Élémentaire mon cher

Dernièrement, j’ai commencé à écouter la télésérie Sherlock du réseau BBC, une adaptation contemporaine des romans d’Arthur Conan Doyle. Étant un grand fan de Sherlock Holmes, mais ayant tout le temps des petites déceptions avec les adaptations au cinéma et à la télé, j’étais hésitant à l’écouter. Je me suis dit que j’allais lui donner une chance. Après tout, c’est sur Netflix, alors pourquoi pas. Je m’attendais à une série au format conventionnel, du genre douze épisodes d’une heure par saison, mais c’est plutôt trois épisodes d’une heure trente par saison. Ma curiosité était piquée.

Dès la première demie heure, j’étais accroché. L’esprit du personnage de Sherlock est très bien respecté, avec sa méthode d’analyse très bien imagée. Même son addiction est présente, mais au lieu d’être la cocaïne, les producteurs ont décidé de la remplacer par la nicotine. J’imagine que c’est plus facile à passer à la télévision d’état Britannique. La technologie moderne est omniprésente et très bien utilisée. Les téléphones cellulaires ont une place très importante dans la série, comme dans la vraie vie à bien y penser.

La grande force de la série reste par contre les deux acteurs jouant Sherlock et Dr. Watson, Benedict Cumberbatch et Martin Freeman. J’avais déjà vu Freeman dans d’autres films (Hitchiker’s Guide To The Galaxy par exemple) où je l’avais beaucoup apprécié. Ici encore, il est excellent comme bras droit de Holmes. Ma grande surprise fut Cumberbatch. Il incarne avec perfection Sherlock, pas comme Downey Jr. (désolé si vous aimez les films). Son manque d’émotion, sa froideur et son engouement à élucider des mystères, vraiment comme le personnage des romans. Je viens d’ailleurs de voir qu’il aura deux rôles de voix dans les prochains films The Hobbit. Il semble commencer à avoir plus de reconnaissance, qui lui est pleinement méritée.

La photographie est superbe, mais quelle émission de la BBC ne l’est pas? Du générique d’intro (clairement tourné avec un Canon 5D Mark II utilisant un objectif à décentrement), allant au choix des lieux à travers Londres en passant par les costumes, la production est vraiment excellente.

Je recommande très fortement cette série à tous les amateurs de Sherlock Holmes et de série policière qui n’est pas dans un moule ennuyant comme les CSI et autres. La première saison est sur Netflix, iTunes et disponible en DVD/Blu-Ray. La deuxième saison qui joue présentement en Grande Bretagne… euh… elle est « disponible » sur internet, mais c’est pas moi qui vous l’ai dit.

Voir: Portail officiel de la série sur le site de la BBC

À propos de Olivier Deveault

Étudiant d'informatique, photographe réformé et amateur de design, Olivier aime beaucoup le sushi de qualité. Il parle bilingue et demi, mesure 6 pieds 4 pouces et possède un compte twitter (@odeevee).

Aussi à voir...

Sherlock : The Final Problem

Attention! Cette critique contiendra des divulgacheurs! Restez-en loin jusqu’à votre visionnement de la finale de Sherlock, The Final Problem. L’épisode …

Qu'en penses-tu ?