[Critique] Jurassic Park: The Game 2011

En Bref :

Le premier film que j’ai eu la chance de voir au cinéma était Jurassic Park, avec mon père, à l’âge de 5 ans. J’aimais déjà beaucoup les gros monstres et les bêtes mythiques, donc le film a évidemment eu un immense succès auprès de moi. Aujourd’hui, Telltale nous offre leur interprétation d’une série d’événements parallèles au premier film de la série.

Fiche technique :

Développeur : Telltale Games (Sam and max, Back to the future)

 Éditeur : Telltale Games

Support : Xbox 360, PlayStation 3, PC

Type : Aventure

Nombre de joueurs : 1

Langue : Anglais

Scénario :

Le scénario propose simultanément l’histoire de trois groupes de gens durant la tempête qui affecte l’île dans le premier film. L’un des groupes est là pour retrouver la bombonne de crème à raser contenant les embryons de dinosaures variés, le second est composé d’un vétérinaire résidant et de sa fille, tandis que le troisième vient un peu plus tard dans l’histoire pour sauver les deux groupes précédents. On assiste donc aux événements qui se passent dans le film, vus d’une tout autre perspective. Après avoir retrouvé la bombonne de crème à raser, Nima, mercenaire, tombe face à face avec la jeep de Geri, vétérinaire résidant au parc. Après avoir soigné Nima et surmonté différentes épreuves, Nima prend en otage Geri et sa fille, que Billy et Oscar ont pour mission de ramener sur la terre ferme.

 

Graphisme :

Les graphiques sont acceptables, mais ce n’est pas l’accent principal du jeu. Il se base plutôt sur l’histoire et les puzzles, donc ils ont misé sur des graphiques qui sont tout de même de la génération actuelle, qui ne sont ni laids ni beaux. Cela n’interfère en aucun cas avec l’histoire du jeu. Les temps de chargement sont minimes, seulement présents entre les différents épisodes du jeu. Ce qui est bien, c’est que les transitions entre les lieux sont faites en temps réels. Donc, une scène est divisée en trois ou quatre plans de caméra et les personnages bougent par eux-mêmes dans le menu de sélection de la location, ce qui veut dire que même en arrivant sur les lieux, aucun chargement, on change simplement de caméra, les personnages continuent à vaquer à leurs occupations. C’est très bien pensé : ça aide à l’immersion du joueur dans l’histoire. Les dinosaures illustrés sont aussi bien faits que dans les derniers films aussi, mais ce que je trouve qu’il manque serait un filtre cinématique ou quelques effets post-traitement, tel que le flou lumineux, ou un filtre de pellicule de caméra, un peu comme dans Left 4 Dead.

 

Durée de vie :

Le jeu passe une soirée facilement. Je l’ai fini en environ six heures et j’ai adoré chaque minute passée. Je n’ai pas réussi toutes les scènes du premier coup, donc si vous avez des réflexes divins et que vous êtes rapides à trouver les boutons sur votre clavier ou votre manette, vous — pourriez — finir le jeu en cinq heures

Jouabilité :

Le jeu ressemble beaucoup à Heavy Rain en termes de gameplay : on est sur une scène, on peut bouger la souris pour examiner la scène et peser sur les boutons du clavier qui identifient chacun des endroits pour examiner un objet ou une scène. Sinon, dans les moments intenses, ce sont des successions de boutons rapides à exécuter. Je vais vous avouer que j’ai recommencé quelques-unes de celles-ci plusieurs fois, parfois parce que je voulais voir les conséquences d’une erreur dans la séquence et d’autres fois parce que j’ai vraiment manqué la séquence. Si vous aimez les dinosaures, vous ne serez pas déçus des résultats! Encore une fois, le jeu est basé sur l’histoire, donc même tirer sur un dinosaure avec un pistolet s’avère être une histoire de 5-6 boutons à enchaîner dans le bon ordre.

Sons :

La trame sonore est composée presque des mêmes musiques de fond que les films, avec la chanson thème du parc, la chanson aux percussions sèches avec un rythme rapide pour les vélociraptors et j’en passe. Les dinosaures rugissent de façon aussi puissante que dans les films et on a même pensé à une touche de réalisme en ne faisant pas rugir un dinosaure marin, ce que, personnellement, j’ai beaucoup apprécié. Le jeu est doublé en totalité pour les dialogues, donc encore une fois, on suit l’histoire comme un grand film interactif.

Verdict : on passe!

Le raisonnement ici est très simple; le jeu est actuellement 30 $ sur Steam. Je le trouve cher pour ce qu’il est. Par contre, à 20 $, soit le prix d’un film normal, pour six heures de jeu, il vaudrait amplement la peine. Donc, si vous le trouvez en rabais chez un détaillant ou en promotion sur Steam, n’hésitez pas, il vaut le détour. Évidemment, cela est mon raisonnement, si cela ne vous gêne pas de payer 30 $ pour cela, allez-y, vous ne serez pas déçu.

À propos de Jonathan Lemonde

Enthousiaste PC, Analyste au controle de la qualite en jeux video, je m'eparpille un peu partout a la recherche des jeux qui me font flipper, sur toutes les consoles possibles et imaginables. Je brise aussi beaucoup d'appareils pour mon plaisir personnel! :D

Aussi à voir...

DiverCity: Des plongeurs qui sauvent des espèces marines

Après l’immense succès de Fourmidable (ma critique ici), Sphere Games lancera son tout nouveau projet Kickstarter …

Qu'en penses-tu ?