The Casual Vacancy : ce n’est pas Harry Potter, sauf que…

Si ce n’est pas Harry Potter, je ne veux pas le lire. C’est ce que je me suis dit quand j’ai su que J. K. Rowling avait écrit The Casual Vacancy (Une place à prendre), un nouveau roman, pour adultes. Je ne voulais pas plus le lire quand je l’ai reçu à Noël, et le roman a dormi dans ma bibliothèque pendant des mois. J’avais peur de réaliser que Rowling n’était pas une brillante écrivaine, mais une auteure ayant eu de la chance et une bonne idée. Puis, ma curiosité a pris le pas sur mes craintes, et j’ai commencé à le lire…

Ce n’est pas du fantastique, et ce n’est certainement pas pour les enfants. J’ai été désenchantée. Pour le mieux. L’image que j’avais de J. K. Rowling, la douce dame écrivant pour les jeunes, a volé en éclats. Au début, j’étais choquée. Quoi? Comment la maman de Harry Potter peut-elle écrire ceci :

« But heroin took Krystal’s mother where she was beyond reach. Though she responded by calling Krystal a little bitch and a whore, it was with vacant detachment. Krystal slapped Terri across the face. Terri told her to fuck off and die. »

C’est là que j’ai décidé de lâcher prise, et de cesser de tout comparer à Harry Potter – parce qu’il n’y avait rien de comparable!

Et malgré tout, j’ai reconnu la voix de Rowling, et elle ne m’a pas emmenée dans un monde magique où tout finit bien. The Casual Vacancy, c’est la vie triste et morne des habitants d’un petit patelin. La mort d’un d’entre eux va entraîner une réaction en chaîne qui changera la vie de tous les personnages.

Des couples en difficultés, des ados révoltés, des gens malheureux. Et autour d’eux, la pauvreté, la maladie, du sexe, de la drogue, de la jalousie, de l’intimidation – et pas seulement chez les jeunes! Tour à tour, Rowling nous fait découvrir les dessous moins beaux, cachés par les apparences. Pas de gentils, pas de méchants. On se prend alors d’affection pour chacun des personnages, en dépit de leurs défauts. Rowling démontre qu’elle est bien capable d’insuffler rapidement une vie à des personnages, même quelconques. Son style simple et fluide arrive à rendre en quelques mots une atmosphère, une ambiance.

Ajoutons à cela une fin réussie (je n’en dis pas plus!) En somme, j’ai tenu à partager cette découverte, car elle démontre que J. K. Rowling sait s’illustrer en dehors de la littérature fantastique. À lire absolument!

À propos de Martine Meloche

Aussi à voir...

LEGO Harry Potter Collection : un jeu plein d’humour!

Il y a eu de nombreuses adaptations des fameux livres d’Harry Potter. Dont celles qui …

Qu'en penses-tu ?