Fujifilm X-E1 + Fujinon XF18-55mm: Prise en main

Le Fujifilm X-E1, vu du devant

J’ai passé la semaine dernière avec le Fujifilm X-E1. Une des deux nouvelles additions à la famille X, le X-E1 est le cadet du X-Pro1. Avec la grande majorité des fonctions de ce dernier et une petite diminution de taille (et de prix!), le X-E1 semble, sur papier, être le parfait compromis entre le X10 et le X-Pro1.

Je n’ai eu qu’une semaine avec le X-E1. Ce n’est pas assez longtemps pour tirer de grandes conclusions. Cependant, c’est bien assez long pour développer une opinion et pour vous en parler. Discussions de prise en main sur le Fujifilm X-E1? allons-y!

Physiquement

Avec nos yeux, regardons tout autour de cette machine à photos.

La face avant du Fujifilm X-E1 donne le ton: look rétro avec une toute petite touche de modernité dans le design.
La face avant du Fujifilm X-E1 donne le ton: look rétro avec une toute petite touche de modernité dans le design.
X-E1_Haut1
Le X-E1 est une bête affichant fièrement son appartenance à la lignée Fujifilm et son usage de l’optique Fujinon.
Le haut de l'appareil comprend l'essentiel des contrôles: molette de vitesse, molette de compensation d'exposition, déclencheur, griffe porte-flash et touche Fn
Le haut de l’appareil comprend l’essentiel des contrôles: molette de vitesse, molette de compensation d’exposition, déclencheur, griffe porte-flash et touche Fn. Elle cache également son flash escamotable.
Sur l'arrière, c'est typiquement Fujifilm: plein de contrôles bien délimités et une ergonomie aussi près de la perfection que possible.
Sur l’arrière, c’est typiquement Fujifilm: plein de contrôles bien délimités et une ergonomie aussi près de la perfection que possible.

Il est clair que Fujifilm a trouvé un langage graphique avec sa série X et il est très évident que le X-E1 ne brisera pas cette continuité. Et c’est une bonne chose. Je dois l’avoir souvent dit au courant de l’année, mais ce look rétro invite à la photo. On se débarrasse du superflu et on se concentre sur le but de l’appareil: servir d’outil photographique.

Là où j’ai été tout de suite conquis et séduit par le look du X10, du X100 et du X-Pro1, le look du X-E1 ne me plaisait pas beaucoup au début. Le devant de l’appareil m’apparaissait un peu débalancé, comme si quelque chose manquait. Ce déséquilibre visuel étant augmenté par l’usage du métal argenté dans le design. À force de l’utiliser, je m’y suis habitué et, au final, je me suis mis à apprécier ce look. Peut-être suis-je influençable, mais le reste de l’appareil m’a charmé, alors j’ai appris à aimer ce look.

Je me dois de mentionner à quel point l’ergonomie du X-E1 m’a semblé parfaite. Du moins, parfaite pour mes grandes mains. Un peu comme si l’appareil avait été taillé spécialement pour moi. Bien que je réalise que ce n’est très probablement pas le cas (à moins que les designers industriels se soient infiltrés chez moi pendant la nuit pour mesurer mes mains), l’impression reste la même.

Un point de design m’a irrité, cependant. La molette de compensation d’exposition est facile à dérégler. Beaucoup trop facile. Je l’ai maintes et maintes fois accrochée pendant l’utilisation, souvent sans m’en rendre compte. Ceci a généré plusieurs photos sous-exposées et surexposées pendant le test. Une fois que j’ai compris ce qui se passait, j’ai pu être plus vigilant. Il n’en reste pas moins que cette molette mériterait d’être un peu plus difficile à tourner.

L’objectif Fujinon XF 18-55

Premier zoom à monture X, le Fujinon XF 18-55mm F2.8-4 est très alléchant. Embarquant une ouverture relativement lumineuse pour un zoom de ce calibre, une construction toute en métal, un stabilisateur optique et un brillant et très efficace système de changement de l’ouverture, ce 18-55 aura su me surprendre, moi qui ne suis pas généralement fan des zooms.

La petite surprise ici est son système de gestion de l’ouverture. Comme les autres objectifs de monture X, il peut être mis en mode automatique. Mais si on choisit de débrayer l’automatisme, on contrôlera l’ouverture via un barillet au clic audible et satisfaisant, permettant de choisir une ouverture au tiers de cran près. Belle idée, excellent exécution et superbe rétroaction tactile et sonore.

Images

Voici quelques images réalisées pendant cette prise en main. Vous pouvez cliquer sur les images pour les apprécier en maxi-grand. Également, les métadonnées sont intactes. Cliquez autant que vous le désirerez!

À bientôt, j’espère

J’ai donc passé seulement 6 jours avec le X-E1. Beaucoup trop peu de jours passé avec une machine qui doit être découverte lentement, nouvelle fonction par nouvelle fonction. Mais c’est bien assez pour voir que Fujifilm a réellement un gagnant entre les mains avec cet appareil. En incluant le superbe capteur du X-Pro1 ainsi que son délectable viseur numérique dans un boîtier plus petit, la japonaise a réussi à créer une caméra profondément désirable, une caméra que l’on aimerait toujours avoir avec soi.

J’espère avoir la chance de récupérer l’appareil pour en faire un essai plus complet dans les prochains mois. En attendant, voici, comme d’hab, ma conclusion en trois point.

Le positif

  • Le X-E1 est construit avec grande qualité
  • Le viseur numérique est une réussite
  • Le capteur 16 mégapixels Trans-X est puissant et efficace
  • L’appareil semble avoir été dessiné pour mes mains

Le négatif

  • La molette de compensation d’exposition se laisse déplacer bien trop aisément

Le dernier mot

Le X-E1 ferait un excellent compagnon de voyage ou appareil principal à tout photographe voulant allier tout le côté tactile de la photographie traditionnelle avec un boîtier n’ayant rien à envier aux autres constructeurs et un capteur bien en avance sur son temps.

Le Fujifilm X-E1 est disponible en argent et noir ou en version toute noire pour 1400$ en kit avec l’objectif 18-55 et pour 1000$ boîtier seulement.

Voir: Fujifilm X-E1 (Fujifilm Canada) | Site spécial sur le X-E1 (Fujifilm)

À propos de Olivier Deveault

Étudiant d'informatique, photographe réformé et amateur de design, Olivier aime beaucoup le sushi de qualité. Il parle bilingue et demi, mesure 6 pieds 4 pouces et possède un compte twitter (@odeevee).

Aussi à voir...

Fingazoom

Fingazoom : un dispositif intriguant fait pour les amateurs de vidéo

Depuis l’introduction des fonctions vidéo sur les appareils photo, les caméscopes sont beaucoup moins populaires …

Qu'en penses-tu ?