Final Fantasy Brave Exvius : Une expérience riche, sans avoir à dépenser

Final Fantasy Brave Exvius

Graphiques et son
Mécaniques de jeu
Interface et accessibilité
Achats dans l'application

Ça vaut un coup d'oeil

Ce n'est pas révolutionnaire, mais c'est complet et ça respecte votre temps. Les achats dans l'application sont dispendieux. Par contre, il est possible d'y jouer sans devoir dépenser.

User Rating: 4.08 ( 2 votes)

Pendant un bout de temps, Facebook aimait bien me rappeler que Final Fantasy existait toujours en affichant des publicités pour le concert Distant Worlds et pour deux jeux : Mobius et Brave Exvius. Ce dernier a piqué ma curiosité grâce aux captures d’écran qui montraient : des graphismes corrects, des menus de commandes, de l’exploration et des personnages et monstres familiers.

Après un mois de tests, voici ma critique de Final Fantasy Brave Exvius.

Première impression

Une fois le téléchargement terminé, Final Fantasy Brave Exvius ne perd pas de temps. Le jeu nous lance directement dans une série de combats. Les commandes sont plutôt simples. Il suffit ainsi de toucher l’icône d’un personnage pour le faire attaquer, tandis qu’un simple glissement du doigt fait s’afficher plus d’options : à droite pour les sorts et aptitudes du personnage, à gauche pour voir les objets et en bas pour mettre quelqu’un en garde. L’interface affiche tous les éléments nécessaires, sans pour autant sacrifier des options.

L’ambiance du jeu est typique de Final Fantasy. Même si les graphiques ne sont pas exactement impressionnants, ils font l’affaire. L’apparence des personnages et l’animation rappellent, en plus de détails, ce qu’on pouvait voir à l’époque du SNES. Il y a aussi une bonne quantité d’effets présents, tant dans l’animation des personnages que dans l’arrière-plan, qui ajoutent de la vie aux scènes. Par contre, ces effets peuvent occasionner des lenteurs sur certains appareils ; mon Samsung Galaxy S4 en arrachait par moments. Heureusement, le jeu permet de désactiver ces effets pour améliorer la performance.

La trame sonore est ce qui m’a le plus frappé. Il est plutôt rare qu’un jeu de Final Fantasy ait de la mauvaise musique et celui-ci ne déroge pas à l’habitude. Les thèmes de combats sont particulièrement pleins d’énergie. Ceux qui ont aimé la trame sonore de Bravely Default devraient prendre goût à celle-ci.

 C’était un bon départ, donc j’ai choisi de continuer pour voir ce que le jeu avait d’autre à offrir.

Final Fantasy Brave Exvius ne manque pas de choses à faire

Final Fantasy Brave Exvius - Carte du monde
Un aperçu de la carte du monde

Sur la carte du monde, on trouve les missions de l’histoire. Chaque bout d’histoire est raconté dans des sections qui sont composées de plusieurs séries de combats. Par exemple, une section peut avoir trois séries de trois combats. Une fois toutes les séries complétées, la prochaine section devient disponible.

Il ne faut trop de temps avant de croiser un premier village. C’est pas mal ce dont à quoi on s’attendrait d’un Final Fantasy. On peut acheter des objets dans les magasins et les habitants peuvent donner des quêtes. On peut même entrer chez les gens et voler les contenus de leurs coffres, comme dans les bons vieux jeux!

Un bon nombre de sections ont aussi une zone d’exploration, dans laquelle on peut se promener librement (comme les villes), ramasser des matériaux, trouver des coffres et combattre des monstres. Il y a aussi des passages secrets et des coffres cachés à trouver. Certaines quêtes exigent de trouver des objets dans ces zones.

Un peu partout, on trouve des recettes pour créer de l’équipement, des objets et des aptitudes. Celles-ci utilisent les matériaux récoltés des monstres vaincus et des zones d’exploration, et leur création nécessite aussi des gils (la monnaie courante du jeu) et du temps. Créer un objet peut améliorer un personnage à l’aide d’équipement ou d’une aptitude, mais l’artisanat n’est pas la meilleure façon d’y arriver ; les recettes utilisent beaucoup de matériaux moyennement rares.

Dans le Vortex dimensionnel, on trouve les événements et des sections spéciales avec des récompenses plus spécifiques. Par exemple, la chambre d’expérience ne donne pas de matériaux et peu de gils, mais plutôt une grande quantité d’expérience pour les personnages.

Finalement, il y a le Colisée dans lequel il faut simplement réussir des combats uniques. Au bout de dix victoires, un boss apparaît. Une fois vaincu, il donne une récompense et permet de passer au niveau suivant pour affronter des adversaires plus difficiles.

Jouer au quotidien

Bien sûr, puisqu’il s’agit d’un jeu mobile, il y a des points d’endurance. À l’exception du Colisée et de l’artisanat, toute activité en utilise. Et c’est pourquoi j’ai voulu y jouer pendant au moins un mois avant de donner mon avis, même si j’aime bien le jeu.

Le problème que j’ai eu avec Record Keeper, un autre jeu mobile inspiré de la série, c’est que je me suis retrouvé face à un mur, en quelque sorte. J’étais rendu un peu avancé, et chaque activité coûtait tellement de points d’endurance que je ne pouvais faire qu’une ou deux choses avant de devoir attendre que la jauge se remplisse tranquillement. Il m’était rendu pratiquement impossible de continuer, et j’ai perdu intérêt.

Dans le cas de Brave Exvius, au bout d’un mois, je n’ai pas encore frappé ce « mur ». Certes, les sections de l’histoire coûtent de plus en plus d’endurance, mais ce n’est jamais tant qu’on bloque complètement. De plus, il y a des tâches quotidiennes qui donnent un peu d’endurance une fois complétées. On peut les faire en 30 à 45 minutes environ. Selon moi, la meilleure façon d’y jouer, c’est de simplement compléter lesdites tâches et attendre au lendemain pour reprendre le jeu.

« Gratuit » ?

On ne commence qu’avec deux personnages, Rain et Lasswell. À eux s’ajoutent une panoplie de nouveaux personnages, ainsi que d’autres, bien connus de jeux précédents, qu’on obtient d’une loterie.

Dans le menu d’invocation, on peut obtenir de nouveaux personnages de deux façons différentes. La première est d’utiliser des lapis, qui peuvent être achetés avec de vrais dollars. Une invocation (un personnage) coûte 500 lapis, ce qui équivaut à 5,49 $ dans la boutique du jeu. De plus, on a droit à une invocation à moitié prix (250 lapis) une fois par jour. C’est dispendieux, mais il y a une alternative.

On peut obtenir des personnages gratuits assez facilement à l’aide de points d’amitié, quoiqu’ils seront de qualité moindre. Pour en obtenir lors des missions de l’histoire et dans le Vortex dimensionnel, on peut ajouter le personnage d’un autre joueur dans notre équipe. Une fois la série complétée, on peut ajouter le joueur dans notre liste d’amis. À l’avenir, utiliser son personnage donne plus de points d’amitié, et le joueur peut vous en donner en cadeau une fois par jour. Donc, pour faire court : plus on joue et plus on a d’amis, plus on obtient des points d’amitié, et plus on a de personnages gratuits. Il est facile d’avoir au moins un ou deux personnages gratuits par jour.

Il est d’ailleurs inévitable d’obtenir d’obtenir plusieurs fois un même personnage. Heureusement, il est possible de combiner ces personnages en trop pour leur faire gagner de l’expérience et monter en niveau.

Les lapis sont aussi utilisés pour une variété de choses, comme remplir la jauge d’endurance ou ranimer notre équipe si elle tombe au combat. Jusqu’ici je n’ai utilisé des lapis que pour des invocations à moitié prix et augmenter mon espace d’inventaire. Ce dernier se remplit assez vite, et je dirais que c’est la seule dépense en dehors des invocations que j’ai jugée nécessaire jusqu’ici. 

Brave Exvius, 4 semaines plus tard

Seulement deux choses me déragent en ce moment.

Puisque les coûts en endurance augmentent plus vite que le maximum de la jauge, la cadence à laquelle je joue a ralenti. Je peux encore faire mes tâches quotidiennes, mais les missions de l’histoire épuisent rapidement la jauge d’endurance, et je dois attendre un peu qu’elle se remplisse pour finir toutes les tâches. Plutôt que de tout faire en 30 minutes consécutives, comme au début, je les fais en deux tranches de 15 minutes.

Puis, il y a la difficulté. La majorité des combats peut être classée dans une de deux catégories. Soit c’est tellement facile que je peux laisser mes unités se battre en mode automatique sans inquiétude, soit c’est impossible tant que je n’aurai pas les unités de la plus haute qualité. Il est plutôt rare d’avoir un bon combat dans lequel il faut faire des choix stratégiques, et je trouve ça fort dommage.

À part ces quelques plaintes, Final Fantasy Brave Exvius est un très bon jeu mobile. Il n’exige pas qu’on soit toujours attentif aux alertes sur notre téléphone. Il se joue super bien lors d’une pause, quand on a quelques minutes à perdre. C’est une bonne distraction qui offre plus de profondeur que bien d’autres jeux semblables sur le marché. Le plus important, selon moi, c’est qu’il respecte mon temps. Je n’ai jamais eu l’impression d’avoir fait quelque chose d’inutile ou qui a simplement gaspillé mon temps. De plus, le jeu est quand même généreux et donne des lapis pour à peu près tout : en récompense quotidienne, en complétant une section de l’histoire et en augmentant de rang, par exemple. Je n’ai pas encore dépensé un seul dollar et je ne vois pas la nécessité de le faire bientôt.

Je recommande Final Fantasy Brave Exvius aux admirateurs de Final Fantasy, ainsi qu’aux joueurs mobiles qui veulent une expérience un peu plus complète qui se conforme à leur horaire.

Site officiel

Disponible sur Android et iOS

À propos de Jacques Gagné

J'ai vécu toute ma vie avec des jeux. Mon premier amour était Sonic 2, suivi de Pokémon, Zelda et Red Alert 2. Au cégep et à l'université, j'ai découvert un nouveau monde de jeux de société et de rôles. Je touche à tout ; je cherche des expériences différentes. Et quand je tombe sur quelque chose qui éveille la passion en moi, je l'analyse en profondeur pour comprendre pourquoi je l'aime (ou pas!).

Aussi à voir...

Moto G5

Le tout nouveau Moto G5 est disponible : voilà ce qu’on en a pensé !

Récemment, j’ai eu la chance de tester pour vous le petit dernier de la marque …

3 commentaires

  1. Samuel Rochefort

    Excellente critique Jacques! Tu me convins de me le procurer!

  2. Patrick Tremblay

    Très belle critique. Ça permet de faire une différence entre Brave Frontier et ce jeu de Square Enix. Ça sera à essayer. 🙂

Qu'en penses-tu ?