Boyfriend Dungeon : trouverez-vous l’arme de votre vie ?

Disponible depuis le 11 août 2022, Boyfriend Dungeon propose aux joueurs de découvrir un RPG de style hack and slash plutôt atypique. Vous devrez explorer des donjons en y affrontant des monstres. Jusque-là, tout semble normal. Toutefois, la particularité principale de Boyfriend Dungeon vient des armes que vous utilisez : vous devrez les séduire afin d’évoluer ! En effet, le titre mélange habilement le jeu d’action et de séduction. Mais finalement, est-ce un mélange efficace ou plutôt étrange ?

  • Studio de développement : Kitfox Games
  • Éditeur : Kitfox Games
  • Plateformes disponibles : PC, Xbox One, Xbox Series X, Nintendo Switch
  • Plateforme de test : PC
  • Classement : T
  • Prix : 19,99$
  • Site officiel du jeu
  • Page Steam du jeu

Boyfriend Dungeon

Affronter ses peurs

Dans Boyfriend Dungeon, nous explorons des donjons qui apparaissent dans certains lieux de Verona Beach. Le personnage que vous incarnez est un épéiste. Vous le découvrirez assez tôt durant l’histoire. Dans cet univers, certaines personnes peuvent se transformer en arme. Vous pourrez ainsi coopérer avec ces métamorphes. Le style de combat est de type hack and slash. La prise en main est très simple. Lorsque vous choisissez l’arme qui vous accompagnera, chacune d’entre elles possède des capacités qui leur sont propres. Il y a l’attaque rapide et l’attaque lourde. Nous pouvons aussi esquiver. Aussi, plus nous augmentons notre intérêt pour une des neuf lames disponibles, plus nous obtenons des passifs intéressants qui rendront les combats plus dynamiques. De toute façon, généralement, nous choisissons notre arme en fonction de notre intérêt amoureux.

Le premier donjon qui se dressera devant vous se trouvera dans le centre commercial de la ville. À l’aide de votre partenaire, vous pourrez vous y engouffrer afin d’y tuer les monstres qui y séjournent. Cela vous rapportera des matériaux ainsi que de l’argent. Dès le début du jeu, on nous explique d’ailleurs que chaque personne qui s’enfonce dans un donjon doit apprendre à y affronter ses peurs. Chaque combattant voit l’apparence des monstres différemment. Par exemple, l’avatar que nous incarnons y voyait les monstres sous la forme de vieille technologie. J’ai trouvé cela intéressant. Plus on avance dans le donjon, plus on comprend la raison de la peur que nous affrontons.

D’ailleurs, je préciserais que le niveau de difficulté n’est pas très élevé. J’ai pu terminer les donjons aisément. La mort n’étant pas très punitive dans Boyfriend Dungeon, cela nous permet d’avancer très facilement dans le jeu.

Boyfriend Dungeon

Votre lame sœur

À force de combattre aux côtés des lames, nous renforçons notre lien avec celles-ci. En plus d’être un hack and slash, Boyfriend Dungeon est un simulateur de rencontre. Lorsque nos liens sont renforcés, nous gagnons de nouvelles capacités et nous débloquons ensuite des rendez-vous avec ces personnages charismatiques afin d’en apprendre davantage sur eux. En tout, il y a neuf personnages qui pourront vous accompagner lors de vos expéditions dans les donjons. Mon favori était assurément Seven. Celui-ci se présente sous la forme d’un sabre laser. Il fait partie d’un boys band. Il est très doux et se questionne quant à sa célébrité et ce qu’il veut en faire.

Isaac, quant à lui, se présente sous la forme d’une rapière. Il est calme et sérieux. Sawyer possède la forme d’un glaive. Il s’agit d’un personnage non binaire qui est plutôt maladroit. Ensuite, nous avons Pocket qui est un chat très caractériel. Sa transformation est un poing américain armé de griffes. Leah est un marteau. Ancienne patineuse artistique, elle est très jolie et aime particulièrement la mode. Nous avons aussi Rowan qui est également un personnage non binaire. Toujours accompagné de son corbeau Crowley, le duo est plutôt spirituel. Rowan peut d’ailleurs se transformer en faux. Valeria est très franche et directe. Elle se manifeste sous la forme d’une dague. Sunder, lui, est un grand dragueur se présentant sous l’apparence d’un sabre. Pour finir, nous avons Jonah, la hache, qui aime le surf et qui est très simplet.

Bref, ces personnages peuvent paraître parfois un peu clichés, mais lorsque nous évoluons dans leur route, nous les découvrons davantage et nous comprenons qu’ils sont beaucoup plus complexes et profonds qu’il n’y paraît.

Boyfriend Dungeon

L’ambiance générale

J’ai été surprise durant ma lecture des dialogues. Certaines expressions québécoises s’y étaient glissées. Je ne connaissais pas le studio avant de jouer à ce jeu, alors j’ai fait des recherches et j’ai découvert qu’il s’agissait d’un studio montréalais. Ça m’a fait sourire. D’ailleurs, certains dialogues importants sont à la fois proposés à l’écrit, mais aussi vocalement. On remarque bien l’accent québécois lorsque cela arrive. Toutefois, j’ai trouvé certaines voix un peu mauvaises. On sentait que c’était parfois forcé. Ce n’est que quelques exceptions, heureusement. Aussi, j’ai remarqué quelques fautes d’orthographe lors de ma lecture. Cela m’a fait sourciller, mais ce n’était pas assez présent pour que ma lecture devienne désagréable.

J’ai bien aimé l’ambiance sonore, surtout dans les donjons. C’était rythmé et cela nous mettait véritablement dans l’ambiance des combats. Au niveau de la durée de vie, je n’ai rien à redire. Pour le prix, mes huit heures de jeu furent appréciées. J’avoue que j’aurais pu aisément augmenter mon temps de jeu en collectant les succès de Boyfriend Dungeon. J’aurais aussi pu tenter d’amasser la totalité des objets proposés dans le jeu. D’ailleurs, en ramassant des objets, il est possible de faire de l’artisanat lorsque nous trouvons le patron de l’item en question. L’exploration peut donc aider à augmenter considérablement la durée de vie du titre. Et visuellement, le jeu est impeccable. Les personnages sont beaux et les cinématiques lors de leur transformation sont sublimes.

En conclusion

J’ai apprécié l’exploration des donjons et ce qu’ils représentaient. Toutefois, j’aurais aimé avoir plus de lieux à explorer. Boyfriend Dungeon est une expérience tout à fait unique. J’ai toujours apprécié les jeux de drague et dans celui-ci, nous pouvons alterner entre les dialogues et l’exploration de donjons. Les personnages que nous pouvons courtiser sont très charismatiques et j’ai aimé les découvrir et les voir évoluer. J’ai aussi apprécié le fait que les personnages secondaires ne sont pas mis de côté. Ils sont tout aussi intéressants que les autres. Sinon, on peut terminer le jeu en moins de huit heures. On pourrait croire que cela est très peu. Toutefois, pour le prix, je trouve cela très satisfaisant.

La bande-son est indéniablement très entraînante et, visuellement, le jeu attire les regards, bien que ce ne soit pas parfait. J’ai apprécié le doublage offert lors des dialogues les plus importants, rendant ces moments encore plus marquants. Majoritairement, les doubleurs ont fait un excellent travail. J’ai aussi aimé les phrases à la sauce québécoise dissimulées ici et là. Bref, Boyfriend Dungeon n’est pas forcément un coup de cœur, pour ma part. Malgré tout, ce jeu est une très belle découverte et l’expérience originale qu’il nous procure mérite d’être tentée par les amateurs de jeu de simulation de rencontre.

J’aime

  • Seven
  • L’originalité
  • La bande-son
  • La durée de vie versus le prix
  • Les personnages et leur développement
  • Les voix et les expressions québécoises qui surprennent

J’aime moins

  • Le nombre de donjons
  • La durée de vie, malgré tout
  • Les quelques fautes d’orthographe

La copie de Boyfriend Dungeon a été fournie par Kitfox Games.

Boyfriend Dungeon

Scénario
Graphismes
Bande sonore
Jouabilité
Durée de vie

Une belle découverte !

Le mélange improbable de Boyfriend Dungeon entre le jeu de drague et l'exploration des donjons est une véritable réussite pour moi. Le temps d'un été, vivez une douce romance aux côtés d'une arme qui vous aidera à vivre des aventures épiques dans les tréfonds des donjons.

À propos de Jessica Côté Acteau

Mon côté geek est né très tôt. C'est avec Ash, le dresseur de Pokémon et Sakura, la chasseuse de cartes que j'ai grandi. J'étais déjà une grande amatrice de l'animation japonaise et ça m'a suivi de l'enfance à l'âge adulte. Ma passion pour les jeux vidéo a, quant à elle, débuté au même moment. Armée de mon Game Boy Color, j'étais déjà une grande dresseuse de Pokémon, à l'époque ! C'est néanmoins la série The Legend of Zelda qui m'a fait tomber en amour avec le gaming. Depuis, qu'il s'agisse de jeux ou de japanimation, j'en mange tous les jours.

Aussi à voir...

Rainbow Cotton

Rainbow Cotton – Tout n’est pas soleil et arc-en-ciels…

Dur à croire que ceci est ma quatrième critique d’un jeu de la série Cotton. …

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

For security, use of Google's reCAPTCHA service is required which is subject to the Google Privacy Policy and Terms of Use.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.