[Critique] Scott Pilgrim vs. The World – Génération Geek

Nous sommes mardi soir 17 heures, je suis en automobile avec ma blonde et mon beau-père et nous partons souper ensemble pour faire découvrir la banquise à ce dernier. On roule tranquillement sur Papineau quand mon téléphone sonne et la tonne du Dark World de Zelda joue.

Je réponds et mon pote Renaud m’urge de me grouiller pour venir voir la première Canadienne de Scott Pilgrim avec lui, car un billet s’est libérer à la dernière putain de minute. Mais ma blonde n’a pas entendu ma conversation qu’elle voit déjà ma face se remplir d’une joie que seul un enfant de 5 ans ayant le cadeau de Noël qu’il voulait pouvait avoir. Je me revire et BANG, pas un mot ne sort de ma bouche qu’elle me dit : « Oui, tu peux aller voir Scott Pilgrim».

Fort heureusement, j’ai pu souper avec mon beau-père et me suis excuser à maintes reprises et paf, 30 minutes plus tard, rangée avant au millieu pour voir le film que j’attends depuis quelques mois.

Est-ce que l’attente à en valu la peine?

Points forts

  • Les références aux jeux vidéo sont incroyables. Sans vous vendre de punch, si vous avez été élever dans la culture des arcades, des Super Nintendos et de la télé des années 90, il y a de très fortes chances que vous allez pouvoir comprendre la majorité des blagues de références.
  • Un savant mélange de Edgard Wright et de Brian Lee O’Malley. Si vous avez lu les bandes dessinées, vous verrez l’environnement magique du livre transposé à la presque perfection dans le film, beaucoup des blagues et des dialogues ont été repris, l’esprit du livre est là. Mais Edgard Wright s’approprie le film et rajoute des touches que seul le réalisateur de Shawn of The Dead et Hot Fuzz peut transmettre. Il n’impose pas sa vision, il ne l’adapte pas à quelque chose d’autre. Il s’approprie la bédé et ne fait que rajouter plus de saveur.
  • Le style général du film est vraiment trop bien. On se sent dans une bédé, les effets spéciaux, les écrits, les onomatopées, la magie est vraiment dans l’air
  • Michael Cera marche en tant que Scott Pilgrim, il livre la marchandise et incarne bien le personnage de Scott.
  • La longue liste de personnage secondaire, mais tellement présents. La majorité des personnages ont un impact majeur sur l’histoire et colore le décor de la vie de Scott de manière unique à chacun leur tour. Mais chapeau à Kieran Culkin qui a littéralement volé le spectacle avec son personnage drôle et impressionnant.

Points faibles

  • L’histoire peut rendre ceux qui n’ont pas lu la bédé confus, certaines références de l’histoire ou certains moments sembleront ne faire absolument aucun sens.
  • L’histoire à ses temps morts. Même si le film est lui même excellent, ce n’est pas une grande aventure sans moments morts, il y a certains moments où ça devient à la limite de l’ennuyeux.
  • C’est niche. Si vous ne connaissez pas les jeux vidéo, vous n’êtes pas âgés entre 20 et 35 ans, le film n’est probablement pas pour vous. Donc, pensez-y deux fois avant d’emmener votre blonde!

Donc en fin de compte, est-ce que le film en vaut la peine? ABSOLUMENT. Pour l’audience de Geekbecois, je vous recommande très fortement d’aller le voir sans doute ni pressions. C’est vraiment le film qui marquera une génération!

Scott Pilgrim Vs. The World est distribué par Universal Studio et est produit par Edgard Wright. Le film sera à l’affiche le 13 août 2010 dans la majorité des cinémas.

À propos de Bruno-Pierre Campeau

Bruno est rédacteur en chef de la section jeux vidéo et est un passioné de l'industrie du jeu. Il jouer et aime en parler mais surtout il n'hésite pas à taper sur les doigts d'une companie lorsque celle-ci fait une erreur.

Aussi à voir...

Power Rangers: lentement mais sûrement… peut-être

20 ans moins quatre jours après la sortie de son titre précédent au grand écran, …

Un commentaire

  1. le jeu fait référence a quelle bd?

Qu'en penses-tu ?