[Critique] Dead Space 3

Cela fait maintenant 7 ans depuis la première fois que j’ai mis les pieds à bord du vaisseau craqueur de planète, le USG Ishimura, lorsque Isaac Clarke était encore un protagoniste silencieux et que je transpirais la peur de mourir à tout moment.
Ayant maintenant une trilogie, est-ce que Dead Space 3 est capable de tenir tête au succès monstrueux des deux derniers jeux? Nous allons bien voir!

Fiche Technique

Console(s) Windows PC, PS3, Xbox 360
Nombre de joueurs 1 à 2 joueurs
Développeur Visceral Games
Éditeur Electronic Arts
Date de sortie Depuis le 5 février 2013
Prix de détail suggéré 59.99$
ESRB M pour Mature

La série Dead Space est bien connue pour son action solide, ses peurs abruptes, sa trame sonore stressante et son environnement lugubre, mais semblerait-il que Visceral ait enlevé l’aspect « survie » que le premier volet, voir même le deuxième, a su mettre en place pour aller vers une pensée plus action comme Resident Evil.

Des munitions… des munitions partout, partout!

Dans Dead Space 3, un aspect a changé depuis les anciens titres et que, même en jouant à la difficulté « Hard », les munitions sont littéralement PARTOUT! Ayant un inventaire vide, il s’est rapidement retrouvé remplis à craquer de munitions et de Kits de Soins. Ceci n’est pas nécessairement mauvais, vu que les necromorphes sont toujours aussi résistants aux armes conventionnelles et peuvent facilement tuer Isaac Clarke ou John Carver avec 2-3 coups de lames d’os!

Le système toutefois m’a pris au dépourvu. Je n’ai plus besoin de vérifier si le type de munition concorde avec mes armes! Je peux tout prendre à cœur joie! Ceci, certains diront, enlève de la profondeur au jeu, mais je suis en désaccord; si j’ai moins de types d’objets différents dans mon inventaire je peux avoir plus d’objets utiles en ma possession, tels que des armatures de fusils ou des circuits d’améliorations.

Un bras mutant? Ha! J’ai deux armes en une!

Le système de création d’arme est sublime. À prime d’abord, il n’y a pas grand-chose à explorer vu qu’on a simplement 2 ou 3 pièces interchangeables, mais au fur et à mesure qu’on progresse à travers le jeu, des options infiniment intéressantes se proposent. Chaque arme à un tir principale et secondaire, et vu qu’Isaac est un ingénieur, il peut facilement combiner 2 armes séparées en une. Mon joue-joue favoris est un incinérateur explosif comme arme principale et un « rail gun » qui tire de longs piques de métal comme arme secondaire; tout à fait satisfaisant! Il ne faut pas oublier qu’une arme peut contenir 8 améliorations, 4 en haut et 4 en bas, chose qui créé des armes incroyablement destructrices.

Un casse-tête ici, nécromorphe là et un peu de drame romantique partout.

L’histoire de Dead Space 3 est, comme certains d’entre vous le savent, est remplie d’intrigue, de mystère et d’explosions très bien placées pour séparer Isaac du reste du groupe. Les premières minutes qu’on a avec Isaac se transforment en attaque des Unitologues qui dévastent la colonie lunaire où Isaac habite. Après une dizaine de minutes, on se retrouve à flotter dans l’espace en orbite autour de Tau Volantis où la majorité du jeu se déroule. Il y a beaucoup d’interaction entre Isaac et le reste des membres du groupe et on ressent beaucoup de tension entre certains personnages.

Lorsqu’on rôde les corridors teints de sang, chaque instant est stressant. Je suis resté sur mes gardes tout au long du jeu, même avec un ami plus expérimenté à mes côtés.
D’ailleurs, la partie coopérative du jeu est incroyable et les scènes se déroulent de manière différente lorsqu’une deuxième personne se rajoute. Par expérience, par contre, jouez avec un ami et non avec un inconnu, sinon on risque de se faire appeler « noob », car on en connaît pas encore assez les chapitres et les tableaux.

Même si Dead Space 3 est génial il manque plusieurs aspects…

Le système de couverture trouvé dans la majorité des jeux de tire à la troisième personne offre une protection qui permet de se cacher de la majorité des ennemies. Dans Dead Space 3, ce système est complètement inutile. Les peu de sections qu’on se retrouve contre des personnes armées de fusils ne sont que très peu et ne valent pas la peine de se cacher. J’ai eu maintes fois l’impression que si j’allais me cacher, j’allais mourir, car les balles tirées en ma direction me touchaient pareil même si j’étais accroupi.

La peur et tension est encore présente, mais beaucoup moins que l’original Dead Space. Je trouve qu’il manque un peu de variété d’ennemies ainsi que le monstre invincible est utilisé plus d’une fois et est plus comme une impasse fatigante qu’une nuisance grave.

Devriez-vous l’acheter?

OUI

Les quelques points négatifs ne viennent en aucun point nuire à l’aspect du jeu. Ayant une vingtaine d’heures de jouabilité (pour une passe à la difficulté normale) ainsi qu’un aspect multi-joueurs coopératif incroyable et une conclusion qui démontre comment la nature humaine peut surmonter des épreuves dévastatrices, Dead Space 3 est un jeu que j’ai fièrement dans ma bibliothèque et qui démontre que les jeux vidéo sont une vrai forme d’art, autant déformé soit-elle!

À propos de Renaud Pigeon

Aussi à voir...

Power Rangers: lentement mais sûrement… peut-être

20 ans moins quatre jours après la sortie de son titre précédent au grand écran, …

Un commentaire

  1. Ce jeu est énorme, et pour la première fois des humains dans une aventure aux limites de l’horreur, j’adore ! tant que graphiquement et scénario.

Qu'en penses-tu ?