[Critique] LG Optimus G 2600

On en voit de toutes les couleurs, de toutes les coques, de toutes les formes, et surtout de toutes les origines, dans le monde extrêmement diversifié d’Android. Certaines compagnies ont commencé avec de piètres produits pour finir par posséder le marché à coups de publicités, d’améliorations et de nouvelles fonctionnalités, tandis que d’autres subissent des chutes du haut de leur trône tant et tellement que, quelques fois, on finit par les prendre en pitié, tellement c’en est malheureux et désolant. Mais il y a aussi les compagnies qui ont pris leur temps avant de sortir des produits dignes d’acquisition, pour raisons d’évolution de produit ; ils partaient de très bas et ont eu à gravir des montagnes pour réussir à produire quelque chose d’aguichant, de tentant et de stable, sans compromettre la marque sous-jacente qu’est Android.

LG est de ces dernières compagnies. Longtemps pointée du doigt pour avoir un logiciel interne peu fiable, elle a toutefois donné quelques produits d’une solidité matérielle encore impressionnante ; on n’a qu’à penser à l’Optimus 2X, un appareil mobile qui, sans avoir un logiciel interne vraiment optimisé, reste l’un des téléphones les plus solides qu’il m’aie été donné de manipuler, et l’écran dans cette petite bête est une merveille. Mais leur plus récent produit est-il à la hauteur des attentes ?

Je dirai ceci : le LG Optimus G 2600 est une bête inégale, mais surprenante.

L’appareil

Le LG Optimus G 2600, variante exclusive à Rogers, est un appareil intelligent dernier cri de la trempe des Nexus 4, Galaxy S 4 et Sony Xperia Z. Il est mû par un système-puce Qualcomm Snapdragon4 ARM Cortex-A15 quadri-coeur [circuits de dernière génération], supporté par 2GB de mémoire vive et équipé d’un module de communication GSM/HSPA+/LTE, dont la partie LTE utilise des fréquences exclusives à Rogers ; à éviter si vous voulez un appareil pour le débarrer et l’utiliser sur la LTE de Bell ou TELUS. La connectique du G2600 est celle qu’on voit de plus en plus à travers les constructeurs, soit WiFi, Bluetooth, NFC+secure et WifiDirect+Miracast. À cela se greffent les composantes photo, soit une caméra frontale à 1.3mpix et une caméra arrière Exmor-R 8mPix produite par Sony. Au niveau matériel, on a ici un appareil très comparable au Nexus 4 ; en fait, c’est presque du pareil au même, à l’exception de la calibration de l’écran, faite aux spécifications de LG et non de Google, et le circuit LTE, qui ici est pleinement fonctionnel selon les demandes de Rogers.

La prise en main, quoique un peu abrupte vu les bords assez directs, est toutefois assez confortable pour de longues conversations ; le téléphone n’est pas trop large, ni haut, et le format est décent pour ce qui est de la portabilité, en autant que l’on garde en tête que c’est tout de même un appareil de 4.7 pouces. La vie de batterie est acceptable, sans plus, mais je n’ai pas testé le Eco Mode par restreinte personnelle : je m’oblige à tester tous les systèmes internes sur les fonctionnalités communes, et le Eco Mode n’est pas encore dans tous les appareils uniformément.

À l’Utilisation

C’est ici que ça se corse un peu. LG nous offre un appareil de pointe, tout de même bien construit, qui regorge de puissance et dégagle une légère aura de classe, et qui, au final, sert bien comme assistant numérique personnel. Cependant, là où Google ont essentiellement sorti le même téléphone avec un logiciel interne dernier-cri, LG vendent le Optimus G 2600 avec Android 4.0/Ice Cream Sandwich, un système vieux de deux générations et sorti au temps du Galaxy Nexus, ce qui est un peu insultant pour les utilisateurs. LG pallient à ce manquement avec l’Expérience LG, qui se différencie de AOSP par une palette de couleurs plus pâle et offre beaucoup de fonctionnalités avancées et de raccourcis dans la zone de notifications. Les utilisateurs ont aussi droit à une bonne dose d’applications pré-chargées pour la bureautique, les contrôles avancés LG ainsi que les applications utilitaires Rogers, comme d’habitude. À la longue, ce téléphone, assez bien utilisable, est malheureusement légèrement instable ; il m’a déjà redémarré en pleine opération, pour une raison que j’ignore encore. Je suis par contre prêt à blâmer ICS, car certains bogues corrigés par Android 4.2 sont probablement encore dans le logiciel interne de l’Optimus G et devraient donc être corrigés par les prochaines mises à jour. L’opération normale est toutefois assez bonne pour la majorité des utilisateurs, et devrait largement satisfaire les besoins de Mr. et Mme tout-le monde.

Mais tout n’est pas beau ou neutre. En tant que développeur, mon oeil a malheureusement trouvé beaucoup de coquilles de conception qui vont à l’encontre des lignes-guides qu’Android essaie de faire respecter par les développeurs, et ce, à même le système. Certaines applications LG sont mal codées et s’auto-tuent pour des raisons obscures, d’autres violent la conception graphique de la Barre d’Actions [l’application de Messagerie, par exemple], et certaines applications ont l’air d’être encore au niveau de Android 2.3 en apparence, et non mises à jour pour l’approche 4.x+. C’est un détail que je ne peux garder sous silence, car cela détruit, ne serait-ce qu’un peu, les efforts de Google pour simplifier et unifier les façons d’utiliser Android. Autre point négatif, et celui-là en est un classique : les conversations téléphoniques ne sont pas si fameuses. La qualité audio était décente sans être exceptionnelle, et autant le micro téléphonique que l’écouteur ne faisaient que leur boulot, sans aller plus loin. Pour comble, mes écouteurs+micro Sennheiser MM55i ne fonctionnent pas sur le OG2600, mais le Nexus 4, de la même compagnie, peut fonctionner avec. Très bizzare.

Au final

Le Optimus G 2600 est un appareil un peu inégal mais tout-à-fait utilisable. L’expérience logicielle est un peu brouillonne mais correcte, la puissance déployée est amplement suffisante, et les ajouts de LG, que je me limite à ne pas évaluer pour éviter les inégalités entre les différents appareils de différents constructeurs, font de ce téléphone intelligent une bonne option d’acquisition si vous désirez une petite bête Android.

À propos de Renaud Lepage

Bachelier en éternelle quête de nouvelles technologies qui attireront son attention, Renaud est un passionné du monde mobile et essaie, tant bien que mal, de transmettre son savoir à tous ceux qui en ont besoin.

Aussi à voir...

LG Signature OLED W7 : La nouvelle télé haut de gamme de LG

Le marché du téléviseur a bien évolué depuis les 15 dernières années. Certains voyaient l’arrivée …

Qu'en pensez-vous ?