique | Instagram | Facebook | Twitter

Carciphona

Texte, narration et scénario
Graphisme
Impression générale

Intense !

Peu de temps mort et beaucoup d’action ! On a à peine le temps de souffler entre deux pages.

À propos de Jessica Côté Acteau

Mon côté geek est né très tôt. C'est avec Ash, le dresseur de Pokémon et Sakura, la chasseuse de cartes que j'ai grandi. J'étais déjà une grande amatrice de l'animation japonaise et ça m'a suivi de l'enfance à l'âge adulte. Ma passion pour les jeux vidéo a, quant à elle, débuté au même moment. Armée de mon Game Boy Color, j'étais déjà une grande dresseuse de Pokémon, à l'époque ! C'est néanmoins la série The Legend of Zelda qui m'a fait tomber en amour avec le gaming. Depuis, qu'il s'agisse de jeux ou de japanimation, j'en mange tous les jours.

Aussi à voir...

Wing of Darkness

Wing of Darkness : on vole trop très du soleil

S’il y a bien un genre qui n’est pas beaucoup exploité ces temps-ci, ce sont …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.