Concours

Fujifilm FinePix HS30EXR: Essai matériel express

Photo du Fujifilm FinePix HS30EXR, vue de trois-quartLe Fujifilm HS30EXR est le petit dernier de la longue dynastie des appareils bridge signés Fuji. Avec son look de réflex et son zoom optique à donner des complexes, le HS30EXR a certainement une allure inspirant confiance. Descendant du HS20EXR, lancé l’an dernier, le HS30EXR apporte un certain lot d’améliorations. Mais pour bien saisir l’intérêt de cet appareil, il faut se questionner sur son utilité. Historiquement, les appareils bridge étaient intéressants pour les amateurs de photographie ne voulant pas dépenser plusieurs milliers de dollars pour un réflex numérique décent. Le prix des appareils réflex ayant de beaucoup diminué, on peut désormais se procurer un excellent appareil réflex d’entrée de gamme pour moins de 500$. Alors pourquoi aller vers un appareil comme le HS30EXR au lieu d’un réflex? Pour son incroyable zoom. Est-ce suffisant pour justifier son achat? Votre vie changera-t-elle complètement une fois le HS30EXR entré dans votre vie? Lisez la suite et vous saurez.

Spécifications

Regardons la fiche technique de l’appareil:

Fujifilm FinePix HS30EXR

  • Capteur 16 mégapixels CMOS EXR de 1/2 pouces (6.4 mm x 4.8 mm)
  • Objectif Fujinon de 30x, équivalent à 24-720mm sur un appareil 35mm
  • Ouverture maximale: F2.8 (à 24mm) et F5.6 (à 720mm)
  • Sensibilité ISO: 100 à 3200 à pleine résolution, 6400 et 12800 en taille réduite
  • Stabilisateur d’image à décalage de CMOS
  • Viseur numérique de 0.26 pouces avec 920 000 points et couverture d’image de 100%
  • Enregistrement vidéo HD
  • Griffe porte-flash
  • Flash interne de style pop-up
  • Sortie HDMI, composite et USB

Ergonomie et prise en main

Prenons ensemble une marche autour du FinePix HS30EXR:

HS30EXR vu du dessus
Le Fujifilm FinePix HS30EXR vu du dessus.
Le HS30EXR vu de l'arrière
Le panneau arrière de l’appareil, avec l’écran pivotable, le viseur numérique à détection de proximité ainsi que le festin de boutons et molettes
Le HS30EXR vu de devant, avec flash relevé
L’appareil vu de devant, sans le pare-soleil et avec le flash levé.

Le HS30EXR a l’apparence d’un réflex. L’apparence et la taille d’un réflex, à vrai dire. Avec ses dimensions de 130,6 x 96,6 x 126 mm (largeur, hauteur, profondeur), on ne choisit pas cet appareil pour son svelte profil. Large, bien rectangulaire, le HS30EXR a un look utilitaire bien moderne. Son ergonomie est, à toute fin pratique, sans reproches. Mes grandes mains se sont accordées à merveille avec les courbes de l’appareil. La poignée, bien profonde, permet de conserver une prise assurée, peu importe l’angle de prise de vue. Le déclencheur est au parfait endroit: mon index reposant naturellement dessus du moment que j’attrape l’appareil. Idem pour mon pouce et la molette de contrôle arrière.

L’émulation du réflex numérique va jusqu’au barillet du zoom, celui-ci étant à action manuelle. Au final, ces détails font que l’on manipule le HS30EXR comme on manipulerait un réflex. Une main agrippant la poignée, l’autre en dessous de l’objectif, prêt à manipuler le zoom, bien stable et bien en contrôle.

Sur le dessus, de l’appareil, on trouve la molette de sélection du mode de prise de vue, une molette de contrôle agissant selon le contexte, un bouton pour la compensation d’exposition, un bouton pour les modes du moteur, la griffe porte-flash et le commutateur d’alimentation surmonté du déclencheur.

Le dos du Fujifilm HS30EXR
Le dos de l’appareil avec sa multitude de contrôles et boutons

C’est à l’arrière que le gros du party se passe. Juste à la gauche de l’écran, on trouve le bouton de sélection d’ISO, le bouton de gestion de la photométrie, un bouton pour la sélection de la zone de mise au point, un bouton pour la sélection du mode de mise au point, un bouton pour la balance des blancs. Nous avons ensuite l’écran de 3 pouces orientable, surmonté d’un viseur numérique. Ce dernier comporte un contrôle de la dioptrie (parfait pour les porteurs de lunettes, amateurs de barniques et autres binoclards) et un bouton pour forcer l’usage de l’écran ou du viseur. À la droite de l’écran se situent les boutons d’enregistrement vidéo direct, de verrouillage de l’exposition/mise au point, le bouton du mode d’affichage à l’écran, un sélecteur à 4 directions avec bouton de sélection ainsi qu’un bouton pour accéder au mode de visionnement. Beaucoup de boutons, beaucoup de contrôle, beaucoup de possibilités de personnalisation des réglages sans devoir fouiller sans fin dans les menus. J’aime.

L’expérience de prise de vue

J’ai mentionné un peu plus tôt que le HS30EXR ressemblait beaucoup à un réflex. Si j’en ai parlé aussi tôt dans cet essai, c’est parce que j’ai plusieurs fois oublié, pendant l’essai, que je n’avais pas un réflex numérique entre les mains. Est-ce une bonne chose? Oui et non. Oui, c’est une bonne chose parce que ça signifie que, contrairement à certains autres appareils bridge, le HS30EXR se manipule très bien et très agréablement. Non, ce n’est pas une bonne chose parce que ce look de réflex conditionne l’usager à s’attendre à des images d’une qualité digne d’un réflex numérique. Mais j’y reviendrai un peu plus tard.

Le HS30EXR offre plus d’une dizaine de modes de prise de vue. La molette de sélection de mode en présente 11, une grande partie d’entre eux offrent de sous-modes. Il y a de quoi pour toute situation.

Comme son nom l’indique, le FinePix HS30EXR embarque le système de traitement de l’image EXR. Cette technologie, propre à Fuji, promet plusieurs choses: une meilleure sensibilité en faible luminosité, une meilleure étendue dynamique, une meilleure reproduction des couleurs et une réduction remarquable du temps de réponse de l’appareil.

L’appareil offre plusieurs options pour aider à bien composer les images. Par exemple, on peut faire afficher un niveau à l’écran, pour s’assurer d’avoir un horizon bien droit. Ou on peut choisir d’afficher une grille afin de respecter la règle des tiers. Ces modes d’affichages sont disponibles peu importe si on utilise l’écran ou le viseur numérique. Ce dernier est relativement petit et un peu délavé, mais tout de même bien efficace pour aider à composer lorsque la lumière est trop vive pour bien voir l’écran arrière. Et cet écran, il est tout simplement superbe. Les images sont détaillées, contrastées, vives et faciles à voir. Les menus font usage de couleurs contrastantes, permettant ainsi de bien voir peu importe la situation dans laquelle on se trouve.

Image prise avec le HS30EXR
Les images sortant du HS30EXR sont toujours invitantes et bien saturées.

Qu’il en soit attribuable au système EXR ou non, les images sortant du HS30EXR sont généralement bien saturées, bien punchées. Elles sont prêtes pour l’impression tout de suite au sortir de l’appareil. Mais si, toutefois, on est fan de traitement d’image, le HS30EXR propose l’enregistrement de fichiers au format RAW. Petites cartes s’abstenir: les fichiers RAW sortant du HS30EXR pèsent près de 25 mégaoctets. Celui qui voudra shooter RAW avec cet appareil devra se munir d’une carte spacieuse et rapide. Avec une carte lente, l’appareil bloquera après quelques photos prises en séquence afin de vider la mémoire tampon.

La belle et la bête

Pour arriver à faire entrer un zoom aussi impressionnant dans un appareil de cette taille, certains compromis doivent être faits. La taille du capteur en est un bel exemple. À 1/2 pouces et comportant 16 mégapixels, il est plus petit que le capteur du X10 (testé un peu plus tôt cette année) et embarque plus de pixels. Ceci m’amène au point négatif de l’appareil: le bruit numérique.

Prenons l’exemple comparatif ci-dessous (cliquez sur l’image pour la voir à 100%):

Comparaison du fichier JPEG et RAW du HS30EXR à ISO 100
Comparaison entre le fichier JPEG et RAW du HS30EXR

L’image comparative présente un extrait de la même scène. Ces deux extraits sont une zone affichée à taille réelle d’une photo prise en mode RAW+JPEG de l’appareil. La scène a été photographie à ISO 100. À gauche, l’image JPEG présente un certain manque de clarté, de «croustillance» dans les détails fins. En regardant l’extrait du fichier RAW, on se rend compte que cette perte de détails est due à la réduction de bruit dans le traitement des fichiers JPEG. Il y a déjà un certain niveau de bruit dans les images à la sensibilité ISO de base de l’appareil. Malgré le fait que du bruit soit présent en tout temps, ce n’est que dépassé la barre de 1600 ISO que celui-ci dégrade la qualité des images. On voudra donc, en situation complexe, shooter les images en RAW et les traiter par la suite afin de mieux contrôler le rapport détails-bruit.

Voir ici la galerie d’images prises avec le Fujifilm HS30EXR

Conclusion

De tester un appareil comme le Fujifilm HS30EXR est un défi complexe. Avec autant de réglages, modes et autres options, il est clair que je ne peux faire le tour de l’appareil en 2 semaines. Pendant l’essai j’ai été au départ déçu. J’évaluais l’appareil selon mon propre goût de photographe, mon propre besoin photographique. Puis, je me suis rendu compte que j’avais tout faux. Il me fallait considérer les points de l’appareil avant de développer mon opinion. Puis j’ai réalisé qu’outre une certaine tendance à sursaturer les images et un capteur bruyant, le HS30EXR est un délice à utiliser, tant qu’on le considère pour ce qu’il est. Est-il une bonne option pour la personne voulant faire l’achat d’un réflex numérique? Non. Un vrai réflex offrira plusieurs choses que le HS30EXR ne peut offrir, comme un plus grand contrôle de la profondeur de champ et un capteur plus large et moins bruyant. Est-il une superbe option pour les gens cherchant un zoom puissant pour faire de la photo extérieure ou pour photographier des sujets en mouvement? Oui. Tout à fait. La combinaison du zoom 30x relativement lumineux et du très efficace stabilisateur d’image en fait un compagnon parfait pour ces gens.

Donc, si on récapitule

Le positif

  • Pile au lithium-ion pouvant faire près de 600 clichés entre les recharges
  • Superbe zoom optique dans un emballage (relativement) compact
  • Prise en main irréprochable
  • Possibilités quasi-infinies de personnalisation de l’appareil
  • Images vibrantes et saturées, prêtes à être imprimées

Le négatif

  • La présence de bruit, même à ISO faible
  • La tendance de l’appareil à sursaturer et surexposer certaines situations complexes

Le dernier mot

Le Fujifilm FinePix HS30EXR est donc l’appareil idéal pour le photographe amateur ou occasionnel ayant besoin d’un zoom extra-puissant et d’un appareil polyvalent, prêt à tout.

L’appareil est disponible chez plusieurs détaillants photo pour environ 450$.


À propos des essais express:

Les essais express sont des test matériels rapide, très subjectifs. Rien de scientifique, que le récit de mon expérience dans les semaines passées avec l’item testé. La formule est sujette à changement et vous êtes conviés à faire part de vos commentaires sur la formule et de poser des questions si vous désirez en savoir plus. Sinon, bienvenue!

À propos de Olivier Deveault

Étudiant d'informatique, photographe réformé et amateur de design, Olivier aime beaucoup le sushi de qualité. Il parle bilingue et demi, mesure 6 pieds 4 pouces et possède un compte twitter (@odeevee).

Aussi à voir...

TP-Link Archer C5400

TP-Link – Essai du routeur Archer C5400 tri-bande

Ce mois-ci, j’ai essayé le routeur Archer C5400 (AC5400) de la compagnie TP-Link et je dois avouer …

Qu'en penses-tu ?