HTC One (Rogers): Un téléphone pour les gouverner tous

Le One marque le début d’une direction différente pour HTC. La firme taïwanaise ayant l’habitude de lancer de multiples appareils simultanément, plusieurs faisant office de tête d’affiche, il fut surprenant d’apprendre qu’elle lancerait un seul nouveau modèle sur le marché pour le début de l’année, le One.

Véritable supertéléphone, le One coche pratiquement toutes les cases de la liste de l’appareil idéal: écran haute résolution, boîtier en métal, processeur puissant, beaucoup de mémoire vive. Cet appareil fait aussi montre des particularités d’HTC, avec son choix de module caméra plutôt inusité, sa conception monocoque et son interface Sense. Est-ce que cet appareil vaut la peine de passer du temps dans vos poches? Deviendrez-vous plus sexy avec celui-ci? Guérirez-vous de votre intolérance au lactose grâce au HTC One? Découvrons-le ensemble.

Bonjour, fiche technique!

Avant de débuter, regardons à quoi on a affaire. Voici les éléments clés de la fiche technique de l’appareil:

HTC One

  • Écran: 4,7 pouces, Full HD (1080p) à technologie SuperLCD3. Gorilla Glass 2.
  • Processeur: Qualcomm Snapdragon 600 quadricoeur, cadencé à 1,7GHz
  • Mémoire: 2Go de RAM, 32Go de stockage interne
  • OS/Interface: Android 4.1.2 Jelly Bean avec HTC Sense 5.0 et HTC BlinkFeed
  • Caméra principale: Caméra HTC UltraPixel à capteur rétroéclairé de 4 mégapixels. Objectif 28mm f/2.0, flash à LED
  • Caméra frontale: 2,1 mégapixels avec objectif ultra-grand-angle
  • Audio: Haut-parleurs doubles HTC BoomSound avec amplificateur, amélioration sonore Beats Audio, microphone HDR
  • Connectique: LTE (700MHz et AWS), HSPA (850, 1900, 2100MHz), GSM (850, 900, 1800, 1900MHz); WiFi 802.11 a/b/g/n/ac; Bluetooth 4.0; GPS + Glonass; transmetteur infrarouge

Il est donc évident qu’il s’agit d’un appareil très contemporain. Tout, sauf peut-être le transmetteur infrarouge, crie 2013.

Soyons superficiels

Le HTC One est, avant tout, un superbe appareil. Il est évident qu’HTC a mis beaucoup d’effort et de ressources dans la conception de ce téléphone. Je vous invite à utiliser vos yeux pour mieux l’apprécier, puisque j’ai pris des photos de l’appareil et, comme un repas que je vous aurais préparé, je serais grandement déçu si vous ne touchiez pas à votre assiette.

Le devant du HTC One est dominé par le généreux écran de 4,7 pouces. Aux couleurs vibrantes et aux angles de vision très large, il est facile à voir, même en plein soleil. Au-dessus et en-dessous de celui-ci se trouvent les hauts-parleurs HTC BoomSound. Sur le haut, on trouve également la caméra frontale ainsi que les usuels capteurs de proximité et de luminosité.
Le devant du HTC One est dominé par le généreux écran de 4,7 pouces. Aux couleurs vibrantes et à l’angle de vision très large, il est facile à voir, même en plein soleil. Au-dessus et en-dessous de celui-ci se trouvent les hauts-parleurs HTC BoomSound. Sur le haut, on trouve également la caméra frontale ainsi que les usuels capteurs de proximité et de luminosité.
Au-dessus de l'appareil, on peut dire bonjour au bouton d'alimentation/transmetteur infrarouge ainsi qu'à la prise audio.
Au-dessus de l’appareil, on peut dire bonjour au bouton d’alimentation/transmetteur infrarouge ainsi qu’à la prise audio.
Le dos en aluminium du boîtier est rehaussé par des bandes de plastique blanc. Le dos arbore fièrement le logo Beats Audio.
Le dos en aluminium du boîtier est rehaussé par des bandes de plastique blanc. Le dos arbore fièrement le logo Beats Audio.
La caméra UltraPixel est la grande attraction du dos de l'appareil.
La caméra UltraPixel est la grande attraction du dos de l’appareil.
Le boîtier d'aluminium du HTC One est très élégant, moderne et agréable en main.
Le boîtier d’aluminium du HTC One est très élégant, moderne et agréable en main.

Au premier déballage, je suis tout de suite tombé amoureux du design du One. Il est beau, au poids parfaitement réparti, avec une bonne prise en main. C’est un appareil de qualité, superbement machiné et dégageant une forte impression de solidité.

Le boîtier ne présente que deux boutons physiques, le bouton d’alimentation, situé sur le dessus de l’appareil ainsi que le contrôle du volume. Ceux-ci sont à la fois tactiles et tout près du boîtier, ne brisant donc pas l’esthétique de l’appareil. Puis, bien pensé de la part d’HTC, le transmetteur infrarouge est caché dans le bouton d’alimentation de l’appareil.

HTC a su étonner avec la qualité de ses écrans et, encore une fois, la taïwanaise montre qu’elle sait bien choisir un panneau d’affichage. L’écran du One est totalement, absolument et complètement sublime. Un réel délice pour les yeux. Non seulement le panneau produit une image vive, nette et bien saturée, mais il reste visible même d’un angle de vision quasi perpendiculaire. Puis, vu sa haute résolution (468 ppi), les pixels sont imperceptibles. Combinons la qualité de l’affichage avec la surprenante qualité sonore des hauts-parleurs HTC BoomSound et on a là un téléphone parfait pour visionner des films, séries télévisées ou du YouTube.

L'écran du HTC One est remarquable.
L’écran du HTC One est remarquable.

Sérieusement, les hauts-parleurs sont, je crois, ma plus grande surprise avec cet appareil. Ils produisent un son puissant, clair, avec des aigus plaisants à l’oreille et un niveau de basse adéquat. Évidemment, ils ne remplaceront aucunement une bonne paire d’écouteurs ou un système de son externe, mais pour une écoute on-the-go, ils sont inégalés.

Parlons performance

Réglons ça tout de suite: le HTC One est une bête de performance. Ce n’est pas étonnant, vu son processeur Snapdragon 600 quadricoeur, cadencé à 1,7GHz. Combiné au logiciel du téléphone, celui-ci visiblement bien optimisé, on obtient une expérience complètement fluide. Le téléphone déchire les tâches avec toute la vigueur d’un tigre affamé après plusieurs jours de famine intense.

Pour ajouter à l’impression de rapidité, le téléphone démarre et s’éteint ultra rapidement. Il lui faut moins de 10 secondes pour passer d’hors tension à sous tension, connecté au réseau mobile et prêt à attaquer la journée (ou la soirée, pas de discrimination). Le One s’accroche aux réseaux sans-fil comme un acrophobe sur un téléphérique. C’est une expérience impressionnante.

Sense et sensibilité

Un exemple de contenu BlinkFeed
Un exemple de contenu BlinkFeed

Le HTC One roule sous Android 4.1.2 Jelly Bean avec HTC Sense 5.0 pour interface graphique. Différentiateur majeur ou pollution visuelle nuisant à la beauté d’Android, selon qui en parle, Sense est une interface graphique qui soulève pas mal d’opinions. Je dois avouer avoir longtemps été de ceux qui trouvent que Sense complexifie Android. Mais avec la version 5.0, je peux maintenant nuancer mes paroles.

Le lanceur de cette version de Sense comprend deux parties distinctes: BlinkFeed, un agrégateur de nouvelles, de réseaux sociaux, d’articles de blogues et de contenu varié, ainsi que le lanceur à proprement parler.

Le contenu proposé par BlinkFeed est personnalisable. Il est possible de choisir d’où provient le contenu ou les thèmes qui nous intéressent. Dans l’exemple ci-contre, on voit du contenu provenant de mes abonnements par thème (j’ai choisi, surprise!, de m’abonner au canal technologique), en plus d’une boîte annonçant les séries télé de la soirée. Les recommandations télévisuelles sont fournies par l’application TV, qui, au premier démarrage, s’informe de notre fournisseur télé ainsi que de nos émissions favorites.

BlinkFeed est le premier arrêt lors du déverrouillage du téléphone. Il est mis à jour aux quelques minutes et apporte une distraction intéressante. Cependant, et c’est bien dommage, il ne semble pas être possible de désactiver ce service. Est-ce un choix délibéré de la part d’HTC ou est-ce un simple oubli, je ne sais pas. Il serait bien que l’utilisateur puisse avoir le choix. Au moins un glissement vers la gauche nous fera vite passer du côté du lanceur standard.

Le menu des applications affiche 9 icônes lorsqu'en haut de la liste et 12 dès que l'on descend d'une page. L'heure et la température sont toujours affichées au haut de la liste
Le menu des applications affiche 9 icônes lorsqu’en haut de la liste et 12 dès que l’on descend d’une page. L’heure et la température sont toujours affichées au haut de la liste

Celui-ci comprend les écrans d’accueils, personnalisables, ainsi que le menu d’applications. L’élément particulier du menu d’applications est l’espace gigantesque entre les icônes. Il n’y a toujours que 12 icônes affichées en même temps. Certains aiment, d’autres détestent. Je suis neutre. L’espacement entre les icônes rend l’affichage aéré, mais c’est loin d’être un usage efficace de l’espace, surtout quand on a un écran aussi gigantesque et précis.

L’interface Sense style également les paramètres du téléphone. Cette fois-ci, dans la version 5 de Sense, le menu de configuration est clair et simple à comprendre. Chapeau!, HTC, pour avoir enfin éliminé les options redondantes et noms de sous-section ambigus.

HTC a réussi à vraiment rectifier plusieurs des irritants des versions précédentes de Sense. Ils ont également créés, avec cette mouture de l’interface, un environnement qui feel moderne, futuriste même.

Côté logiciel d’opérateur, l’offre de Rogers est classifiée dans un répertoire sur l’écran d’accueil. Et cette offre est généreuse. Dans le dossier Rogers, on trouve des applis pour presque tout: messagerie vocale visuelle, 1 Numéro, 1 Contacts, Navigateur Rogers, Magasin d’applis, Magasin de tonalités, Magasin de sonneries, Magasin de jeux, City Video, Télétransportée ainsi que Mon compte. Avec tout cela, le client de Rogers n’aura probablement plus jamais besoin d’aller sur le site web de l’entreprise pour gérer ses services.

 

 

 

Vos pixels, ils sont Ultra

Le choix de conception le plus inusité, du moins à la lecture de la fiche technique de l’appareil, est la caméra HTC UltraPixel. Alors que les autres grands manufacturiers produisent des modules caméra de 8, voire 13 mégapixels, HTC a choisi de donner priorité à la taille des pixels plutôt que leur quantité. La caméra UltraPixel produit donc des images d’une taille de 4 mégapixels. Puisque le capteur du HTC One est de la même taille que le capteur d’autres téléphones, les photosites du HTC One sont plus gros et, par conséquence, plus sensibles à la lumière.

En théorie, ceci devrait se traduire par une meilleure résolution des détails, une plus grande sensibilité en faible luminosité et moins de bruit numérique. Dans la vraie vie, les résultats sont un peu plus nuancés.

Il est vrai que les images sortant du HTC One sont bien détaillées et généralement adéquatement exposées. Mais l’étendue dynamique de l’appareil est un peu étroit. Les couleurs bien vives donnent particulièrement du fil à retordre au capteur, comme le montre la photo suivante.

Les détails fins des pétales de tulipes sont perdus.
Les détails fins des pétales de tulipes sont perdus.

Un des avantages marqués des images de 4 mégapixels est la petite taille des fichiers. Une image moyenne sortant du HTC One pèse moins d’un méga-octet. Ceci rend les images parfaites pour le partage en ligne, l’envoi par courriel, l’ajout sur Facebook.

Le logiciel de la caméra du One est, dans la tradition HTC, vraiment bien équipé. Modes variés de prise de vue, filtres photo, choix de taille et résolution, sélection de l’ISO, compensation de l’exposition sont tous présents. La caméra est capable de prendre des photos, des vidéos et des Zoe, une forme de vidéo HD d’environ 3 secondes combinée de 20 images en pleine résolution. Les Zoe peuvent être revisionnés et il est possible de choisir n’importe quelle image du Zoe pour en faire une photo. Côté vidéo, le One est capable de faire de la vidéo 1080p.

L’appli Galerie ressemble un peu à BlinkFeed, agrégeant les photos des albums du téléphone en plus des albums des réseaux sociaux connectés. Elle possède même une fonction de diaporama automatique, ajoutant de la musique et des effets de transition aux images, permettant à n’importe quelle collection de photos de burgers de paraître romantique et sentimentale. Jolie touche.

Voici un assortiment d’images prises avec le HTC One. N’hésitez pas à cliquer sur les images pour les apprécier en UltraTaille.

 

Je m’attendais à être fortement déçu par la caméra du One. Finalement, j’ai été plutôt satisfait. L’appareil rend la prise de vue agréable. Et bien que je n’ai pas trouvé que les images du One en faible luminosité étaient si révolutionnaires que ça, elles m’ont semblé bien satisfaisante. Si on excuse l’occasionnelle tendance à sous-exposer les images ou à produire des images manquant de contraste, on sera bien heureux.

Concluons, d’ac?

J’ai vraiment aimé mes deux semaines avec le HTC One. C’est un autre beau triomphe de design de la part d’HTC. Beaucoup de petites attentions, de petites touches contribuent à rendre le téléphone charmant, surprenant.

Le positif

  • Excellente conception
  • Écran totalement, absolument sublime
  • Hauts-parleurs vraiment puissants 
  • Bête de performance

Le négatif

  • La caméra UltraPixel est bien, mais pourrait être mieux
  • Un appareil étant aussi parfait pour la consommation de média mériterait d’avoir une fente microSD
  • BlinkFeed devrait pouvoir être optionnel

Le dernier mot

HTC a conçu un gagnant avec le One. Non seulement est-il beau à regarder, il est confortable en main, parfait pour la consommation de médias et donne envie de toujours l’utiliser.

Le HTC One est disponible chez une multitude d’opérateurs canadiens. Le modèle testé ici était la version Rogers.

Il est disponible chez Rogers à partir de 149,99$ sur certains forfaits flexiBalance de 3 ans.

Voir: HTC One (HTC) | HTC One (Rogers) | HTC One (Bell) | HTC One (Telus)

À propos de Olivier Deveault

Étudiant d'informatique, photographe réformé et amateur de design, Olivier aime beaucoup le sushi de qualité. Il parle bilingue et demi, mesure 6 pieds 4 pouces et possède un compte twitter (@odeevee).

Aussi à voir...

Super Mario Run : Un pas devant et deux derrière

Disponible depuis quelques mois déjà sur iOS, Super Mario Run l’est désormais sur Android. N’ayant …

Qu'en penses-tu ?