[Critique] Postal Redux, ou le règne du chaos

Postal Redux

Graphiques
Son
Jouablité
Valeur et rejouabilité

Une jouabilité répétitive et des graphiques de qualité moyenne ne viennent pas nécessairement gâcher l'expérience de jeu de Postal Redux. Cependant, son côté ultra-violent et provocant risque de choquer plusieurs joueurs.

User Rating: Be the first one !

La série de jeux vidéo Postal a fait beaucoup couler d’encre depuis la sortie du titre original en 1997. La suite, sortie en 2003, a fait encore plus jaser avec sa surabondance de violence, ses stéréotypes raciaux et ses nombreux éléments provocants, comme utiliser un chat en tant que silencieux pour un fusil à pompe. Cette année, le studio Running With Scissors a sorti une nouvelle version du titre original, Postal Redux, avec un engin graphique amélioré, ainsi que des éléments de jeux ajoutés. Est-ce que cette revisite d’un jeu datant de presque vingt ans vaut la peine? La réponse est mitigée.

Une fusillade dans un "trailer park", un des 16 niveaux du jeu.
Une fusillade dans un « trailer park », un des 16 niveaux du jeu.

Le joueur incarne le « Postal Dude« , un enragé sans nom qui décide un bon matin de prendre un fusil-mitrailleur et abattre tout ceux qui oseront se mettre sur son chemin. Il arpentera plusieurs niveaux se déroulant dans un environnement parfois urbain, comme un quartier de banlieue, ou rural comme une mine. Ses ennemis sont composés de policiers et soldats, ainsi que de membres de gangs de rue. Pris entre les deux se trouvent de simples citoyens qui tentent de fuir le carnage (le joueur a l’option de les abattre ou les ignorer et peut gagner un « achievement » si il les épargne tous). Le joueur a à sa disposition tout un arsenal d’armes à feu, allant du fusil-mitrailleur (peu de dommage, mais des munitions illimitées), au fusil à pompe, au lance-flammes et au bazooka. Il peut aussi utiliser des grenades et des cocktails Molotov, ainsi que faire exploser des barils de napalm.

La jouabilité est répétitive, mais étrangement satisfaisante en courtes périodes. Enfin, le jeu offre deux modes : la Campagne, dans laquelle vous devrez compléter les niveaux en tuant un nombre minimal d’ennemis hostiles (les civils sont optionnels) et le mode Rampage, dans lequel vous devrez abattre tous les personnages, civils inclus, en tentant de relier (link) le plus de morts possibles afin d’obtenir un meilleur score.

Une fanfare + un Cocktail Molotov = Chaos assuré!
Une fanfare + un Cocktail Molotov = Chaos assuré!

Du côté graphiques, l’engin est serviable, sans toutefois impressionner. Les personnages sont réduits à la taille de fourmis à l’écran et sont faiblement détaillés. Par contre, il en est autrement pour les environnements qui sont variés. Le côté audio est minimaliste, avec peu de clips audio de la part du protagoniste, mais les effets sonores pour les armes, les explosions et les cris de douleurs des ennemis sont très bien faits. Il y a très peu de pistes audio, à part pour les menus.

Certains éléments de l'environnement, comme une station d'essence, peuvent être utiliser pour vaincre vos ennemis.
Certains éléments de l’environnement, comme une station d’essence, peuvent être utiliser pour vaincre vos ennemis.

Postal Redux saura être apprécié des joueurs amateurs de jeux de tirs en vision isométrique, ainsi que ceux qui ont apprécié des jeux hyper violents comme Hotline Miami. Cependant, je ne peux le recommander à tous, vu son sujet controversé qui nous rappelle les nombreux cas de fusillades aux États-Unis. Certains joueurs pourront voir le jeu au deuxième degré comme une satire de l’obsession des armes de nos voisins du Sud, alors que d’autres seront grandement offensés par la nature ultra-violente du jeu.

Pour plus de détails sur le jeu, je vous recommande de visiter le site Web du studio en cliquant sur ce lien. Postal Redux est disponible présentement sur PC et Mac à partir de la plateforme Steam. Une version pour Playstation 4 devrait suivre dans les prochains mois.

Êtes-vous intéressé par Postal Redux?

Êtes-vous offensés par la violence extrême dans certains jeux?

À propos de Frédéric St-Georges

Je suis un geek assumé et fier de l'être, mi-trentaine qui joue régulièrement aux jeux vidéo depuis l'âge de cinq ans, maniaque de séries télé comme Babylon 5, Star Trek Voyager et Game of Thrones. Geekbecois représente pour moi une belle opportunité de partager avec vous mes passions, vous informer et même parfois vous divertir avec un jeu de mots à la qualité douteuse!

Aussi à voir...

1-2-Switch

1-2-Switch: des tonnes de minijeux pour des soirées endiablées

Une des choses les plus dures à faire quand on écrit une critique est d’offrir …

Qu'en penses-tu ?