[Critique] Nokia Lumia 800

Nokia, concepteurs de téléphones mobiles devant l’Éternel, ont toujours été une marque extrêmement respectée par tous, surtout pour la solidité de leurs appareils et la durée de vie de batterie; il y a même des blagues qui se font sur certains appareils spécifiques, c’est tout dire. Tout le monde sait ce qu’est un Nokia, et c’est une marque qui a déjà sa place dans la mémoire collective.

Et ils en ont étonné plus d’un en 2010, en décidant d’aller vers Microsoft Windows Phone 7 au lieu d’Android, moi y inclus. Leur système interne, Meego, était basé sur Linux, et était presqu’au point… Mais il était déjà trop en retard et Stephen Elop, tout frais nommé chef de la Direction,  en aura décidé autrement.

Et maintenant, début 2012, arrivent enfin les appareils Nokia munis de WP7, attendus depuis belle lurette, et désirés de toutes parts. Une grande question que certains se posent, par contre, est la suivante : Nokia ont-ils fait le bon choix en adoptant Windows Phone 7?

La réponse  d’un utilisateur Android avoué vous étonnera : les Lumia sont la preuve que le choix n’est pas mauvais.

L’appareil

Le Nokia Lumia 800, disponible depuis le 2 mars 2012 chez TELUS à travers le Canada, est un appareil somme toute acceptablement puissant. Il dispose d’un système-puce unicoeur Qualcomm Snapdragon Scorpion/S2 cadencé à 1.4gHz; 512mo de mémoire vive; une mémoire interne de 16gb (14.9 effectifs); un écran AMOLED [PenTile] 3.7 pouces d’une résolution de 480×800 pixels; un appareil photo 8.82mPix à lentilles Carl Zeiss [puissant!]; une batterie de 1450mAh; ainsi que l’attirail classique de fonctionnalités secondares, soit GPS, Bluetooth et le WiFi a/b/g/n. Le tout réside dans un boîtier extrêmement recherché et à l’apparence à la fois simple et satisfaisante. En tant que tel, donc, cet appareil mobile, sans apporter de révolution au niveau du matériel (choisissant la crème des puces de l’an passé, au minimum), permet d’obtenir un niveau de performances satisfaisant. On notera aussi, comme dans le cas du iPhone et du Galaxy Nexus, que le Lumia 800 n’a pas d’emplacement pour une carte microSD; toutes les données se doivent de résider à l’intérieur de l’appareil ou en infonuagique.

Logiciel interne

Nokia a choisi de parier sur le cheval de bataille de Microsoft pour gagner la course des téléphones intelligents; la série Lumia est donc mûe par la plus récente initiative de Microsoft dans le monde du Mobile, soit Microsoft Windows Phone 7.5, nom de code Mango. Un arrivant « récent » dans la guerre des systèmes mobiles (2010), Windows Phone 7 emmène avec lui un style d’utilisation qui contrastait fortement avec presque tous les produits de Microsoft, jusqu’à tout récemment. En effet, WP7 propose une conception graphique surnomée Metro, qui est essentiellement une série de dalles à l’écran, certaines fois avec des éléments animés, d’autres fois avec des chiffres s’il y a une notification interne à dire à l’utilisateur, et tout ça exécuté avec la plus grande des simplicités. En effet, Metro apporte non pas seulement les dalles mais une conception globale de l’apparence des applications complètement réimaginée, laissant les « fenêtres » au profit d’une utilisation quasi-complète de l’écran, et en demandant une certaine uniformité quant aux interfaces internes des applications. Par exemple, une application donnant accès à 4 « panneaux » (types d’informations) doit pouvoir être naviguée latéralement, et le titre doit être mis en évidence, en haut, et au diable s’il est long, les débordements de mots sont même autorisés dans l’interface. MetroUI, donc, rassemble une pensée de conception novatrice de la part de Microsoft, et c’est un vent de fraîcheur comparé à leurs interfaces d’antan.

À l’utilisation

Rendons à César ce qui est à César, Windows Phone 7, jeune système s’il en est un, fait briller les Lumia de tous leurs feux, et le design extrêmement recherché de Nokia  fait que cet appareil s’adopte très bien et est facile à utiliser. La navigation de l’interface est simple, relativement unifiée (autant que faire se peut), le temps de réponse est approprié, mais au-delà de tout, le cellulaire est simple et beau à utiliser. Côté conversation, vu que c’est un Nokia, j’ai eu droit à une bonne qualité audio en mode conversation, et le circuit de capture d’images est beau, fonctionnel et extrêmement précis – Carl Zeiss est un grand nom mais ils font de grandes choses.

Tout n’est cependant pas reluisant. J’ai peut-être été gâté par mon Nexus S l’an passé et mon Galaxy Nexus de cette année, mais le Lumia 800 et Windows Phone 7 manquent de fonctionnalités qui sont depuis au moins deux génération présentes dans beaucoup de téléphones de valeur équivalente. Si, pour être gentils et comparer des oranges avec des oranges, nous comparons le Lumia 800 avec un Nexus S, qui est tout de même de puissance inférieure avec 1gHz au lieu de 1.4, sur le Lumia 800, il manque une caméra frontale, chose qui était dans le SNS il y a un an… et aussi dans le iPhone 4, voyez-vous ça. De plus, sur l’unité qu’on m’a gracieusement prêtée, il n’y a aucun moyen facile d’accès de créer un point d’accès sans fil à même le téléphone afin d’utiliser mon 3G sur mon ordinateur, chose qui vient pourtant d’office avec Android 2.3, qui, encore une fois, est un produit de l’an passé. Même si, oui, WP7 est un excellent essai et le Lumia 800 un excellent appareil en soi, l’offre matérielle et logicielle, à valeur égale, est somme toute maigrelette si on compare avec la concurrence.

Verdict

On le sait, je suis un grand utilisateur de Android, et pourtant, le Lumia 800, malgré ses défauts dûs en majeure partie à une plateforme logicielle encore en développement, a réussi à m’attraper l’œil assez longtemps pour m’intriguer et me charmer en tant qu’utilisateur. Avec sa forme confortable, les matériaux et la texture de la coquille, l’écran AMOLED assez fluide  et une interface au fini simple et efficace, cet appareil a su répondre aux exigences qu’il s’imposait lui-même : impressionner, être utilisable, et donner le ton à la suite.

 

À propos de Renaud Lepage

Bachelier en éternelle quête de nouvelles technologies qui attireront son attention, Renaud est un passionné du monde mobile et essaie, tant bien que mal, de transmettre son savoir à tous ceux qui en ont besoin.

Aussi à voir...

DonneTonContrat

DonneTonContrat offre de recycler vos forfaits cellulaires gratuitement

Les fameux forfaits cellulaires québécois, fier fleuron de notre province. Que celui qui n’a jamais …

Un commentaire

  1. Concernant le hotspot Wifi, Windows phone 7 le support mais Nokia n’a simplement pas encore fourni de pilotes nécessaires à Microsoft pour l’inclure dans le système. C’est une mise à jour qui arrivera bientôt, en autant que les fournisseurs cellulaires l’acceptent.

    Sinon pour le reste, très bonne critique. Tu me donnes ton appareil maintenant ? 🙂

Qu'en penses-tu ?