[Critique] Asus Transformer Prime

Asus est principalement connue par les geeks en tant que fabricant de pièces d’ordinateur et de systèmes prêt-à-utiliser, mais depuis le début de 2011, ils ont pris par surprise plus d’une personne en annonçant au CES une lignée de produits pour un marché jusque là dominé par Apple. La série des tablettes Transformer a fait tourner bien des têtes à son arrivée première, et force est de constater que c’est encore le cas, car Asus persiste et signe avec une nouvelle tablette dans la même lignée. La Transformer TF201, aussi connue sous le nom de Transformer Prime, est la version actualisée de la TF101, et pas seulement en apparence. Mais vaut-elle le détour et l’investissement?

Mon côté Geek dit oui, mais mon côté rationnel est partagé.

L’appareil

La Asus Transformer Prime TF201 est une tablette Android tout ce qu’il y a de plus actuelle et standard. Elle est dotée d’un système-puce nVidia Tegra3, basé sur l’architecture ARMv7 et sur le design matériel Cortex-A9, un design populaire et actuel mais sur la fin de son règne, car le Tegra4 de nVidia et le Krait de Qualcomm sont basés sur la spécification Cortex-A15. Le système-puce Tegra3 dote la TF201 d’un processeur central 4.1 coeurs et une puce vidéo « 12 coeurs » [en pratique, presque l’équivalent d’un GPU GeForce pour ordinateurs portables]. Asus garnit le tout d’un écran IPS de 10.1 pouces de diagonale, un giga-octet de RAM, 32 ou 64gb de mémoire flash (au choix), un port MicroSD, une sortie HDMI, et l’attirail standard de puces et fonctionnalités, soit le WiFi, le Bluetooth, caméras frontale [1.2mPix] et arrière [8mPix, avec flash au LED], et un circuit GPS à demie fonctionnel [les explications viendront]. La différenciation de la Prime ne vient donc pas de la tablette en elle-même, qui est somme toute normale et bien acceptable, mais de l’accessoire principal qu’Asus vend: la station clavier. Elle renferme le-dit clavier, une souris, un port USB, un lecteur de cartes SD de grosseur normale, et une batterie d’appoint. Avec son mécanisme d’enclanchement fait sur-mesure pour la Prime et « assez concept », une Prime branchée sur sa station d’accueil se transforme carrément en netbook, d’où le nom qu’Asus a choisi pour décrire la série TF.

Logiciel Interne

Certaines unités TF201 sont équipées du système interne Android 3.0 (Honeycomb), mais l’un des arguments de vente les plus intéressants est en fait la mise-à-jour logicielle que les TF201 auront à leur première connexion à l’Internet: Ice Cream Sandwich/Android 4.0. Attendue de plus d’un sur plus d’une tablette, ICS, sans révolutionner le mode d’opération de la Transformer Prime, apporte tout de même plusieurs modifications au système de base pour être extrêmement intéressante et différente, en plus d’être plus stable que Honeycomb.

Les avantages de ICS sur une tablette résident non pas à la surface du système (interface) mais plutôt dans le raffinnement du système. Vous reconnaîtrez tous les concepts de Honeycomb, mais certains concepts, tels la configuration des widgets ou la configuration du système lui-même, ont été reconçus et optimisés pour un usage uniforme à travers Android et rapide d’accès. Je reviendrai sur ICS et ses avantages dans un futur billet, mais pour ce qui est de l’opération sur la TF201, il faut au minimum dire que c’est convivial et plus agréable à l’oeil que certains détails mal finis de Honeycomb.

À l’utilisation

Quoiqu’en disent certains, la Transformer Prime est, malgré ses erreurs de conception, la tablette Android la plus puissante présentement disponible sur le marché. Avec son Tegra3 surpuissant, sa puce vidéo qui peut presque accoter une puce vidéo intégrée d’ordinateur personnel, l’architecture ARM qui confère à l’unité une durée de batterie jusqu’ici seconde seulement au iPad, et un écran 720p assez précis pour lire confortablement, cette petite bête répond aux exigences du style d’utilisation tablette.

Ceci étant dit, la TF201 n’est, tel que mentionné, pas sans failles. Par exemple, Asus a malhabilement omis de vérifier le niveau de pénétration de signal à travers la plaque de protection arrière en aluminium, ce qui a pour effet de déséquilibrer le ratio signal/bruit de fond au niveau de la réception de n’importe quelle onde externe. En gros, le SNR au niveau du circuit de géopositionnement est déséquilibré presqu’à l’inutilisation, et la plaque en aluminium affecte aussi la pénétration des signaux WiFi et Bluetooth. De plus, certains ont rapporté des problèmes d’écoulement inégal de lumière, dû à un éclairage d’écran quelques fois déficient. Et finalement, l’accélération graphique montre certaines fois quelques problèmes de tearing à l’écran, par exemple en appelant la liste des applications utilisées.

Verdict

Étant un développeur et désirant la technologie Tegra3 depuis quelques mois, j’ai sauté sur le produit, hype ou pas, en espérant avoir une bonne performance et une bonne qualité pour son prix, soit 500$. Je dois dire que je n’étais pas impressionné de l’assurance qualité de Asus: la première unité que j’ai achetée s’est révélée être un citron, développant pas moins de 5 pixels défectueux après une semaine et demie. Je me suis fait rembourser par le magasin en ligne, bien évidemment, et j’ai racheté la tablette une fois qu’elle est arrivée en magasin au Québec, préférant pour une rare fois de prendre une garantie prolongée sur l’objet. Touchons du bois: cette unité ne montre aucun signe de faiblesse jusqu’à date. Depuis, ma TF201 comble mes besoins en ce qui a trait autant à la plateforme de programmation qu’aux sessions occasionnelles de jeu, à l’écriture de billets de blogue tels que celui-ci [au complet sur la tablette, mis à part la mise en forme finale] ou à la lecture de livres numériques [j’ai acheté les quatre premiers de A Song of Fire and Ice, qui commence par A Game of Thrones]. Bref, personnellement, je n’ai pas grand chose à pointer du doigt à part l’écran… C’est un écran tactile, vous pensez que je l’utilise comment?

À propos de Renaud Lepage

Bachelier en éternelle quête de nouvelles technologies qui attireront son attention, Renaud est un passionné du monde mobile et essaie, tant bien que mal, de transmettre son savoir à tous ceux qui en ont besoin.

Aussi à voir...

Super Mario Run, le renouveau de Nintendo en mars sur Android

La firme japonaise spécialisée dans le jeu vidéo lance sa première véritable application mobile, Super …

3 commentaires

  1. Salut,

    J’ai moi même cette tablette et pour l’insant elle me convient amplement.
    Merci pour la review .
    ShortCuT

  2. Wow Merci! Juste a point. Vous avez lu dans mes pensées de publier cet article aujourd’hui. J’en ai même fait une recherche plus tôt aujourd’hui sur le site 🙂

Qu'en penses-tu ?