Cinq questions à Dustin Ortiz, directeur artistique pour GoldCoast Skateboards

Photographie de Dustin Ortiz, directeur artistique pour GoldCoastCette semaine, à Cinq questions, j’ai l’immense plaisir de vous présenter Dustin Ortiz, directeur artistique pour GoldCoast Skateboards.

Véritable homme de la Renaissance, Ortiz réalise une grande majorité de la culture graphique entourant GoldCoast, fait du design web, possède sa propre production artistique. Il est également photographe, amant de la nature et, bien sûr, skateboardeur.

J’ai eu la chance de m’entretenir avec Ortiz via courriel et en suit ressorti qu’impressionné. Non seulement l’homme est talentueux, mais il est bien sympathique. Mais trêve de préambules, passons à l’entrevue !

Note : en dessous de la version française, vous trouverez l’entrevue originale. Certaines subtilités du texte original n’ont pas survécu à mes talents de traduction.

1. Les produits GoldCoast ont tous une esthétique bien définie, une signature visuelle bien reconnaissable. Était-ce quelque chose que vous aviez planifié dès les débuts de l’entreprise ou est-ce que ça s’est fait tout naturellement ?

Premièrement, merci beaucoup pour les bons mots. C’est bon de savoir que des gens reconnaissent ce que l’on tente de faire. Je dirais que, dès le départ, notre but principal était d’avoir une esthétique différente, je ne crois pas que nous savions vraiment où on fitterait mais on savait qu’on voulait être différents. Une fois que Brock (notre directeur des produits) et moi avons débuté le travail, je crois que nos idées et nos styles ont bien travaillé ensemble.

Publicité pour The Glyph, de GoldCoastCôté produit, on s’efforce d’avoir des designs propres et simples. Pour quelconque raison, c’est toujours plus facile à dire qu’à faire. Nous séparons notre gamme en trois sections. Nous versons notre cœur et notre âme dans les séries Focus et Heritage. La série Focus comprend nos designs inspirés de la photographie et la série Heritage s’inspire du passé, principalement des automobiles d’autrefois et avec une pincée d’inspiration provenant de planches de surf.

Puis nous avons la série Form qui est un peu moins structurée, où on retrouve nos graphiques dessinés à la main ainsi que nos illustrations plus artistiques. J’ai débuté en tant qu’artiste avant d’apprendre le design donc dans cette série vous retrouverez beaucoup de croquis et d’illustrations venant de moi et d’autres amis très talentueux et qui nous inspirent.

À propos de l’imagerie de la marque, nous savions que nous voulions montrer quelque chose de plus inspirant et abstrait que le skateboarding pur et dur. Je crois que c’est là où nous nous différentions de la masse. Des produits amusants et différents mélangés avec de la photographie 35mm bien audacieuse et relaxe, voilà l’essence de la marque.

2. Sur quel type de projet préfères-tu travailler ?

C’est une question à réponse changeante. Quand j’étais jeune, c’était le dessin et la peinture, puis je suis tombé amoureux de l’impression. J’adorais tout ce qui avait un lien avec l’impression. De travailler sur des concepts pour une campagne puis de créer les pubs et le catalogue pour cette campagne était toujours une tonne de fun. J’ai toujours adoré la quantité de travail à mettre dans tout ça et, malgré tout, les gens regardent les imprimés pour une demi-seconde et n’y réfléchissent aucunement. Soit ça fonctionne, soit ça ne fonctionne pas.

3. Nomme cinq choses que tu qualifierais de géniales ?

Un : Le grand air extérieur. Je sais que c’est vague mais j’adore être à l’extérieur, j’adore voir les merveilles de la nature et la perfection avec laquelle elles sont conçues. J’ai voyagé beaucoup pendant mon enfance et je trouve constamment la plus de mon inspiration à l’extérieur.

Deux : Le fluo. N’importe quoi en fluo me fait inévitablement sourire. La personne qui fabrique et conçoit ces incroyables pigments, encres et teintures rocke. Peu de choses dans la nature ont ces couleurs magiques. C’est comme prendre l’espace et les rêves et transformer tout cela en une couleur.

Trois : Le mobilier. Les designers  de mobilier et les architectes sont les vrais héros. Les gens font usage du fruit de leur travail à tous les jours et prennent ce dernier pour acquis. J’ai un goût distinct pour les deux mais j’adore voir de nouvelles et de vieilles idées de mobilier.

Quatre : Les friperies et brocantes. Les déchets des uns est réellement le trésor des autres. J’adore chercher des aubaines. Il y a quelque chose de spécial dans l’acte de fouiller à travers des tonnes de trucs et trouver un petit item qui nous parle. Nous gaspillons tellement de nos jours et j’aime l’idée de redonner vie à quelque chose que quelqu’un aurait très pu jeter.

Cinq : Spotify arrive à peine dans la liste mais je crois que ça cadre bien (Note de traduction : Spotify est un service de diffusion de musique en streaming, disponible en Europe et aux États-Unis). Qui ne veut pas que sa bibliothèque musicale soit constituée de pratiquement tous les artistes et groupes sur terre. Peu importe ce que je veux écouter, je le peux, par simple pression d’un bouton. La technologie est folle parfois.

Je pourrais continuer encore bien longtemps avec cette liste. Il y a tellement de choses géniales dans le monde : le contreplaqué moulé, les cactus, des sessions de glassy surf le matin, les Leica, le jus frais, les avions, des stale fish grabs, des roulements à bille en céramique, les kick flips et les petits-gâteaux pour le café.

4. Possèdes-tu une forme de méthode créative définie ?

J’essaie d’avoir un cahier de notes ou un carnet de croquis avec moi. Je ne suis pas aussi fidèle à cela que je l’ai déjà été, mais j’essaie. Je trouve que de faire des croquis et de prendre des notes c’est essentiel. De fixer un problème de visu ne fonctionne jamais. C’est toujours bon de laisser l’ordinateur de côté et d’être dehors, au grand air. La majorité de mes idées me viennent en surfant, en faisant du skate ou en traînant dans les montagnes en hiver.

5. Tu ne quittes jamais la maison sans… ?

Clairement, je ne quitte jamais la maison sans un skateboard, le choix de la forme de skate dépend de mon humeur. J’aimerais pouvoir dire mon cahier de croquis. Il y a 10 ans je ne quittais jamais sans lui. Mais maintenant j’ai mon iPhone qui possède toutes les capacités dont j’ai besoins : capacités de faire des croquis, capacité de prendre des photos et capacité de jouer au Scrabble.

Vous pouvez apprécier la production personnelle de Dustin Ortiz, en visitant son site web personnel. Les produits GoldCoast sont disponible dans tout bon boardshop ainsi qu’en ligne.

Voir : GoldCoast Skateboards

Voir aussi : Dustin Ortiz (Site officiel)

Je remercie Dustin Ortiz pour m’avoir accordé cette entrevue !

Entrevue originale :

1. GoldCoast boards, artwork and apparel all have a very distinctive aesthetic, an easily recognizable visual aesthetic. Was it something you planned from the get go ? Or did it develop in a more organic, free-flowing fashion ?

First of all, thank you for the kind words. Its great to know people are recognizing what were trying to do. I would say from the beginning our main goal was to have a different aesthetic, I don’t think we really knew where we were gonna fit but we knew we wanted to be different. Once Brock (Our product manager) and I started, I think both of our ideas and design styles worked well with each other.

On the product side, we strive to have simple clean designs. For some reason thats always easier said then done. We break the line up into 3 sections. Our heart and soul is in the Focus and Heritage series’. The focus series is our photographic based designs and the heritage series draws inspirations from the past, mainly vintage automotive and a dash of surfboard inspiration.

Then we have our Form series thats a little less structured, this is where our hand drawn and more art based graphics fit. I started out as an artist before I learned to design so in this series you will see a lot of sketches and illustrations from myself and other friends of the brand who we feel are really talented and always inspire us.

On the brand imagery we knew we wanted to show something more inspirational and abstract and less literal skateboarding. I think this is where we really look different than the rest of the crowd. Fun quirky product shots mixed with bold and loose 35mm photographs is the backbone of brand.

2. What is your favourite kind of project to design for ?

This is a constantly changing answer. When I was young my drawing and painting, then I fell in love with print. I loved everything to do with print, working on concepts for a « campaign » then executing the ads and catalog was always just a blast. I really enjoyed how so much work goes into it and yet, people look at it for a split second and think nothing about it. It either works or doesn’t.

And for the last 5 years i’ve had the opportunity to work on hard goods and i’ve really enjoyed it. Its great taking sketches and ideas and then helping develop the product and have a physical product end result that people can hold and use and enjoy. It’s great being able to go into a store and see something that you designed.

3. Name 5 things you’d qualify as awesome.

One : The great outdoors. I know thats vague but I love being outside, I love seeing amazing things in nature that are designed so perfectly. Traveling was a huge part of my childhood and i constantly find the most inspiration outside.

Two : Fluorescents. Fluorescent anything always puts a smile on my face. Whoever is making these amazing pigments, dyes and colors is killing it. There are few things in nature that have these magic colors in the mix. ITs like taking space and dreams and turning them into a color.

Three : Furniture. Furniture designers and architects are the real heroes. People use what they make everyday and take it for granted. I have a distinct taste in both but I love seeing new and old furniture ideas.

Four : Thrift stores. Other people’s trash IS other people’s treasure. I love hunting of deals. There’s something special about digging through tons of stuff and finding a little something that speaks to you. We are incredibly wasteful these days and I like the idea of giving life to something that someone could have thrown away.

Five : Spotify has just made it to this list but i think it fits well. Who doesn’t want their music library to consist of almost every band and artist in the world. Whatever I want to listen to I can with a click of a bottom. Technology is crazy sometimes.

I could keep this list going on forever. There are so many awesome things out there, molded plywood, cacti, early morning glassy surf sessions, Leica’s, fresh juice, airplanes, stale fish grabs, ceramic bearings, kick flips, and coffee cake.

4. Do you have a creative method or creative regime you adhere to ? (such as sketching in notebooks, jotting down ideas, keeping a journal, that kinda stuff)

I try to always have a pocket book or sketchbook with me. I’m not as good as I use to be about it but I try. I find sketching and writing down ideas s key. Staring at a problem head on never works. Its always good to get away from the computer and be outside in fresh air. Most of my ideas come when surfing, riding skateboards or in the mountains during the winters.

5. You never leave the house without… ?

For sure some sort of skateboard, just depends on my mood what shape and I wish I could say my sketchbook. 10 years ago I never left without it. But these days I have my iPhone, it has everything i need. Sketching abilities, photographic abilities and scrabble abilities.

À propos de Olivier Deveault

Étudiant d’informatique, photographe réformé et amateur de design, Olivier aime beaucoup le sushi de qualité. Il parle bilingue et demi, mesure 6 pieds 4 pouces et possède un compte twitter (@odeevee).

Aussi à voir...

Entrevue avec Jocelyn Leblanc, directeur musical de l’OVMF

Juste avant le Concert NES, j’ai eu la chance de m’entretenir avec le directeur musical …

Qu'en pensez-vous ?