Pourquoi notre cerveau part en vitesse lorsqu’on essaie de s’endormir?

Récemment, je suis tombée sur un article très intéressant du magazine américain Scientific American qui traite du sommeil, plus particulièrement d’un fait qui nous arrive inévitablement au moment de dormir, soit «pourquoi les pensées nous viennent lorsque l’on essaie de s’endormir?*»

Logo Scientific American

Barry Gordon, professeur de neurologie et de sciences cognitives au John Hopkins University School of Medecine, nous explique ce phénomène :

Le jour, notre cerveau est constamment sollicité, pour des raisons assez évidentes, donc à quelques détails près, il n’a pas vraiment le temps de penser à des questions existentielles. La grande majorité de ces pensées se feront de façon subconsciente, d’où les lapsus et les actions automatiques qu’on ne sait pas trop pourquoi on fait. Le jour, on est occupé à travailler, étudier, on a des activités et occupations diverses, donc on pense à l’horaire de notre journée, on se concentre sur son travail en plus de toute l’activité physique qui vous tient en vie. Même si l’on n’a pas vraiment le contrôle sur nos organes vitaux, reste néanmoins que c’est une chose de plus pour le cerveau (et il n’a pas intérêt à omettre quoi que ce soit sur ce plan).

Sommeil_1Bref, le soir, lorsqu’on se couche, le cerveau n’a pas à rester concentré puisqu’on ne bouge pas. On entre un peu en mode «automatique» dans le sens où sa seule occupation est de gérer votre système. On a donc le temps de penser.

Pour revenir au Professeur Gordon, il explique qu’en fait, tous les signes précurseurs du questionnement au moment du sommeil sont là dans le jour, mais on est trop occupé pour s’en rendre compte. Si on est préoccupé par un détail, au moment où notre cerveau ne sera plus sollicité, cette préoccupation nous reviendra.

Quelles seraient les solutions?

La relaxation est inévitablement la meilleure idée, à mon avis. On calme sa respiration, on pense à la mer ou à un endroit tranquille, on se laisse bercer par notre souffle. Mais parfois, notre préoccupation vient nous étouffer, alors que faut-il faire?

On peut se lever et mettre le tout sur papier. Une fois sorti de votre tête, peut-être le sommeil viendra. Si ça ne marche toujours pas, trouver des solutions. La partie la plus importante ensuite est de se calmer pour arriver à trouver le sommeil. Puisque la nuit porte conseil, au réveil vous aurez peut-être toutes les réponses à vos questions.

Pour l’article complet, voici le lien (en anglais seulement) : http://www.scientificamerican.com/article.cfm?id=can-we-control-our-thoughts

*Traduction libre.

À propos de Valerie

Aussi à voir...

UQAM faculté des sciences

Génies en herbe, l’UQAM vous propose son nouveau baccalauréat en systèmes informatiques et électroniques

Avec la rapide croissance d’objets à caractères électroniques et informatiques, l’UQAM a créé le nouveau …

Qu'en penses-tu ?