Infected - Fear The Walking Dead _ Season 2, Episode 8 - Photo Credit: Richard Foreman Jr/AMC

[Critique] Fear The Walking Dead Saison 2 Épisode 8 : Grotesque

Dans l’épisode 7 saison 2 de Fear The Walking Dead, le chaos avait repris le dessus dans l’hacienda et nos personnages semblaient se trouver dans une impasse. Alors que Chris et Travis ne voulaient pas être retrouvés, Nick tournait le dos à sa mère et sa soeur en refusant de monter dans la voiture.

Fear The Walking Dead Saison 2 Épisode 8 – « Grotesque » : entre flashbacks et références

Dans ce nouvel épisode, titré Grotesque, le destin de Chris, Travis, Alicia et les autres demeurent un mystère. On suit alors Nick dans son long périple vers Tijuana. Long et surtout douloureux, car les scénaristes se sont donné un malin plaisir à faire souffrir notre drogué préféré. Celui-ci m’était toujours apparu comme une bombe à retardement. Mais finalement, dans l’épisode 8 de cette deuxième saison, Nick n’explose pas encore, bien au contraire

On le retrouve et son bon vieux t-shirt sale à côté de deux cadavres enlacés. Il regarde attentivement la mort en face tandis que Sofia lui conte le passé de ces derniers. À peine le temps de se rappeler qui est Sofia et la voilà déjà repartie avec son fils pour retrouver le père. Dès lors, Nick est seul avec son t-shirt sale, un sac à dos et 100 km à parcourir pour atteindre Tijuana.

Grotesque nous offre de nombreux plans sublimes avec Nick dans ce paysage mexicain désert, aride, parfois presque aussi inquiétant et mort que nos chers zombies. Le tout est accompagné par un air de guitare et une chanson, dont les paroles collent parfaitement au personnage de l’ainé Clark.

La solitude se poursuit avec ce plan large sur une route vide, menant à Tijuana. Cependant, très intelligemment, le générique ensanglanté vient nous rappeler qu’il faut toujours « craindre les morts-vivants ». On annonce ainsi que le chemin de Nick ne va pas rester si déserté qu’il y parait.

Frank Dillane as Nick Clark - Fear The Walking Dead Saison 2 Épisode 8 - Photo Credit: Richard Foreman Jr/AMC
Frank Dillane as Nick Clark – Fear The Walking Dead Saison 2 Épisode 8 – Photo Credit: Richard Foreman Jr/AMC

Grotesque: un épisode entre clins d’oeil et flashback

C’est alors qu’intervient le premier flashback de l’épisode, d’ailleurs ponctué par ces derniers par la suite. Nick se regarde dans un miroir et s’éloigne d’un reflet qu’il ne semble plus reconnaitre.

Hey ! Voilà Gloria, la droguée laissée morte-vivante dans l’église devenue squat de la saison 1. Elle est plus vivante que jamais et en rehab avec Nick.

Dans ce flashback, c’est le moment: « Parlons du géniteur de Nick et Alicia que personne n’a essayé de retrouver ». Gloria tente alors de comprendre pourquoi son ami est un garçon perturbé noyant ses problèmes dans la drogue. Apparemment, le tout serait de la faute de ce père mystérieux dont personne ne parle jamais. J’ai peut-être oublié un passage qui le mentionnait, mais le manque d’informations sur sa personne m’a toujours paru étrange. Et surtout, le manque de volonté de le retrouver.

— Alerte au divulgâcheur —

Ce dernier est déjà mort. On l’apprend plus tard dans l’épisode. Ceci explique ainsi le faible intérêt qu’on lui porte sauf pour lier les troubles psychologiques de Nick, un enfant délaissé par son père. Bon j’ai trouvé ça un peu facile comme explication, peut-être même un peu flou. Il serait bon d’en entendre parler à nouveau, car le malêtre de Nick est récurrent. L’excuse de « l’enfant délaissé » apparait presque trop légère face à ses problèmes. 

Lorsqu’il trouve un refuge pour la nuit, la réalité de ce nouveau monde chaotique le frappe autant au sens figuré que littéral. L’église/squat est loin désormais et même une nuit de repos relève de l’impossible. Le réveil à coup de batte de baseball et hurlements remet un peu de panique dans un épisode relativement calme. 

Par la suite, les clins d’oeil à The Walking Dead sont nombreux et appréciés. Les dizaines de voitures abandonnées nous rappellent la saison 2 et son calvaire pour retrouver Sophia. Ça m’avait manqué cette adrénaline lorsque les personnages risquent leur vie à chaque ouverture de porte. La nostalgie nous reprend également avec Nick coincé sur le toit d’un van et une armée de zombie à ses pieds.

Frank Dillane as Nick Clark - Fear The Walking Dead Saison 2 Épisode 8 - Photo Credit: Richard Foreman Jr/AMC
Frank Dillane as Nick Clark – Fear The Walking Dead Saison 2 Épisode 8 – Photo Credit: Richard Foreman Jr/AMC

La nostalgie continue en introduisant de nouveaux méchants (qui ne vont pas durer longtemps). Ces derniers restent tout de même similaires à ceux des saisons de The Walking Dead. Ce sont des hommes sans foi ni loi, toujours heureux de tuer pour le plaisir. Ainsi, les scénaristes reprennent les codes qui marchent avec pour morale: les hommes sont toujours plus monstrueux que les morts-vivants.

Nick, entre les morts et les vivants

Nick réussit à s’échapper et s’ensuivent des scènes qu’on aurait pu voir dans Man vs Wild. En effet, le héros de cet épisode boit son urine, se débat avec un cactus… Il lutte pour sa survie avec vivacité. C’est ce qui me surprend toujours chez Nick. Il reste un personnage bourré de contradictions, obsédé par la mort tout comme la vie. Il devient au fil des épisodes un personnage plus complexe que le jeune drogué nonchalant et sarcastique à propos de tout.

Alors que Grotesque se focalise sur le jeune homme, on nous permet d’avoir encore plus accès au monde des morts. Se couvrir d’intestins n’est pourtant pas une nouveauté dans ces deux séries d’AMC. Cependant, Nick demeure le seul personnage à avoir des réactions particulières face aux zombies. Je pense notamment à cet instant où il délire, peut-être par manque d’eau, mais pas seulement. Il imagine une conversation avec une jeune femme à ses côtés, car il est le seul à avoir ce rapport avec eux. Ainsi, l’accès interne dans cet épisode m’a paru comme original et innovateur.

« Why come all this way ? »

C’est la question que pose le docteur ayant recueilli Nick après sa morsure. Ce dernier est tout souriant, gentil, prêt à sauver notre Nick. Enfin quelqu’un de gentil dans Fear The Walking Dead ? Mais oui, c’est vrai, pourquoi faire tout ce chemin ? Notre héros a survécu et est accueilli comme par magie dans cette communauté. Cette dernière est organisée, les enfants y jouent, le monde semble heureux. Mais évidemment, dans la tradition de The Walking Dead, les communautés finissent toujours par montrer un visage différent.

Paul Calderon as Alejandro - Fear The Walking Dead Saison 2 Épisode 8 - Photo Credit: Richard Foreman Jr/AMC
Paul Calderon as Alejandro – Fear The Walking Dead Saison 2 Épisode 8 – Photo Credit: Richard Foreman Jr/AMC

On peut déjà supposer que les prochains épisodes vont employer le même format en suivant un groupe de personnages à la fois. J’avoue être assez impatiente de voir comment Travis et Chris s’en sortent.

Alors que cet épisode grotesque a été ponctué par des clins d’oeil, et a repris ses codes, cette nouvelle communauté va-t-elle être l’exception ?

Où est-ce trop beau pour être vrai ?

À voir : site officiel de la série sur AMC

Save

Save

À propos de Janis Koparanian

Aussi à voir...

Une maison hantée Fear The Walking Dead par Triotech

Le 12 avril dernier, en avant-première mondiale, la maison hantée techno de Fear The Walking …

Qu'en penses-tu ?